L’Odyssée des lapins du Hampshire

Dans une paisible garenne de l’Hampshire en Angleterre, un jeune lapin pressent un danger imminent. Il réunit un petit groupe pour trouver un lieu plus accueillant. Mais sur leur route les dangers sont multiples.

 

"La Folle escapade" de Martin Rosen © Les Films du Paradoxe "La Folle escapade" de Martin Rosen © Les Films du Paradoxe

À propos de l'édition DVD : La Folle escapade de Martin Rosen

Watership Down, titre original du film d’animation de Martin Rosen, est d’abord un ouvrage écrit et publié en 1972 par Richard George Adams qui a rencontré un succès inespéré dans son Angleterre natale comme à travers le monde avec plus de 50 millions d’exemplaires vendus. Quelques années plus tard Martin Rosen choisit d’en faire l’adaptation pour son premier long métrage d’animation, suivi quatre ans plus tard par The Plague Dogs, autre adaptation d’un ouvrage de Richard George Adams. L’univers des lapins est bien moins sombre que dans The Plague Dogs et pourtant, la cruauté du monde auquel lesdits lapins sont confrontés est de toutes les scènes. L’histoire est autant inspirée du peuple juif en quête d’une Terre Promise de la Bible que de l’Énéide avec un Énée fuyant la chute de la ville de Troyes pour fonder le nouvel empire à venir en s’installant dans ce qui allait devenir Rome. À l’instar d’Énée aussi, les lapins doivent ainsi également effectuer leur propre « enlèvement des Sabines » afin de perpétuer leur espèce. L’histoire lapinesque n’a rien d’anodine ni de puéril et c’est bien à propos que l’édition DVD conseille le film à partir de 10 ans, voire 6 ou 8 ans pour un public averti et accompagné de leurs parents, surtout dans les scènes d’affrontements où le sang jaillit sans le moindre complexe. On voit dans cette histoire l’audace que s’est permis Hayao Miyazaki lorsqu’il se lança dans le projet de Princesse Mononoké, l’œuvre la plus gore du maître de la féerie de l’animation japonaise ! Le récit mis en scène par Martin Rosen s’inscrit pleinement dans l’animation politique du cinéma anglais, quelques décennies après La Ferme des animaux de John Halas et Joy Batchelor (1954). Ici aussi une population fuit en quête de leur liberté dans un monde en guerre où le lapin est la proie de tous, du monde humain au monde animal. Ses propres congénères peuvent également être des ennemis potentiels, surtout lorsqu’ils incarnent une société totalitaire et militaire comme on le voit dans la seconde partie du récit. À cet égard, les valeurs du film sont aussi bien écologique que politique, richesse de propos que ne se permet jamais, a contrario, d’aborder les longs métrages d’animation Disney. C’est pourquoi les films de Martin Rosen, quelques décennies plus tard, n’ont pas pris la moindre ride, leur parabole étant toujours d’actualité. Dans cette quête de liberté, il n’y a pas la place de la comédie de son héritier Chicken Run (Nick Park, Peter Lord, 2000) mais il ose offrir un contenu adulte pour tout public, comme ne se permettent guère la majorité des films d’animations, à de rares exceptions près comme Ma vie de Courgette (Claude Barras, 2016). Loin d’être crétins, les lapins sont ici de véritables citoyens luttant pour préserver leur liberté et s’opposer aux régimes totalitaires : tout un programme tenu de main de maître par Martin Rosen !
 

 

la-folle-escapade-de-martin-rosen-1095807714-l

La Folle escapade
Watership Down
de Martin Rosen
Royaume-Uni, Canada – 1978.
Durée : 101 min
Sortie en salles (France) : 28 novembre 2012
Sortie France du DVD : 20 mai 2016
Format : 1,33 – Couleur
Langue : français.
Éditeur : Les Films du Paradoxe
lien vers le site de l’éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.