Un bon film est un film qui s’inscrit socialement

Parution du livre « La Satisfaction et la déception du spectateur au cinéma », de Laurent Darmon

Parution du livre « La Satisfaction et la déception du spectateur au cinéma », de Laurent Darmon

Les relations existant entre une œuvre filmique et son public sont complexes et précisément peu prévisibles. Si la logique inhérente du blockbuster est de capter le plus large public possible, ledit public ne réagit pas comme les financiers le souhaiteraient. Pour étudier ce lien, Laurent Darmon a choisi un angle d’analyse : satisfaction et déception. Cela peut sembler d’autant plus pertinent que l’idée la plus commune issue entre deux personnes qui parlent d’un film qu’ils ont vus consiste à savoir si l’on a aimé ou non un film. S’élabore ensuite dans le dialogue plusieurs justifications plus ou moins élaborées du jugement énoncé, tentant parfois de rallier l’autre à son opinion. Avant d’arriver au développement de ces propos, Laurent Darmon propose de revenir à leur origine. Ses outils d’analyses sont universitaires : cet ouvrage est issu da sa thèse soutenue en novembre 2013 sous la direction d’Emmanuel Éthis à l’Université d’Avignon et intitulé Itinéraire de l’évaluation d’un film par le spectateur au cinéma - Les chemins de la déception. Il en résulte un ouvrage aux analyses très poussées, menées avec un souci méthodique. Le livre se divise en parties et sous-parties bien détaillées, précisant toujours la méthodologie issue des sciences sociales. L’approche universitaire du livre est d’une grande rigueur : ce qui fait l’intérêt de l’analyse, mais peut réduire son lectorat. Parfois certains concepts, bien qu’une première fois expliquée, peuvent sembler ardus à digérer à la lecture. Les analyses sociologiques sont d’une grande pertinence lorsqu’elles mettent en évidence qu’une appréciation du film ne se fabrique pas in situ, mais est bien le résultat d’une construction sociale. Il n’existe donc pas de films bons en soi de toute éternité, mais des films qui expriment et révèlent des logiques sociales. C’est un des grands intérêt de cet ouvrage de remettre en lien l’analyse cinématographique avec la réalité sociologique. En revanche, on peut regretter que n’apparaisse pas un chapitre spécifique consacré à ce public particulier que sont les critiques, puisque que ceux-ci sont une partie de la société et qu’ils ont un impact sur un ensemble large de la société. Par ailleurs, plusieurs analyses apparaissent plusieurs fois, menant aux mêmes conclusions, laissant un goût de redondance au lecteur. Au final, l’ouvrage, en s’ouvrant à un lectorat plus large que le monde universitaire, aurait gagné à être plus synthétique. De même, il reste peu de place au lecteur pour insérer sa propre expérience à analyser. La somme de connaissance universitaire est parfois si lourde, qu’il est malaisé de se l’approprier pour mieux analyser son propre rapport au cinéma situé dans un espace social particulier. À lire avec un regard averti, en prenant le temps de s’approprier les concepts.

 

 

La Satisfaction et la déception du spectateur au cinéma. Théories et pratiques

de Laurent Darmon

 

France, 2015.

Nombre de pages : 268

Date de sortie (France) : janvier 2015

Éditeur : L’Harmattan

Collection : Logiques sociales

 

lien vers le site de l’éditeur :

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=45553

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.