Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2074 Billets

5 Éditions

Billet de blog 4 déc. 2021

Les Œillades d’Albi : "Le Monde après nous" de Louda Ben Salah-Cazanas

Labidi, jeune écrivain en profonde précarité, loue un appartement à Paris pour envisager une nouvelle vie avec son amoureuse. Il doit pour y parvenir multiplier les emplois mal payés en tant que coursier à vélo et entreprendre des activités illicites.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

25e édition des Œillades 2021, le Festival du Film Francophone d’Albi : Le Monde après nous de Louda Ben Salah-Cazanas

Un premier long métrage qui saisit en toute humilité et une vraie fraîcheur de récit, une jeunesse ambitieuse confrontée au tabou de la précarité. Largement inspiré d’expériences autobiographiques, Louda Ben Salah-Cazanas a su retransposer une réalité générationnelle qui fait écho à une actualité que les médias comme les politiques obnubilés par la méritocratie macronienne, méprisent profondément. Si le scénario est aussi brillant, c’est que son auteur et réalisateur a su utiliser la matière de son propre vécu en lui insufflant un dispositif adéquat de fiction. Les quelques personnages qui entourent le rôle principal deviennent les centres de gravitation vers lesquels son parcours individuel évolue, entre choix de vie amoureux de fonder un foyer, le désir de s’épanouir en tant qu’écrivain et la continuité des relations familiales avec ses parents. Il en découle des personnages inédits incarnés avec subtilité par des acteurs très investis et inspirés, au premier rang desquels on trouve Aurélien Gabrielli, Louise Chevillote et Saadia Bentaïeb.

"Le Monde après nous" de Louda Ben Salah-Cazanas © Les Idiots

Louda Ben Salah-Cazanas réadapte la problématique d’un Rastignac balzacien à la sauce de la modernité de l’esclavage de l’uberification de l’acquisition des ressources économiques. La naissance d’une œuvre littéraire tout au long du film n’est pas non plus pour rien dans ce dialogue avec l’art du roman. L’économie des choix de mise en scène d’une grande perspicacité conduit à une brillante épure.
Un film très remarqué lors de ces diffusions cette année aux festival de Berlin, à La Rochelle, au FIFIB de Bordeaux comme aux Œillades d’Albi.

Le Monde après nous
de Louda Ben Salah-Cazanas

Fiction
88 minutes. France, 2021.
Couleur
Langue originale : français

Avec : Aurélien Gabrielli (Labidi), Louise Chevillote (Elisa), Saadia Bentaïeb (Fatma, la mère de Labidi), Jacques Nolot (Jacques, le père de Labidi), Léon Cunha Da Costa (Aleksei), Mikaël Chirinian (Vincent), Noémie Schmidt (Suzanne), Hyacinthe Blanc (Hyacinthe), Isabelle Prim (Isabelle), Grégoire Lagrange (Nicolas)
Scénario : Louda Ben Salah-Cazanas
Images : Amine Berrada
Montage : Vincent Tricon
Musique : Jean-Charles Bastian
Son : César Mamoudy
Assistant réalisateur : Adrien Machado
Décors : Julien Salban-Créma
Costumes : Lola Cazanas-Ben Salah
Production : Les Idiots
Coproduction : 21 Juin Cinéma
Producteur : Olivier Capelli
Producteur exécutif : Olivier Capelli
Coproducteur : Laurent Rochette
Distributeur (France) : Tandem
Ventes internationales : Be For Films
Date de sortie en salles (France) : 22 février 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Orpea ou les chasseurs d’or de la silver-économie
Le livre de Victor Castanet va peut-être contribuer à ce que cesse la prise en charge lucrative des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les critiques et enquêtes, ces dernières années, n’ont pas manqué. Autres chroniques : quelque chose de pourri au Royaume du Danemark, la violence inouïe des discours Zemmour/Le Pen sur la suppression des allocations familiales aux familles immigrées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Lettre à mes octogénaires
Salut les grands parents, c’est moi. C’est moi, celle que vous attendez et que vous croyez affairée. Celle qui ne passe pas le portillon du bout du jardin, celle qui trouve autre chose à placer avant, toujours.
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Entre maltraitances et dividendes, Orpea n'a pas hésité
La sortie du livre de Victor Castanet « Les fossoyeurs » publié chez Fayard, rouvre le débat de la façon dont nos sociétés traitent les plus vulnérables, ici les personnes âgées. A travers cette question, c'est aussi celle des financements publics au sein de structures privées qui cherchent prioritairement la profitabilité.
par Muriel Dugas-Andriocci
Billet de blog
Ehpad privés: un business sur la vieillesse à changer
Des Ehpad privés financés pour près de 50% par le contribuable génèrent un business juteux pour les actionnaires alors que nos aînés finissent leur vie en étant soignés par un personnel insuffisant et mal payé. De multiples rapports parlementaires, enquêtes, documentaires, livres, montrent la réalité d'une situation inacceptable alors que le vieillissement de la population s'accroît.
par serge_escale