Entretien avec Maeva Poornima, sexothérapeute holistique

Maeva Poornima est sexothérapeute holistique et a synthétisé quelques-unes de ses approches dans le livre "Rituels de femmes pour dévoiler les trésors de la sexualité". Cet entretien est l'opportunité de découvrir comment se mêlent intimement sexualité et sacré dans une démarche de développement personnel.

Maeva Poornima © Bibbie Friman Maeva Poornima © Bibbie Friman
Cédric Lépine : Comment as-tu développé la spiritualité et le sens du sacré dans la sexualité ?

Maeva Poornima : J’ai tout d’abord eu la chance de grandir avec une maman sensible à la spiritualité et qui était rosicrucienne. J’ai donc naturellement été initiée à la méditation enfant en la regardant faire d’une part, puis en participant à des méditations avec d’autres enfants dans différents contextes d’autre part. Ce fut ma première transmission et cela m’a beaucoup influencé tout comme le fait que mon père était musicien et qu’il m’a initié à la sensibilité poétique.

 

Par ailleurs, la sexualité m’a toujours intéressé. À 18 ans, j’ai ainsi pu travailler comme hôtesse pour le téléphone et minitel rose pour comprendre un peu les ressorts de la sexualité. Je souhaitais ainsi me confronter à la manière dont la sexualité était vécue chez les autres. L’expérience du téléphone rose m’a permis de prendre conscience de la déconnexion des personnes quant à leur sexualité et leur profonde solitude. J’ai découvert auprès du public essentiellement masculin que j’avais au téléphone le degré de honte autour de la sexualité. En retour, cela m’a permis de me positionner sur ma propre sexualité.

 

Lorsque j’avais 21 ans, à travers la sexualité que je vivais avec mon partenaire, j’ai ressenti qu’il y avait autre chose à découvrir derrière l’aspect physique de la sexualité. L’expérience d’orgasme profond a été mon guide. J’ai commencé à lire mes premiers livres sur le tantra et je suis plus tard partie à Bali où tout s’est téléscopé : ma volonté de travailler dans la sexualité et la spiritualité. Je me suis alors reconnectée dans ce contexte à la spiritualité que j’avais découverte enfant grâce à ma mère et que j’avais rejetée à mon adolescence. J’ai redécouvert la beauté des rituels, de l’équilibre et de l’invisible. Je me suis alors mise à étudier le tao pour les femmes, le tantra, le yoga, la sexologie et à travailler sur moi en parallèle autour de ces questions. Peu à peu, j’ai construit mes propres méthodes d’approche de la sexualité autour de ce que j’ai pu réparer de mon lien au féminin et au corps. J’ai développé une approche « sexo-corporelle ».

 

Toutes ces étapes de ma vie ont constitué un véritable parcours d’excavation, d’introspection : c’est une quête qui me passionne et me permet d’intégrer toutes les facettes de moi et d’aller vers un sentiment d’être « complète ».

 

J’ai à cœur de créer des espaces de transformation pour les femmes et de transmettre ce que j’ai découvert au fil de ce chemin, ayant en tête l’évolution, la guérison et la réintégration complète de notre soi sexuel et de notre éros. Car notre énergie sexuelle est aussi notre force vitale, notre énergie créative, et lorsque nous sommes déconnectées d’elle nous sommes déconnectées de notre essence originelle.

Ce travail est pour moi un processus de révélation de soi. Je considère le plaisir et la sexualité comme un portail vers plus de liberté, vers la réalisation de soi dans son plein potentiel ainsi que la guérison de ses parties blessées face à certains conditionnements qu’ils soient personnels ou encore transgénérationnels et qui sont bien souvent aux commandes de nos vies.

 

 

C. L. : Comment la sexualité dans la sphère intime peut guérir certains aspects de notre histoire ?

M. P. : La sexualité a un grand pouvoir de guérison même si elle peut aussi blesser. Se réapproprier ces parties de soi autour de la sexualité qui ont été blessées, des choses dont on a honte, implique ensuite un autre positionnement dans la société.

La sexualité c’est là d’où l’on vient, c’est notre commencement. Travaillant sur la sexualité, nous travaillons donc sur notre base, ce qui a évidemment un impact sur tout le reste. Une fois cette base renforcée, on peut s’incarner différemment dans le monde.

 

Lors de mes stages, je ne me place pas comme une guérisseuse ou enseignante, mais je sais créer un espace de transformation pour les femmes, un espace propice à la transmission et à l’intégration. Quant à l’intensité et la profondeur dans laquelle chacune ira, cela leur appartient. Ce qui n’interdit pas non plus l’humour qui est toujours le bienvenu et témoigne du relâchement des corps libérés et plus légers.

 

Quel que soit leur âge, les femmes qui viennent à mes ateliers sont presque toutes habitées par une blessure à l’égard de l’expérience de leur corps et de l’intime car nous grandissons dans une société qui est sexuellement traumatisée. Et nous avons tous et toutes besoin de guérison à cet endroit. L’espace du stage de femmes permet souvent de renouer avec soi, avec son innocence érotique et son essence.

 

 

 

 

raw
Rituels de femmes pour dévoiler les trésors de la sexualité
de Maeva Poornima avec les photographies de Bibbie Friman

Nombre de pages : 204
Date de sortie (France) : février 2019
Éditeur : Le Courrier du livre
Collection : Rituels de femmes

www.maevapoornima.com

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.