Malin, le Renard qui répare son vélo !

Voici le deuxième volume des aventures de Renard, l’animal anthropomorphique passionné de vélo qui découvre cette fois-ci la seconde vie des objets jetés au rebut.

Parution de la bande dessinée Renard sauve son vélo de FibreTigre et Floriane Ricard

En avril 2016 apparaissait aux édition Rue de l’Échiquier un curieux personnage volontaire profondément marqué de candeur positiviste : Renard. Le voici à présent paré pour de nouvelles aventures : après avoir découvert les joies du cyclisme à travers un tour du monde et bien plus encore, Renard découvre que les objets peuvent mourir. Renard vient à peine d’intégrer la société humaine c’est pourquoi son esprit plein de candeur trouvera écho auprès du jeune public comme de leurs parents désireux de poser un regard réenchanté sur le monde. Le livre est clairement à message et ne s’en cache aucunement : il s’agit de sensibiliser à la réparation des objets pour diminuer la quantité de déchets. Le graphisme de FibreTigre et Floriane Ricard est similaire au premier tome mais côté récit, il y a beaucoup moins de folie et d’aventure, le récit se limitant un peu trop au message sans s’autoriser un imaginaire débordant de ce cadre préalable. Il est pour cette raison préférable de ne pas découvrir Renard à travers ce tome moins accrocheur sur la personnalité de ses personnages mais plutôt par le premier tome pour disposer du capital sympathie que suppose Renard sauve son vélo. Il faut également découvrir un troisième tome Renard et l'argent gratuit, sorti parallèlement à ce présent ouvrage pour se faire une idée de l’ensemble et envisager le chemin que FibreTigre et Floriane Ricard ont choisi de partager avec leurs lecteurs.

 

 

2017-09-23-164208-ill1-renard-sauve-son-velo
Renard sauve son vélo
de FibreTigre et Floriane Ricard

Nombre de pages : 36
À partir de 5-8 ans
Date de sortie (France) : 28 septembre 2017
Éditeur : Rue de l’Échiquier
Collection : Collection Renard

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.