D’ici que les nuits tombent

Les Nuits debout sont seules. N’est-ce pas une évidence. Elles sont seules. À l’heure où des politiques s’entendent pour réclamer que soient évacués les lieux. Qu’enfin cesse ce printemps-là. Qu’enfin retournent à leur invisibilité les francs-tireurs du rêve général.

La suite sur  :

https://textesdebout.wordpress.com/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.