"La Femme des steppes, le flic et l’œuf" (Öndög) de Wang Quan'an

Au milieu de la steppe mongole, le corps sans vie d’une femme est retrouvé. Un jeune policier est contraint de passer la nuit seul à ses côtés et une bergère vient à sa rescousse.

"La Femme des steppes, le flic et l’œuf" (Öndög) de Wang Quan'an © Diaphana "La Femme des steppes, le flic et l’œuf" (Öndög) de Wang Quan'an © Diaphana
Sortie DVD : La Femme des steppes, le flic et l’œuf de Wang Quan'an

Après être devenu un cinéaste important de la sixième génération en Chine dans les années 2000 avec notamment un Ours d’Or pour Le Mariage de Tuya en 2006, le grand film historique Bai lu yuan (2011) pour lequel il a dû couper 2 heures pour satisfaire les demandes de la censure chinoise, l’a laissé littéralement sans souffle pour continuer à explorer le cinéma. La Femme des steppes, le flic et l’œuf (Öndög) est donc pour lui un retour aux sources puisqu’il tourne à nouveau en Mongolie mais cette fois-ci à l’étranger, loin du contrôle du pouvoir central chinois puisqu’il s’agit de la Mongolie intérieure. Il fait également le choix de tourner avec une équipe réduite et avec exclusivement des acteurs non professionnels. Il tourne également pour la première fois avec un chef opérateur français dont il apprécie l’approche esthétique. Ensemble, ils tourneront sans scénario ou presque, saisissant des bribes de récits en intégrant au maximum ce qu’offrait la réalité immédiate.
Il en ressort un film d’une beauté profonde magnifiée par un CinémaScope rendant toute la puissance mythique d’un lieu où se sont joués des événements précieux de la manifestation de la vie sur Terre puisque de nombreux œufs fossilisés de dinosaures s’y trouvent encore en grande quantité. Cela permet d’ailleurs de donner le titre du film (la traduction littérale du titre original Öndög étant « œuf ») et de proposer une métaphore de la force de ces êtres humains luttant pour leur indépendance et leur vie dans un milieu naturel rude et austère. La naissance et la perpétuation de la vie est fêtée dans des situations inédites et singulières autour d’un personnage fort de bergère indépendante. Même si le film commence très vite avec l’apparition d’un cadavre qui offre la piste hypothétique du film policier, l’histoire est bien plus contemplative et trouve pour référence essentielle Il était une fois en Anatolie (2011) de Nuri Bilge Ceylan. La beauté du film offre un nouveau au romantisme des steppes de Mongolie.

 

 

61ucdwzpdql-ac-sl1000
La Femme des steppes, le flic et l’œuf
Öndög
de Wang Quan'an
Avec : Dulamjav Enkhtaivan (la bergère), Norovsambuu (le jeune policier), Aorigeletu (le berger), Gangtemuer Arild (le chef de la police)
Mongolie, Chine, 2019.
Durée : 90 min
Sortie en salles (France) : 19 août 2020
Sortie France du DVD : 1er décembre 2020
Format : 2,35 – Couleur
Langues : mongole - Sous-titres : français.
Éditeur : Diaphana

Bonus :
Entretien avec Aymerick Pilarski, dir. photo (27’)
Masterclass avec Wang Quanan au Forum des images, animée par Pascal Mérigeau (113’)
Bande-annonce

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.