"Ouaga Girls" un film de Theresa Traoré Dahlberg

À Ouagadougou, capitale d’un Burkina Faso en pleine transition politique après la fin de la présidence de Blaise Compaoré qui s’était imposé au pouvoir par la force, Bintou, Chantale et Dina sont bien décidées de s’ouvrir aux professions jusqu’ici dévolues aux hommes en étudiant la mécanique automobile.

"Ouaga Girls" de Theresa Traoré Dahlberg © Juste Doc "Ouaga Girls" de Theresa Traoré Dahlberg © Juste Doc
Au sujet de la sortie DVD : Ouaga Girls de Theresa Traoré Dahlberg

En trois films réunis dans cette édition DVD, Theresa Traoré Dahlberg propose de découvrir le Burkina Faso actuel en pleine transition politique et sociale en réalisant des portraits de femmes actives et dynamiques. Cette intention était déjà là dans son court métrage de 2011 Taxi Sisters qui suivait une femme au volant de son taxi et se faisait appelée « Taxi sisters » dans les rues de Ouagadougou, sans éviter de se heurter à l’intolérance de certains collègues masculins. La cinéaste se démarque pleinement du reportage en s’impliquant pleinement dans une immersion cinématographique où ses interlocutrices deviennent les héroïnes d’une fascinante histoire : celle d’une société dynamisée enfin par des femmes qui sortent de l’ombre. Après son premier long métrage Ouaga Girls, Theresa Traoré Dahlberg a réalisé un autre portrait de femme vivant à Ouagadougou aux antipodes sociales de ses précédents personnages puisqu’il s’agit, comme son titre l’indique de La Femme de l’ambassadeur. Les problématiques ne sont ici plus les mêmes pour cette femme vivant dans le luxe mais malgré tout frustrée de ne pas pouvoir vivre librement son désir d’être chanteuse d’opéra.

La musique émancipatrice est très bien mise en valeur dans Ouaga Girls puisque le film s’ouvre avec le remix de Katougou chanson de Richard Seydou Traoré, père de la cinéaste. Autour de cette filiation, le film devient un récit de transition entre deux générations où la musique vient dynamiser avec une vibrante modernité le récit. Cette place dévolue à la partition musicale est d’autant plus significative que l’une des femmes chante devant un micro dans l’intention également de trouver sa place ainsi dans l’environnement social du Burkina Faso contemporain. Innervé par cette bande originale, Ouaga Girls suit avec pudeur et avec une profonde empathie le cheminement de ses femmes dans leurs études de mécanique automobile où leur blouse bleue de travail devient un symbole fort d’émancipation féminine. Il se dégage de cette vision un véritable engouement pour la force que constitue la sororité à la fois entre ces femmes devant la caméra et aussi derrière avec la réalisatrice qui participe avec la construction cinématographique de son film à les rendre visible et légitimer d’autant mieux socialement leurs affirmations en pleine conscience dans le Burkina Faso actuel.

 

 

alloouaga
Ouaga Girls
de Theresa Traoré Dahlberg

Suède, France, Burkina Faso, Qatar, Pays-Bas, Finlande, Afrique du Sud, 2018.
Durée : 82 min
Sortie en salles (France) : 7 mars 2018
Sortie France du DVD : 5 mars 2019
Couleur
Langue : français.
Éditeur : Juste Doc

Bonus :
Taxi Sisters court-métrage de Theresa Traoré Dahlberg, 2011 (30 mn)
La Femme de l’ambassadeur court-métrage de Theresa Traoré Dahlberg 2018 (16 min)
Entretien avec Theresa Troaré Dahlberg : « je voulais faire découvrir le quotidien d’une jeune femme burkinabé, aujourd’hui » (10 mn)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.