Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2020 Billets

5 Éditions

Billet de blog 3 juil. 2021

"L'Été nucléaire" un film de Gaël Lépingle

Dans la campagne près de Nogent-sur-Seine, un accident dans la centrale nucléaire conduit un groupe de cinq jeunes gens, amis d’enfance, à se confiner dans une ferme.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"L'Été nucléaire" de Gaël Lépingle © Le Pacte

Festival International du film de La Rochelle 2021 : L'Été nucléaire de Gaël Lépingle

Avant l’année des confinements, Gaël Lépingle pour son deuxième long métrage de fiction après Seuls les pirates (2018) propose un film d’anticipation autour d’un accident nucléaire dans un pays où la menace est omniprésente. Pour documenter cette peur de l’accident nucléaire touchant notamment les jeunes générations comme les protagonistes du film, Gaël Lépingle utilise les codes du film d’horreur où des jeunes sont enfermés dans un lieu fermé pour se protéger d’une menace extérieure. Cette appréhension est abordée à travers le prisme de ce groupe de jeunes au moment où chacun se projette dans sa vie d’adulte respective. Ici, la construction d’un groupe solidaire importe davantage que l’affirmation d’un leader qui se révélerait en temps de crise comme le propose la trame classique tant de films d’horreur. Ainsi, le cinéaste propose des trajectoires inattendues à ses personnages, en jouant avec les codes du genre pour mieux initier incidemment une réflexion philosophique et politique sur la transformation de tout un pays qui a fait le choix du nucléaire et de l’agriculture intensive pour doper son développement. Car dans cette ambiance apocalyptique où l’humanité a déserté, les grandes plaines agricoles désertes que l’on peut associer à la Beauce illustrent bien une nature violemment dominée par l’homme où la spontanéité des formes vivantes a été exclue. Face à ce constat des choix politiques et environnementaux de la France contemporaine, Gaël Lépingle place son espoir dans une nouvelle génération capable de répondre à des situations d’urgence en formant une micro-société horizontale sans hiérarchie. Sa mise en scène repose sur un véritable plaisir de puiser dans les ressources de l’histoire du cinéma, où il peut la fois rencontrer Guy Gilles mais aussi Tarkovski dans ses magnifiques plans en extérieurs où la contemplation se transforme immédiatement en film d’anticipation.

L'Été nucléaire
de Gaël Lépingle

Fiction
80 minutes. France, 2020.
Couleur
Langue originale : français

Avec : Shaïn Boumedine (Victor), Carmen Kassovitz (Djamila), Théo Augier (Louis), Manon Valentin (Tiffany), Constantin Vidal (Cédric)
Scénario : Pierre Chosson, Gaël Lépingle
Images : Simon Beaufils
Montage : Benoît Quinon
Musique : Thibaut Vuillermet 
1er assistant réalisateur : Clément Comet
Directeur artistique : Anna Le Mouël
Décors : Ludovic Leiba
Casting : Pierre-François Créancier
Production : Bathysphere Productions
Producteur : Nicolas Anthomé
Distributeur (France) : Le Pacte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé