Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2069 Billets

5 Éditions

Billet de blog 3 déc. 2021

Les Œillades d’Albi : "La Disparition ?" de Jean-Pierre Pozzi

Le dessinateur Mathieu Sapin se met à rencontrer des témoins de choix pour retranscrire l’histoire du rendez-vous manqué entre le PS et la république. L’homme politique Julien Dray prend alors une place toute particulière de conteur.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

25e édition des Œillades 2021, le Festival du Film Francophone d’Albi : La Disparition ? de Jean-Pierre Pozzi

Engagé sur le projet d’une série documentaire sur l’effondrement et la disparition du parti socialiste en France, Jean-Pierre Pozzi finit par en faire un film documentaire pour le cinéma dans la continuité et l’énergie de la mise en scène de Ce n’est qu’un début (2010) sur la philosophie en maternelle et Macadam popcorn (2017) autour des exploitants de salles de cinéma en France.

"La Disparition ?" de Jean-Pierre Pozzi © Rezo Films

Pour cela il s’associe avec Mathieu Sapin qui a coutume de faire des investigations dans le monde politique français et d’en témoigner dans ses romans graphiques. Il devient alors son alter ego poseur de questions et le personnage principal à la rencontre de quelques témoins clés de la disparition du PS en France ces dernières décennies. Julien Dray est notamment le personnage récurrent avec lequel Mathieu Sapin finit par développer une vraie complicité. Toutes ces rencontres qui livrent des aveux précieux permettent de reconstituer de l’arrivée de Mitterrand au pouvoir présidentiel à la fin de celui d’Hollande, une histoire amère : celle d’une politique de gauche qui dans l’ensemble ne s’est nullement exprimée comme telle alors qu’elle en avait les pouvoirs.

La thèse forte du film c’est que la présidence socialiste de Mitterrand arrive avec un septennat de retard alors que les années 1980 sont dans le monde entier entre les mains des partis les plus ultra libéraux, de Reagan à Thatcher, sans oublier les dictatures en Amérique latine. Néanmoins, sous sa présidence, François Hollande n’a pas osé mettre en place le seul acte qui pouvait encore sauver la démocratie : le changement de constitution. En effet, le pouvoir présidentiel avec le quinquennat et la continuité entre les élections présidentielles et les législatives, élimine violemment toute constitution de contre-pouvoir. Dès lors, le seul moment encourageant de politique de gauche s’est déroulé sous une présidence de droite lors de la cohabitation Chirac-Jospin dans un dialogue parlementaire qui permettait enfin un espace démocratique tenant en compte des différents courants politiques.

Les interventions tonitruantes de Gérard Colé démontrent que l’arrivée du PS pour la première fois au pouvoir a été une affaire de communicants issus du monde de la publicité, ce qui a donné une identité dans laquelle les classes sociales les plus modestes n’ont pu se retrouver et dont le témoignage le plus flagrant consiste à avoir choisi Bernard Tapie comme la vitrine virulente décomplexée du PS.

La Disparition ?
de Jean-Pierre Pozzi

Documentaire
85 minutes. France, 2021.
Couleur
Langue originale : française

Avec : Mathieu Sapin, Julien Dray, Laure Adler, Gérard Colé, Philippe Moreau-Chevrolet
Scénario : Julien Dray, Jean-Pierre Pozzi et Mathieu Sapin
Images : Jean-Pierre Pozzi
Montage : Cyril Besnard
Mixage : Mathieu Farnarier
Musique : Alexis Rault
Son : Florent Ravalec, Alexandre Gallerand, Alexandre Hernandez
Production : Nolita Cinéma
Coproduction : LCP-Assemblée Nationale, Rezo Films, Universciné et TV5MONDE
Distributeur (France) : Rezo Films
Date prévue de la sortie en salles en France : 9 février 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Accusé d’agressions sexuelles, le candidat instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage d’Éric Zemmour tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal
Serge Klarsfeld : « Zemmour parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes