Retour aux origines pour Fritz Lang en Inde

Un architecte venu en Inde construire de nouveaux bâtiments pour le maharadja, tombe amoureux de Seetha, la danseuse sacrée. Or, le maharadja invite Seetha à devenir son épouse sans lui offrir la liberté de dire non.

"Le Tigre du Bengale" de Fritz Lang © Wild SIde "Le Tigre du Bengale" de Fritz Lang © Wild SIde

Festival La Rochelle Cinéma 2019 : Le Tigre du Bengale et Le Tombeau hindou de Fritz Lang

Présenté dans de nouvelles versions restaurées au sein de la programmation de la 47e édition du Festival L a Rochelle Cinéma, le diptyque de Fritz Lang comprenant Le Tigre du Bengale et Le Tombeau hindou fera sa sortie nationale dans les salles de cinéma le 17 juillet 2019 en versions française et originale sous-titrée française. Avec ces deux films, Fritz Lang à la fin des années 1950 signe son retour en Allemagne après l'avoir quitté en 1933 avec l'arrivée au pouvoir du parti nazi. Il réalise pour cela l'adaptation d'un roman écrit par sa collaboratrice et épouse Thea von Harbou et publié sous la forme d'un feuilleton en 1917. La réalisation du film lui ayant été enlevé en 1921 par le producteur, cette nouvelle opportunité de se réapproprier un projet passé constitue une expérience très forte pour Fritz Lang où il retrouve un nouvel élan de cinéma loin des studios. C'est une époque particulière où d'autres cinéastes d'un Hollywood classique en crise se mettent à dialoguer avec leur propre passé en réalisant le remake de leurs propres réalisations comme ce fut le cas d'Alfred Hitchcock. Le diptyque indien de Fritz Lang participe de cette même idée de replonger dans le cinéma des origines pour mieux en faire la synthèse comme s'il s'agissait d'un testament cinématographique. Car on retrouve ici le goût par les sociétés secrètes, les rapports de classes où toute une partie de la société est écrasée par un pouvoir répressif à l'instar de Metropolis. Le sens de l'aventure prend les traits d'un exotisme assumé au pays des maharadjas, des danses sensuelles et érotiques devant une divinité, le foisonnement d'une nature aussi exubérante que l'architecture du palais. L'aventure s'incarne ainsi pleinement dans le mouvement, la mise en scène des décors, des combats, des danses, des animaux dangereux laissant au second plan la piètre interprétation de l'acteur jouant le prétendu héros. Fritz Lang s'amuse d'ailleurs à le tourner en dérision, qu'il s'agisse de sa première prestation pour venir en aide à la servante dévouée de sa future promise où il fait montre d'une force excessive pour assommer deux gardes, ou encore ses différentes scènes d'action où il s'en sort, plus par chance que compétences personnelles. En outre, ce héros ne cache pas son mépris de colon à l'égard de l'Inde. C'est là une liberté que le cinéaste prend pour porter une critique profonde du film d'aventure colonial et raciste comme l'ont été les versions précédentes du Tigre du Bengale.
De nos jours encore, l'intérêt de l'aventure n'est pas détourné par l'attractivité de l'acteur principal mais repose sur la seule mise en scène du cinéaste, pour vivre et partager une histoire en famille, où le monde adulte colonialiste est tourné en dérision, qu'il s'agisse des excès autoritaires du maharadja comme de son alter ego colonialiste. Le regard pur de l'enfance retrouvée peut dès lors s'exprimer pleinement dans cette aventure !

 

 

 

fritzlang-affiche-globale
Le Tigre du Bengale
Der Tiger von Eschnapur
de Fritz Lang
Avec : Debra Paget (Seetha), Paul Hubschmid (Henri Mercier), Walter Reyer (Chandra), Claus Holm (le docteur Walter Rhode), Sabine Bethmann (Irène Rhode), Valéry Inkijinoff (Yama, le grand prêtre), René Deltgen (le prince Ramigani), Luciana Paluzzi (Baharani, la servante), Jochen Brockmann (Padhu), Jochen Blume (Asagara), Richard Lauffen(Bhowana), Helmut Hildebrand (le serviteur de Ramigani)
Allemagne de l'Ouest, Italie, France, 1958.
Durée : 97 min
Première sortie en salles : 22 janvier 1959 (Allemagne), 22 janvier 1959 (France)
Format : 1,37 – Couleur

 

Le Tombeau hindou
Das indische Grabmal
de Fritz Lang
Avec : Debra Paget (Seetha), Paul Hubschmid (Henri Mercier), Walter Reyer (Chandra), Claus Holm (le docteur Walter Rhode), Sabine Bethmann (Irène Rhode), Valéry Inkijinoff (Yama, le grand prêtre), René Deltgen (le prince Ramigami), Jochen Brockmann (Padhu), Jochen Blume (Asagara), Guido Celano (le général Dagh)
Allemagne de l'Ouest, Italie, France, 1959.
Durée : 101 min
Première sortie en salles : 5 mars 1959 (Allemagne), 7 août 1959 (France)
Format : 1,37 – Couleur

 

 


Sortie France du DVD : xx 2019
Format : 1,85 – Couleur
Langues : anglais, français, espagnol, portugais - Sous-titres : français.
Éditeur :
Bonus :
lien vers le site de l’éditeur

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.