Entretien avec les auteurs du livre «J’ai le seum»

Parution du livre "J’ai le seum" de David Kuhn et Violette Duplessier

David Kuhn et Violette Duplessier © DR David Kuhn et Violette Duplessier © DR

Cédric Lépine : Pouvez-vous vous présenter et expliquer ce qui vous amène à signer ce livre ?

David Kuhn : Ce livre est né d’une blague entre le père de Violette (un de mes amis) et moi. Depuis que sa fille a mis le pied dans le monde merveilleux de l’adolescence, le pauvre ne comprend strictement plus rien à ce qu’elle raconte. On lui a fait un livre pour qu’il s’en sorte un peu mieux.

Violette Duplessier : Le jour où j’ai commencé à lui dire « gros » – affectueusement je précise – il a commencé un régime. On partait de loin.

 

C. L. : Comment avez-vous travaillé ensemble et comment vous êtes-vous répartis les tâches ?

D. K. : Je travaillais comme un forcené pendant que Violette envoyait des SMS à ses amis J.

V. D. : Avec David on se voyait, on tchatchait beaucoup. C’était naturel. Je n’avais pas le sentiment de travailler. Il ne voulait pas se cantonner à mon seul langage. Il m’a aussi proposé des expressions. On s’est frittés sur certains mots ou expressions… C’était animé et très amusant.

 

C. L. : À qui s’adresse ce livre ?

D. K. : Aux personnes âgées. À savoir des adultes de plus de 30 ans.

V. D. : Je ne suis pas d’accord. À tous ceux qui s’intéressent à ce langage soit parce qu’ils le parlent, soit parce qu’on le pratique autour d’eux. Certains de mes amis ont prévu d’en faire un cadeau de fête des pères.

 

C. L. : Qu’est-ce qui définit selon vous un ado ?

D. K. : Son forfait !

V. D. : Plein de choses dont son langage. Si on s’invente une langue, c’est pour qu’elle ne soit pas comprise par les adultes. Je n’ai justement pas voulu qu’on mette tout dans ce livre ! J’ai l’impression que ma façon de parler me représente beaucoup.

 

C. L. : Tous les ados de France, quelle que soit leur situation sociale, vont-ils se retrouver selon vous dans le portrait que vous faites d’eux ?

D. K. : Évidemment que non. Le principe de l’individu – ado ou adulte – est de se sentir unique. L’ado, lui, a une option en plus. Le « tu-peux-pas-comprendre » qu’on appelle aussi le « c’est-bon-ça-va-quoi ». Ça va être compliqué pour lui d’accepter tout ce qu’on raconte dans notre petit guide.

V. D. : Et l’idée a toujours été de se marrer autour de ça, de parler de l’adolescence et des codes « communs » sans chercher à écrire un livre, comme dit David, dans sa langue de château fort, « exhaustif ». [rires]

 

C. L. : L’humour et l’approche ludique du livre sont-ils selon vous incontournables pour approcher l’adolescence ?

D. K. : Aucune idée ! Mais, c’est la façon dont on a voulu s’exprimer. Pas de prise au sérieux, pas d’approche encyclopédique. Juste un petit livre fun et sans prétention.

V. D. : En même temps si tu peux apprendre deux ou trois trucs en t’enjaillant, c’est quand même plus fun.

 

C. L. : D’où provient selon vous le problème de communication « parents-ado » ?

D. K. : De l’invention du langage. Ou de l’invention de l’ado…. j’hésite.

V. D. : T’es relou !

 

C. L. : Qu’ajouteriez-vous pour compléter cette présentation du livre ?

D. K. : Il se passe quelque chose autour de ce livre. Tous les médias en parlent, et en bien (ce qui ne gâche rien). Je me demande ce qu’il y a en creux de ce petit phénomène.

V. D. : Ce livre, il passe crème. Les darons vont kiffer leur mère !

 

 

j-ai-le-seum
 

 

J’ai le seum

de David Kuhn et Violette Duplessier 

 

Nombre de pages : 144

Date de sortie (France) : 2 juin 2016

Éditeur : Les Éditions Ipanema

Dimensions du livre : 12,3 x 1,4 x 17,1 cm

 

lien vers le site de l’éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.