La psychiatrie : un monde à part (F. Dagognet)

http://www.santementale.fr/actualites/francois-dagognet-est-mort.html

Je me réjouis du fait que l'on ait confondu les deux fonctions d'infirmier généraliste et d'infirmier psychiatrique. [...] Essayer de séparer ce qui est organique et ce qui est psychique me paraîtrait une grave erreur. Mais, d'un autre côté, lorsque l'on exerce dans un établissement psychiatrique, il faut bien avoir une formation spécialisée. [...] C'est un autre monde. [...] Tout en me réjouissant de ce qu'il y ait un abord psychiatrique de la maladie organique, je suis bien obligé de reconnaître la spécificité du champ psychiatrique.

Comme l'infirmier est présent toute la journée auprès des patients, c'est lui qui peut faire les diagnostics les plus assurés et comprendre les malades, entrer dans la relation thérapeutique la plus vive avec eux. Son rôle est fondamental. Il est « le » thérapeute.

François Dagognet, philosophe, médecin, interviwé par Santé mentale en 2000

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.