Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2544 Billets

6 Éditions

Billet de blog 9 déc. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

"Baba Yaga : la forêt des damnés" de Svyatoslav Podgaevskiy

Le jeune Egor, orphelin de mère, a du mal à accepter la compagne de son père et leur bébé. Un jour, une étrange nourrice aux pouvoirs maléfiques fait disparaître le bébé et en efface la mémoire chez leurs parents. Egor va s'allier avec sa jolie voisine et un adolescent qui jusqu'ici les martyrisait pour lutter contre Baba Yaga, une sorcière issue des âges anciens.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie DVD : Baba Yaga : la forêt des damnés de Svyatoslav Podgaevskiy

Cette édition vidéo de ce film d'horreur inédite dans les salles de cinéma en France est une opportunité pour découvrir un pan méconnu de la production russe contemporaine. Le réalisateur Svyatoslav Podgaevskiy n'en est pas à son premier film de genre et c'est sûr de sa maîtrise de ce type de récit qu'il avance en interrogeant une figure bien connue des contes de fée traditionnels : la sorcière dévoreuse d'enfants. Cette figure traverse les frontières et l'on peut voir en elle un mélange entre la Llorona mexicaine et le clown tueur de Ça de Stephen King, le tout à la sauce russe des contes slaves.

Illustration 1
Baba Yaga : la forêt des damnés de Svyatoslav Podgaevskiy © Condor

Dans le premier cas, on retrouve en effet l'obsession d'une figure féminine de non seulement faire disparaître de jeunes enfants mais également toute trace de l'expérience de la parentalité dans leur propre mémoire. Dans le second cas, la structure narrative repose sur un adolescent qui va se battre pour retrouver son petit frère ou sa petite sœur pour qui il n'accordait au départ que peu d'attention, avec l'appui d'autres adolescent.es laissés un peu marge du microcosme social.

L'aventure ici contée du jeune Egor est ainsi l'opportunité pour lui de reconstruire son propre lien à sa famille à la suite de la mort de sa propre mère dont il n'a pas fait encore le deuil. La menace de la figure féminine appelée Baba Yaga représente dès lors le fantôme de sa mère émanant de ses propres pulsions. C'est en profitant du recul d'autres jeunes à ses côtés qu'il va pouvoir lutter contre cette figure destructrice appelée Baba Yaga, tout droit issue du conte russe. Son aspect est particulièrement soigné et original, apparaissant à la fois comme un être filiforme aux doigts allongées, à tête d'oiseau, unijambiste mais aussi sous une autre forme faite de fils de laine rouge qui la relie aux puissances surnaturelles de tout son espace multiséculaire de la forêt.

Le domaine sylvestre de Baba Yaga avec sa cabane n'est pas sans rappeler aussi l'antre périphérique du clown tueur, comme si ces figures monstrueuses tueuses d'enfants étaient le résultat du rejet d'un modèle de société qui aurait perdu contact avec sa culture originelle. Ainsi, dans Baba Yaga : la forêt des damnés le premier espace présenté de ville moderne où les habitants vivent entre eux dans un confort bourgeois aseptisé sans amour entre enfants et parents, a tout de la maison de poupée inquiétante malgré une lumière omniprésente qui ne laisse rien dans l'ombre. Comme si le conte venait rappeler les parts d'ombres auxquelles les politiques agressives néolibérales contemporaines en Russie n'ont cessé d'enfermer et isoler les individus face à l'inconnu.

Sans être un film d'horreur qui réinvente les codes du genre, Svyatoslav Podgaevskiy réussit à faire une honorable synthèse entre les contes russes et l'héritage international du cinéma d'horreur avec une esthétique particulièrement soignée et un imaginaire fécond malgré un scénario aux nombreuses lacunes pour rendre l'ensemble plus organique.

Illustration 2

Baba Yaga : la forêt des damnés
Yaga. Koshmar tyomnogo lesa
de Svyatoslav Podgaevskiy
Avec : Oleg Chugunov (Egor), Glafira Golubeva (Dasha), Artyom Zhigulin (Anton), Svetlana Ustinova (Tatyana-nanny / Baba Yaga), Aleksey Rozin (Alexey / le père d'Egor), Maryana Spivak (Yuliya / la belle-mère d'Egor), Marta Kessler (Seta), Heather Gonzalez (la mère de Dasha / la tante d'Egor), Igor Khripunov (Mrachnyy), Zhenya Evstigneeva (la mère d'Egor), Filippov Daniil, Yuliya Aleksandrova), Jenya Evstigneeva (la mère d'Egor), Xanthe Huynh (la voix de Seta), Aleks Le (la voix de Mikha), Chris Wei Lewis (la voix de Senya), Olga Makeeva (la mère de Dasha), Casey Mongillo (la voix d'Egor), Laura Post (la voix de Baba Yaga), Jamie Rapaport (la voix de Dasha), Michelle Ruff (la voix de Julia), Keith Silverstein (Alexey / la voix du père), Kaiji Tang (la voix de l'homme de la forêt), Cedric L. Williams (la voix d'Anton), Denis Shvedov,
Russie, 2020.
Durée : 97 min
Sortie en salles (France) : inédit
Sortie France du DVD : 21 octobre 2022
Format : 2,35 – Couleur
Langues : français, russe - Sous-titres : français.
Éditeur : Condor Entertainment
Bonus :
5 capsules vidéo sur le tournage

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte