L’esprit de compétition : une usine à monstres

Sortie DVD de Terre battue, de Stéphane Demoustier

 © Diaphana © Diaphana

Sortie DVD de Terre battue, de Stéphane Demoustier

Jérôme Sauvage vient de perdre son emploi à la direction d’une chaîne de magasins de la grande distribution. Il cherche obstinément dès lors à retravailler dans ce milieu, quitte à monter lui-même sa propre affaire. Pendant ce temps, son épouse Laura ne peut plus cacher son malaise à son égard et leur fils Ugo, 11 ans, vit une passion dévorante pour le tennis de compétition.

 

Ce premier long métrage de Stéphane Demoustier se place d’emblée dans le cheminement du cinéma des frères Dardenne, qui ont pris part à la production du film. Tout commence en effet par un long plan-séquence en caméra en partie subjective autour du personnage interprété par l’incomparable Olivier Gourmet, figure iconique, s’il en est, du cinéma des frères Dardenne. Contrairement à son court métrage documentaire Les Petits joueurs autour des jeunes tennismen suivant un apprentissage intensif à l’esprit de compétition, le personnage principal est ici incarné par le père. Finalement, si l’on sent un très grand intérêt de la part du cinéaste pour parler de l’univers du sport de compétition vécu par les enfants, son regard est déplacé sur la figure du père, comme les choix et comportements à venir du fils sont déterminés implicitement par la psychologie du père. On peut ainsi être surpris au début du film par une telle focalisation sur le père quand on sait que le film a été inspiré par un fait divers remontant au début des années 2000 où un père de famille de 45 ans a été jugé pour avoir introduit du Temesta, un puissant anxiolytique, dans les bouteilles d’eau des adversaires de ses enfants. Sans révéler le final du film, l’histoire est quelque peu modifiée. Mais ce qui est clair quand on voit en outre le documentaire Les Petits joueurs présenté en bonus dans cette édition DVD, ce sont les intentions de Stéphane Demoustier visant à dénoncer l’esprit de compétition insufflé au plus jeune âge faisant de nos enfants des monstres. Dans la lignée du cinéma social et humaniste des frères Dardenne, en toile de fond sont montrées du doigt les valeurs pathogènes de notre société contemporaine basée sur la négation de l’autre, sur la valeur travail placée sur un piédestal comme définition totalisante de l’individualité, etc. Les intentions du cinéaste sont des plus intéressantes, le passage à la réalisation l’est un peu moins. Les acteurs sont impeccables de même que les choix des plans de son chef opérateur : Stéphane Demoustier s’est entouré d’une équipe talentueuse ! On peut regretter le peu développement du personnage du fils qui se trouve très en retrait, à part dans le dernier quart du film. Il semblerait que la fascination pour l’acteur Olivier Gourmet ait un peu fait perdre de vue les objectifs que s’était fixé Stéphane Demoustier. Les connexions comme les absences de connexions entre le père et le fils ne sont guère mise en valeur. Certains personnages, tel Sylvie coach d’Ugo aurait mérité plus de place : elle est complètement inexistante alors que dans le court métrage documentaire le coach a une place déterminante dans le développement de la personnalité de l’enfant.

Le désir de cinéma a emporté un peu trop vite chez le cinéaste ses intentions qui n’ont pas pris été incarnées ni bien mis en scène dans le film. Dommage, car la démarche de Stéphane Demoustier mérite sincèrement d’être suivie.

 

 

Terre battue

de Stéphane Demoustier

Avec : Olivier Gourmet (Jérôme), Valeria Bruni Tedeschi (Laura), Charles Mérienne (Ugo), Vimala Pons (Sylvie), Jean-Yves Berteloot (Sardi), Sam Louwyck (Gerets)

France – 2014.

Durée : 91 min

Sortie en salles (France) : 17 décembre 2014

Sortie France du DVD : 15 avril 2015

Format : 2,35 – Couleur

Langue : français.

Éditeur : Diaphana

Bonus :

Entretien avec Stéphane Demoustier
Court métrage : « Les petits joueurs » de Stéphane Demoustier (2014 - 40’)
Bandes-annonces

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.