Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2218 Billets

5 Éditions

Billet de blog 5 mars 2020

Un "Short Circuit" russe pacifiste

Un couple de chercheurs en robotique néglige totalement leur enfant. Le robot qu’ils ont conçu, en quête d’une famille, devient l’ami de leur fils après s’être échappé du laboratoire, ce qui entraîne les forces de sécurité du ministre à sa poursuite.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Robo" de Sarik Andreasyan © Wild Side

Sortie en VoD et achat digital : Robo de Sarik Andreasyan

Le cinéma russe malgré sa production est peu présent dans les salles de cinéma en France. Il trouve cependant place notamment en VoD où notamment au moins six films de Sarik Andreasyan ont été diffusés, y compris ce Robo. La filmographie de ce réalisateur est peuplée de films de divertissement, qu’il s’agisse d’action, de science-fiction, de comédie faisant même tourner Alain Delon dans son propre rôle dans Bonne année les mamans! (S Novym godom, mamy!, 2012) ! Ici, il s’agit d’un film d’aventures familial dont le scénario exploite paresseusement la trame d’un E.T. (Steven Spielberg, 1982) et plus particulièrement d’un Short Circuit (John Badham, 1986), les enjeux politiques en moins : là où le robot de Short Circuit était une arme de guerre cherchant une place paisible auprès des humains, le personnage éponyme de Robo est un robot androïde qui a pour mission de sauver des vies humaines dans des accidents naturels, effaçant de fait l’investissement de la recherche à des fins militaires ! Ce film russe n’offrira que peu d’éléments pour entrevoir la société russe contemporaine. Quant au film d’aventures attendu, il se limitera à une médiocre course-poursuite sur les toits sans aucun entrain, poursuivis et poursuiveurs semblant courir au ralenti et le montage images démontrant une incompétence totale à faire se succéder des images pour faire naître un rythme. Le doublage français réalisé avec une absence totale de directions d’acteurs qui récitent leurs textes sans enthousiasme aucun, n’aide en rien à créer de l’empathie pour les personnages.

Quant à l’histoire elle n’a qu’un seul but : la morale qui consiste à rappeler que lorsque l’on est parents, il ne faut pas oublier de s’occuper de ses enfants ! Excepté l’exotisme de découvrir un film de divertissement russe, il reste peu d’options pour avoir un réel intérêt, même infime soit-il, pour le film. Celui-ci se veut en outre hollywoodien dans ce que cette industrie a de plus prétentieux en l’absence d’inspiration. On notera ainsi les prises de vues aériennes mettant en valeur les hauts lieux touristiques de Moscou ! Une carte postale est certainement plus tolérable que ce film trop long.

Robo
de Sarik Andreasyan
Avec : Daniil Izotov (Mitya Privalov), Vladimir Vdovichenkov (Viktor Privalov), Sergey Bezrukov (la voix de Robo), Mariya Mironova (Nadya), Konstantin Lavronenko (le général), Hrant Tokhatyan (l’oncle Kolya), Elizabeth Moryak (Katya), Kristina Orsa, Elena Borsheva, Klim Berdinskiy
Russie – 2017.
Durée : 81 min
Sortie en salles (France) : inédit
Sortie France en VoD et achat digital : 7 février 2020
Format : 1,85 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : français.
Éditeur : Wild Side

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik