Entretien avec Djanis Bouzyani, acteur de «Tu mérites un amour» d'Hafsia Herzi

«Tu mérites un amour», le premier long métrage réalisé par Hafsia Herzi, sort ce mercredi 11 septembre sur les écrans. La réalisatrice en est à la fois l'interprète principale, la scénariste et la productrice, réalisant ce film en toute indépendance avec une équipe impliquée dans laquelle se trouve Djanis Bouzyani qui joue le rôle de l'indéfectible ami et confident.

Djanis Bouzyani © Ali Madhavi Djanis Bouzyani © Ali Madhavi

Cédric Lépine : Quelle a été votre formation pour devenir comédien ?
Djanis Bouzyani :
Je n’ai suivi aucune formation pour être acteur. Initialement, j’ai une formation de danseur que j’ai commencée à Paris puis poursuivi à Los Angeles. Le cinéma est arrivé un peu par hasard... un bel hasard :-).


C. L. : Comment choisissez-vous vos rôles au cinéma et ailleurs ?
D. B. :
Pour accepter un rôle au cinéma je suis très sensible à la manière dont le réalisateur parle du personnage, les choses qui l’ont inspiré pour écrire ce personnage et aussi le reste du casting est important pour moi : j’aime être entouré de gens qui m’inspirent.


C. L. : Quel registre d'interprétation aimez-vous ?
D. B. :
Je n’affectionne pas un registre en particulier je pense qu’on peut interpréter un personnage et lui donner des nuances ? De ce fait, un rôle qui pourrait paraître au premier abord comique, on peut y ajouter une touche de mélancolie, par exemple, ou laisser entrevoir des fêlures : je trouve que cela donne encore plus de force au personnage.


C. L. : Comment Hafsia Herzi vous a choisi après avoir travaillé ensemble sur
Le Chat du rabbin (Joann Sfarr, 2011) ?
D. B. :
Après Le Chat du rabbin, Hafsia me disait souvent qu'elle voulait travailler avec moi un jour. J’en avais très envie aussi car j’aime la femme et l’artiste qu'elle est, j’ai toujours été fasciné par ses choix de carrière, alors quand elle m’a proposé le rôle, j’étais très excité.


C. L. : Comment travaille-t-on avec une réalisatrice qui est aussi actrice, scénariste et productrice ?
D. B. :
C’était très simple de travailler avec Hafsia : elle a une vision très précise de ce qu’elle veut. Elle s’adapte à chaque acteur. Par exemple, avec moi elle sait que je travaille mieux sous pression tandis que Jérémie Laheurte a plus besoin de se sentir aimé : c’est une grande directrice d’acteurs !


C. L. : Pour composer votre personnage, le meilleur ami de Lilas, aviez-vous besoin de connaître l'ensemble du scénario ?
D. B. :
Pour mon rôle, Hafsia ne voulait pas que je lise tout le scénario. Elle m’avait envoyé au début les scènes où mon personnage était présent puis petit à petit elle m’a envoyé des scènes d’autres personnages qui pouvaient m’aider à comprendre les réactions de mon personnage. Elle m’a aussi fait voir des films comme Diamants sur canapé (Breakfast at Tiffany’s, Blake Edwards, 1961) : elle trouvait que le rôle d'Audrey Hepburn avait une certaine ressemblance avec le mien : ce sont tous deux des personnages qui derrière leur exubérance cache une grande sensibilité et sagesse.

C. L. : Comment considérez-vous votre personnage dans le film ? Comment un indéfectible ange gardien de Lila ? Sa conscience extérieure qui la pousse à sortir d'elle-même ?
D. B. :
Je le considère un peu comme le petit prince du bitume : il est la lumière dans l’obscurité de Lila, il est la vie à son paroxysme. Avec lui, c’est dépêche-toi de vivre ou dépêche-toi de mourir !


C. L. : Qu'est-ce qui caractérisait ce tournage par rapport aux autres films sur lesquels vous avez travaillé ?
D. B. :
Ce tournage était particulier car c’était très familial. Toute les personnes présentes étaient là pour l’amour de l’art du cinéma. Aucune autre raison car il n’y avait aucun budget. Le film aurait pu ne jamais voir le jour. Nous avons tourné 3 fois 5 jours. Nous ne savions jamais quand nous allions tourner. Parfois, la décision était prise le soir pour le lendemain matin et je trouve que c’est génial ! Cela donne une telle fraîcheur au film, un tel réalisme et cela m’a permis de rencontrer Jérémie Laheurte et Anthony Bajon qui aujourd’hui sont des amis.


C. L. : Quelles sont vos prochaines activités dans et en dehors du cinéma ?
D. B. :
Je serais à l’affiche du prochain film de Sylvie Verheyde Madame Claude. J’ai commencé un autre tournage mais par superstition je ne préfère pas en parler. Et pour la suite j’aimerais prendre le temps de bien choisir, ne pas tourner pour tourner : je préfère être serveur que faire un film pour des mauvaise raisons.

 

Tu mérites un amour Bande-annonce VF (2019) Hafsia Herzi, Djanis Bouzyani © Bientôt au Cinéma

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.