Un "Short Circuit" russe pacifiste

Un couple de chercheurs en robotique néglige totalement leur enfant. Le robot qu’ils ont conçu, en quête d’une famille, devient l’ami de leur fils après s’être échappé du laboratoire, ce qui entraîne les forces de sécurité du ministre à sa poursuite.

"Robo" de Sarik Andreasyan © Wild Side "Robo" de Sarik Andreasyan © Wild Side
Sortie en VoD et achat digital : Robo de Sarik Andreasyan

Le cinéma russe malgré sa production est peu présent dans les salles de cinéma en France. Il trouve cependant place notamment en VoD où notamment au moins six films de Sarik Andreasyan ont été diffusés, y compris ce Robo. La filmographie de ce réalisateur est peuplée de films de divertissement, qu’il s’agisse d’action, de science-fiction, de comédie faisant même tourner Alain Delon dans son propre rôle dans Bonne année les mamans! (S Novym godom, mamy!, 2012) ! Ici, il s’agit d’un film d’aventures familial dont le scénario exploite paresseusement la trame d’un E.T. (Steven Spielberg, 1982) et plus particulièrement d’un Short Circuit (John Badham, 1986), les enjeux politiques en moins : là où le robot de Short Circuit était une arme de guerre cherchant une place paisible auprès des humains, le personnage éponyme de Robo est un robot androïde qui a pour mission de sauver des vies humaines dans des accidents naturels, effaçant de fait l’investissement de la recherche à des fins militaires ! Ce film russe n’offrira que peu d’éléments pour entrevoir la société russe contemporaine. Quant au film d’aventures attendu, il se limitera à une médiocre course-poursuite sur les toits sans aucun entrain, poursuivis et poursuiveurs semblant courir au ralenti et le montage images démontrant une incompétence totale à faire se succéder des images pour faire naître un rythme. Le doublage français réalisé avec une absence totale de directions d’acteurs qui récitent leurs textes sans enthousiasme aucun, n’aide en rien à créer de l’empathie pour les personnages.

Quant à l’histoire elle n’a qu’un seul but : la morale qui consiste à rappeler que lorsque l’on est parents, il ne faut pas oublier de s’occuper de ses enfants ! Excepté l’exotisme de découvrir un film de divertissement russe, il reste peu d’options pour avoir un réel intérêt, même infime soit-il, pour le film. Celui-ci se veut en outre hollywoodien dans ce que cette industrie a de plus prétentieux en l’absence d’inspiration. On notera ainsi les prises de vues aériennes mettant en valeur les hauts lieux touristiques de Moscou ! Une carte postale est certainement plus tolérable que ce film trop long.

 

 

1713889
Robo
de Sarik Andreasyan
Avec : Daniil Izotov (Mitya Privalov), Vladimir Vdovichenkov (Viktor Privalov), Sergey Bezrukov (la voix de Robo), Mariya Mironova (Nadya), Konstantin Lavronenko (le général), Hrant Tokhatyan (l’oncle Kolya), Elizabeth Moryak (Katya), Kristina Orsa, Elena Borsheva, Klim Berdinskiy
Russie – 2017.
Durée : 81 min
Sortie en salles (France) : inédit
Sortie France en VoD et achat digital : 7 février 2020
Format : 1,85 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : français.
Éditeur : Wild Side

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.