Cécilie Cordier
Journaliste pigiste, blogueuse
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

3 Éditions

Lien 30 juin 2017

Enquête de Libé : 220 femmes tuées parce que femmes, et ignorées par la société

Les titres de presse régionale les ont systématiquement traitées dans la rubrique faits divers, qualifiant l'événement de «crime passionnel», de «différend conjugal» ou de «drame de la rupture». Autant d'euphémismes pour qualifier des homicides qui se produisent le plus souvent dans l'intimité du domicile conjugal, sans témoin.

Cécilie Cordier
Journaliste pigiste, blogueuse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.liberation.fr/apps/2017/06/220-femmes-tuees-conjoints-ignorees-societe/

Dans les médias, les violences conjugales souffrent d'un très mauvais traitement. Le constat est posé régulièrement par des associations ou des journalistes, et pourtant le changement, ce n'est pas maintenant. Quand un homme violente sa compagne, il a plein de bonnes raisons de le faire (il faut dire aussi, elle était invivable, et puis elle n'assurait plus son "devoir conjugal"). Elle a peu de raisons de se plaindre (il est serviable, quand même).

C'est l'histoire d'un mec bien. Il tue sa femme (ou son ex-femme). Mais c'est un mec bien.

L'enquête de Libération est nécessaire. Pas la première, sans doute pas la dernière, elle met en lumière la façon dont la société et les médias traitent des violences conjugales, jusqu'au meurtre de ces femmes parce qu'elles sont les femmes de ces hommes pourtant bien.

- La grande majorité des 220 femmes que nous avons comptabilisés étaient insérées socialement, avaient un domicile, souvent des enfants. [...] Toutes les tranches d'âge, toutes les régions. [...] A peine une vingtaine de femmes tuées était de nationalité étrangère, selon les articles que nous avons recensés. La consommation d'alcool de l'agresseur n'est évoquée que dans 15 cas.

L'enquête décrit l'emprise, le cycle, les conséquences psychotraumatiques chez la femme, rappelle que les enfants sont des victimes également de ces violences exercées dans le couple. Le mécanisme couramment retrouvé dans les médias reste d'ignorer ces éléments pour insister sur l'homme bien qu'est l'auteur des violences. 

- Le geste semble d’autant plus incompréhensible que l'auteur est souvent présenté comme un homme bien sous tous rapports, qui n'avait rien à se reprocher. [...] Plus la victime est d’un milieu social favorisé, plus l’on parle d’un notable, plus la presse se montre prudente et a tendance à dresser un portrait flatteur du meurtrier présumé, quitte à occulter totalement sa victime.

Une enquête à lire, pour ne plus lire ces "faits divers" comme ils sont livrés, mais avec la conscience des importants biais qui dirigent leur publication. Biais des médias, qui ne sont jamais que le reflet des biais de la société et du système judiciaire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.