Prostitution et colonialisme : Bangkok aujourd'hui

La rue Thaniya à Bangkok est le haut lieu de la prostitution réservée à la clientèle japonaise. Luck, l'une de ces prostituées, retrouve Ozawa, un ancien client, avec qui elle est prête à revenir dans son Laos natal.

"Bangkok Nites" de Katsuya Tomita © Survivance "Bangkok Nites" de Katsuya Tomita © Survivance

Sortie DVD : Bangkok Nites de Katsuya Tomita

Salué par une rétrospective intégrale de ses films au festival international du film de La Rochelle en 2017, Katsuya Tomita est un franc tireur de génie du cinéma japonais qui a produit en marge du système classique de production. Son cinéma est dès lors habité par cette indépendance d'esprit qui lui permet de montrer une réalité sociale que l'on ne voit dans un aucun autre film. Pour Bangkok Nites, il est parti en Thaïlande enquêter sur l'omniprésence coloniale associée à la prostitution avec une clientèle quasi exclusivement japonaise. Katsuy Tomita se donne les ambitions de son projet en construisant un récit de près de trois heures suivant l'aller et le retour de Luck, prostituée centrale de l'histoire. Le film décrit parfaitement ce milieu associé aux hommes qui tirent les ficelles de cette manne lucrative. C'est en prenant le temps de décrire tout ce microcosme que le colonialisme toujours présent et les blessures d'une histoire de douleur et de guerre apparaissent avec toute son évidente clarté. Ce Bangkok interlope d'une nuit sans fin brise sans cesse les rêves de ces femmes issues de leur campagne profonde pour maintenir l'économie de tout le foyer familial à elles seules tout en étant méprisées par la même famille.
En filmant la Thaïlande, Katsuya Tomita parle ainsi indirectement du Japon qui se retrouve en perte totale de repères, notamment après le drame de Fukushima qui remet profondément en cause la course éperdue pour le progrès et un avenir inaccessible. Clients et prostituées jouent tous dès lors ici à la mise en scène d'un paradis glauque qui n'a plus de finalités. Et pourtant, ces hommes japonais s'activent pour faire grossir dans leur imagination le fantasme d'un paradis perdu et révèlent par là même leur essence profondément prédatrice et colonisatrice.
Katsuya Tomita ne cesse de relancer le récit avec de nouvelles propositions visuelles et des personnages secondaires qui ajoutent conséquemment de nouveaux micro récits. Les choix de mise en scène se développent avec toujours des propositions audacieuses, notamment dans les plans et les mouvements de caméra. Quant à la tonalité générale, elle s'éloigne de la gravité glauque de l'univers social décrit pour épouser une vision pleinement humaniste des personnages rencontrés nourris au biberon de la réalité humaine. Un film dense et magnifique !

 

 

bangkok-nites-dvd
Bangkok Nites
Bankoku naitsu
de Katsuya Tomita
Avec : Subenja Pongkorn (Luck), Katsuya Tomita (Ozawa)
Japon, France, 2016.
Durée : 175 min
Sortie en salles (France) : 15 novembre 2017
Sortie France du DVD : 4 juin 2019
Format : 1,85 – Couleur
Langues : japonais, thaï, isan, anglais - Sous-titres : anglais, français.
Éditeur : Survivance
Bonus :
Livret (28 pages) : Entretien avec Katsuya Tomita par Dimitri Ianni, Quatorze chants pour Luck, texte de Philippe Azoury
L'affiche du film


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.