Les Règles ou menstrues

Ce sang que nous perdons et qui selon Françoise Héritier (en faisant court) a orienté la domination masculine

Barachattes*. Les règles

Je vais vous parler des règles, menstrues, ragnagna, etc

Les règles c’est quoi, petit cours de bio..logie pour commencer : et bien voilà, chaque mois  sans rien demander à personne, votre corps prend la liberté de vous préparer à recevoir le précieux germe d’un mec pour que vous puissiez faire (et éventuellement lui faire) un bébé. L’ovulation , la préparation du nid (l’utérus) , tout ça c’est de l’énergie dépensée, c’est une attente. Et puis vous, à la tête, nada, pas de recueil de sperme, zut ! alors on débranche tout, c’est la débâcle. Le corps est-il déçu, Dieu est-il déçu, je n’en sais rien, mais n’empêche que nous avons mal (en général) et que nous déprimons (en général). Peut être c’est nous encourager à faire des petits, a la suite, pour pas avoir le problème des règles. Quoique l’accouchement c’est pas mal non plus côté douleur…mais c‘est pas tous les mois. Bref c’est la générosité de la biologie pour que l’espèce ne se perde pas et c’est rien comparé aux millions de pollens que peut produire un pin, pour être sûr d’une descendance

Si nous passons de la biologie au sociétal, ça devient plus grave pour nous les femmes.

Parce que nous perdons notre sang, sans l’avoir voulu (c’est pas comme les hommes , plus ou moins vaillant guerriers qui partent à la guerre la fleur au fusil, pour le perdre leur sang, mais là on élève des monument à leur gloire ! ) Nous, à cause de notre sang perdu, on serait des faibles, des impures, et partant de là et comme par ailleurs nous sommes les seuls à pouvoir procréer ce qui serait, dit-on, insupportable aux hommes, et bien les hommes ont crée des règles (et oui c’est le même mot !) pour rétablir un équilibre qui les satisfassent

Y a finalement beaucoup à dire sur les menstrues, en 10 mn ça va être un peu désordonné mais ça peut ouvrir des pistes de réflexion pour ceux et celles que ça intéressent

Il y a Elise Thiébaud avec son bouquin « ceci est mon sang » qui a bien contribué à amener un peu d’oxygène dans le domaine. En partant de sa propre expérience de petite fille et de femme, difficile en ces temps où on ne prévenait pas les filles de ce qui allait advenir à la puberté, la honte, la peur, la culpabilité, puisqu’on en parle pas. Du coup elle dresse un panorama des multiples points de vue d’où on peut aborder le sujet :

L’attitude des différents peuples vis-à-vis de cet écoulement de sang, interprété comme une faiblesse, quelque chose de dégoûtant, est qu’il faut éloigner les femmes qui ont leur règles car elles peuvent provoquer des catastrophes, porter des maléfices (moi on me disait que les règles empêchaient la mayonnaise de prendre !) Dans certains pays les filles sont cloîtrées pendant la période de leurs règles, elles ne peuvent aller à l’école. Voilà il y a tout une série d’interdits autour de ces règles qui empoisonne la vie des femmes, si bien que la ménopause peut être vécue comme une délivrance et en fait dans plusieurs cultures, la ménopause, c’est la liberté.

Un autre point de vue, c’est le problème, très moderne des serviettes-tampons. Des milliards de serviettes chargées, parait il, de produits toxiques, où ça va se loger, vous le saviez ? Et la réponse, logique n’est ce pas, ça été de taxer au plus fort ces serviettes comme les produits de luxe 20%. Aujourd’hui  on doit être à 5%  car cette taxe rose a entraîné un mouvement de protestation. Mais au Canada cette taxe a été supprimée carrément

Du côté médical, ça ne va pas non plus. Avec ce tabou, les femmes n’osent pas consulter quand elles ont mal et les médecins ne sont pas très attentifs à ces douleurs et ces déprimes qui peuvent pourtant être le signe de troubles graves

Ce qu’il y a de sûr c’est qu’aujourd’hui le tabou se lève, les langues se délient et de nombreux articles, déclarations, fleurissent dans les médias grâce il faut le dire à des femmes courageuses qui ont levé ce tabou : Il y a les athlètes femmes comme la chinoise Fu Yuanhui, championne olympique aux jeux de Rio qui lors d’une compétition en Chine a été moins performante. A la question d’une journaliste sur cette défaillance, elle a répondu tout de go « c’est parce que mes règles sont arrivées hier » c’était sur la chaîne nationale chinoise et c’était la première fois qu’une athlète féminine faisait référence à ce fait biologique. Et ça a fait le buzz sur les réseaux sociaux du coup on en parle. De même Kiran Gandhi, lors du marathon de Londres a couru pendant ses règles en laissant couler son sang librement et elle justifie ce geste en déclarant « la plupart des évolutions n’ont pas lieu tant que l’on n’oblige pas la société à remettre en question ses normes et les problèmes qu’elles posent » l’activisme radical fait réagir les médias, donne naissance à des débats.

J’ai pêché aussi une information très intéressante quoique un peu surprenante « le flux instinctif libre », c’est une technique qui nous arrive des USA. Voilà, Il s’agit d’apprendre à s’écouter (oui s’écouter, allo, allo qui va là ?mon sang ?  bon sang c’est pas le moment !) à s’écouter pour empêcher un flux de sang intempestif, je sais pas moi, vous êtes en pleine audition pour briguer une activité dont vous rêvez depuis des années et patatras les anglais débarquent, non c’est plus possible ! Avec un peu d’entraînement, il parait, le vagin se contracte et retient le flux de sang. Si vous voulez en savoir plus, consultez donc une certaine Aurelia Dabon thérapeute humaniste  allez voir son site. Bien sûr il y a contestations. d’après un article que j’ai lu (de Sylvie Braibant je crois), ça vient entre autres d’un professeur, gyneco: le vagin n’est pas un sphincter dit-il (le pauvre , il doit manquer quelque chose dans sa vie sexuelle !) Bon soyons sérieuse, cette alternative peut peut être être utilisée quelque fois quand il y a nécessité , j’en ai fait l’expérience. mais à mon avis ça venait plus de la tête que du vagin. Là où il a raison ce gynéco c’est qu’il est malsain de retenir son sang, c’est un excellent milieu de culture pour de multiples germes.

Autre nouvelle à propos des règles, et là ça va peut être faire bouger les choses, il y a peu être du fric à gagner Et oui, il y a dans le sang menstruel plein de bonnes choses pour la santé des humains, enfin surtout des malades sinon vous voyez le tableau, votre mec se précipitant sur votre mooncup pour boire votre sang ! !  C’était une plaisanterie mais j’ai lu que dans les temps anciens les chinois déjà, connaissaient les propriétés du sang menstruel et le consommaient.  Et c’est sur cette indication, que, parce que vous êtes imprégnées de votre culture, vous allez peut être trouver, peu ragoûtante, que je vais terminer cette serviette, euh pardon !, Ce papier

 

*Barachattes : Emission de femmes sur Radio Saint Affrique

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.