Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2067 Billets

5 Éditions

Billet de blog 8 août 2019

"Hier arrive bientôt" un spectacle de et avec Georgina Vila Bruch

Programmé sur la scène découverte du festival L'été de Vaour, « Hier arrive bientôt » est un spectacle de théâtre gestuel de Georgina Vila Bruch qui joue également seule sur scène avec les démons et fantômes de son personnage.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Hier arrive bientôt" de Georgina Vila Bruch © Quévin Noguès

Un corps abandonné sur scène sur un triste tapis s'éveille peu à peu malgré lui-même. Une femme au regard de clown, à la tête et aux idées empoussiérées lutte contre l'hier.

Sous le regard médusé d'un public de tous âges, humour burlesque et drame profond se manifestent en même temps à travers la prise de vie du corps d'un personnage qui tente de dépasser son seul statut de marionnette pour retrouver une vie pseudo normée autour d'un homme à accueillir à la maison et d'une table dressée avec la dextérité de tout un corps intégralement dévolu. La comédienne et contorsionniste Georgina Vila Bruch fait de son corps un outil au service du récit qui se développe au fil d'une réappropriation de son personnage. De la marionnette articulée où le corps devient un poids infini pour une âme écrasée littéralement par la traumatisme d'un passé plombé par la mort et l'absence, le personnage de clowne pas drôle mais qui fait rire par l'énergie qu'il déplace pour s'affirmer dans la vie à l'égal d'un Charlot, redevient peu à peu humain après avoir convoqué à la lueur de sa prise de conscience sa propre histoire. Le corps de ce personnage qui déambule et lutte comme il peut dans un espace intérieur réduit est mis à rude épreuve. Au fil de ses chorégraphies, se joue la difficulté pour cette femme de trouver sa place dans le monde vivant humain en singeant les codes de la normalité vis-à-vis du public auquel elle offre son histoire. L'espace intérieur de son foyer marqué par une profonde absence (un mari, un enfant...) devient un lieu d'enfermement total sans issue où la folie est le voisin immédiat avec lequel le dialogue est d'abord le plus aisé.
Georgina Vila Bruch réussit à raconter une histoire de deuil et d'enfermement avec quelques éléments épars du quotidien et son corps qui épouse parfaitement les enjeux de la scène de théâtre : une paire de chaussures masculines qui arrive au rythme de la musique brésilienne avec encore du sable de ce lointain exotique, une veste qu'elle habite de sa propre âme... Dépression, folie, deuil profond et toutes les ressources d'une identité qui tente de reprendre pieds dans le réel sont convoqués dans ce récit touchant, d'une subtilité qui évacue tout mélodrame gratuit. La construction de la mise en scène de Georgina Vila Bruch semble nourrie d'une longue recherche pour que le théâtre, le contorsionnisme circassien et l'écriture du récit d'un enfermement au féminin puisse s'épouser parfaitement en une même osmose. Telle est la force de ce récit de réussir à interroger à chaque instant l'altérité que chacun possède en lui et qui en certains cas tragiques peut mettre à mal l'intégrité même d'un individu. Une fantastique traversée d'une histoire de vie où un corps renaît de sa poussière !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal