Jim Jarmusch, chapitré et personnifié

Jim Jarmusch avec actuellement son quatorzième long métrage, fictions et documentaires compris, a fait œuvre, imposant avec une discrétion feinte mais une assurance sans failles un univers philosophique et esthétique qui n’a pas fini de faire rêver-penser, pour accéder à « un monde plus loin », comme le propose en sous-titre de son ouvrage Céline Murillo.

À propos du livre Le Cinéma de Jim Jarmusch de Céline Murillo

C’est toute la filmographie du cinéaste, à l’exception du récent Paterson mais aussi de ses deux documentaires musicaux, qui est ici convoquée pour faire résonner le sens du cinéma d’un homme né en 1953 à Akron aux États-Unis. Les réflexions de Céline Murilo reposent avant tout sur l’analyse fine des films du cinéaste, dont elle dégage plusieurs grands thèmes et choix de mise en scène récurrents. De la confrontation des œuvres apparaît une étonnante nouvelle lecture, comme si chaque film devenait le chapitre d’un même livre partageant le même personnage central, double cinématographique de Jarmusch. Très avare en confidences, Jarmusch s’est peu penché sur l’interprétation qu’il pouvait avoir de ses propres œuvres, aussi Céline Murillo a respecté cette position du cinéaste pour négliger presque complètement la biographie de l’artiste au profit de ses seules œuvres. Il n’empêche que l’évocation de son parcours en tant que musicien et sa sensibilité punk est utilisée à bon escient pour questionner l’identité anarcho-punk inhérente de cette riche filmographie. C’est là une toute autre démarche que celle de Philippe Azoury et de son Jim Jarmusch, une autre allure publié aux éditions Capricci quelques semaines après le présent ouvrage de Céline Murillo aux éditions L’Harmattan.
Avec patience et opiniâtreté, Céline Murillo multiplie les entrées possibles de l’univers Jarmusch en partant de ses caractéristiques, notamment sa profonde mélancolie, la distance prise à l’égard des canons scénaristique du cinéma hollywoodien, la requalification iconique de la marginalité sociale dans le mythe de la construction américaine, etc. L’auteur met à distance Jim Jarmusch, n’utilisant ni la biographie de l’homme privé derrière la figure du cinéaste public taiseux, ni les conditions économiques et techniques de réalisation desdits films. Plus que des informations, l’ouvrage est une véritable invitation au voyage, qui doit permettre, à l’instar des films dudit cinéaste, d’aller plus loin, en marge de l’interprétation officielle de la réalité quotidienne.

 

 

9782343096780r

 

Le Cinéma de Jim Jarmusch. Un monde plus loin
de Céline Murillo

Nombre de pages : 302
Date de sortie (France) : novembre 2016
Éditeur : L’Harmattan
Collection : Champs visuels
lien vers le site de l’éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.