"Park" un film de Sofia Exarchou

Des adolescents errent désœuvrés dans le parc olympique désaffecté d’Athènes, entre excès de violence et solitudes profondes.

"Park" de Sofia Exarchou © Tamasa "Park" de Sofia Exarchou © Tamasa
Sortie du DVD : Park de Sofia Exarchou

En construisant son film sur le désœuvrement d’une adolescence perdue sans espoir ni horizons, Sofia Exarchou s’inscrit dans les problématiques de Larry Clark. Elle aussi s’approche au plus près des adolescents en filmant les groupes avec un parti pris de mise en scène documentaire bien qu’il s’agisse pleinement d’une fiction. L’histoire se concentre malgré tout sur l’un des personnages pour caractériser un parcours qui pourrait être celui des autres, entre pertes de repères familiaux, crise économique profonde et lieux fantômes qui fut le spectacle retransmis internationalement et qui a eu pour conséquence la crise économique profonde de la Grèce. Le pays avait dû emprunter pour accueillir en grandes pompes des Jeux Olympiques où le culte de la performance n’a plus grand-chose à voir avec l’esprit de paix originel entre États plus de 25 siècles plus tôt en Grèce. Autour de cette jeunesse sans avenir, c’est aussi l’état de la Grèce qui est interrogé, ce pays qui reste le berceau des cultures européennes et qui est à présent marginalisée et abandonnée des autres pays de l’Union Européenne après que les banques ont généré d’énormes bénéfices en la faisant emprunter plus que de mesure.

Une décennie seulement après l’organisation des Jeux Olympiques, Sofia Exarchou filme les ravages du capitalisme sauvage et du FMI à son service, en montrant le hors champ d’une réalité sociale où la jeunesse est la première victime, très vite rejointe par les populations en exil, se retrouvant parquées dans ces vastes complexes sportifs délabrés encore à l’heure actuelle. La réalisatrice ne cache pas que la réalité dépasse la fiction qu’elle présente dans ce constat de déréliction profonde dans lequel le pays est plongé.

C’est aussi dans la continuité de Luis Buñuel que la réalisatrice grecque pour son premier long métrage rend compte aussi des « olvidados », rappelant que le contexte de délabrement des lieux entraîne et encourage la violence désespérée de la jeunesse.

 

 

park-3d-600x1078
Park
de Sofia Exarchou
Avec : Dimitris Kitsos (Dimitris), Dimitra Vlagopoulou (Anna), Thomas Bo Larsen (Jens), Enuki Gvenatadze (Markos), Lena Kitsopoulou (la mère de Dimitris), Georgios Panteleakis (le petit ami de la mère de Dimitri), Adrian Frieling (Viktor), Julio Katsis (Julio), Don Nielsen (l’homme scandinave), Effi Rabsilber (la femme scandinave), David Szymczak (David), Goga Tsiklauri (Goga), Georgia Xirou (Hanna), Teo Angelov, Savvas Bakachashvili, Minella Balli, Yorgos Monastiriotis, Panos Papadopoulos, Ian Robertson, Mario Tzutti, Nikos Zeginoglou
Grèce, Pologne, 2016.
Durée : 97 min
Sortie en salles (France) : 8 juillet 2020
Sortie France du DVD : 20 octobre 2020
Format : 1,85 – Couleur
Langue : grec - Sous-titres : français.
Éditeur : Tamasa Diffusion

Bonus :
Livret « Park, un film atypique » (20 pages)
Making of et regards (24’)
Bande-annonce

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.