"Les Enfants d’Isadora" un film de Damien Manivel

Une danseuse découvre le deuil de la danseuse Isadora Duncan qui a perdu ses deux enfants en 1913 et qui en a conçu une chorégraphie.

"Les Enfants d’Isadora" de Damien Manivel © Shellac "Les Enfants d’Isadora" de Damien Manivel © Shellac
Au sujet du DVD : Les Enfants d’Isadora de Damien Manivel

Il est peu de films capables de toucher l’essence de la danse et manifester ainsi rien moins que la sensation du sublime. Il fallait pour cela un cinéaste qui vienne de la danse et qui a fondamentalement intégrer le sens de la chorégraphie dans sa direction d’acteurs. Ajoutons à cela le minimalisme qui synthétise l’essentiel de son propos et alors apparaîtra la beauté d’un film à l’harmonie bouleversante. Le film débute avec la présence diaphane de l’actrice Agathe Bonitzer interprétant une danseuse plongeant dans un épisode dramatique de la vie de la célèbre danseuse Isadora Duncan survenu un siècle plus tôt. Sans prononcer d’autres mots que ceux en voix off issus de la lecture du livre d’Isadora Duncan, la danseuse sans nom mais au corps omniprésent commence à libérer sa propre interprétation de la chorégraphie composée par Isadora Duncan. De cette préparation suit le récit de l’entraînement d’une jeune fille trisomique par son professeur sur scène. La troisième histoire s’arrête sur une femme du public, profondément émue par le spectacle de danse La Mère composé par Isadora Duncan. De retour chez elle, la danse habitera son corps. Une transmission se fait ainsi à la fois entre toutes ces femmes qui ne se rencontrent pas comme entre le film et la première présentation publique d’Isadora Duncan de son spectacle La Mère un siècle plus tôt.

Damien Manivel saisit avec une perspicace inspiration l’essence de la danse dans son aptitude à toucher l’indicible. Les Enfants d’Isadora suit avec un respect religieux la naissance de l’expression artistique jusqu’à la réception par son public. L’histoire proposée cache une fausse simplicité scénaristique alors que se manifeste une condensation du récit dans des gestes corporels où la parole devient futile qui traduit toute la complexité d’un message profond. En plus de déclarer son amour manifeste pour la danse, Les Enfants d’Isadora est un pur moment de grâce cinématographique.

 

 

shellac-les-enfants-disadora-packshot-3129
Les Enfants d’Isadora
de Damien Manivel
Avec : Agathe Bonitzer, Manon Carpentier, Marika Rizzi, Elsa Wolliaston, Julien Dieudonné
France, Corée du Sud, 2019.
Durée : 84 min
Sortie en salles (France) : 20 novembre 2019
Sortie France du DVD : 3 novembre 2020
Couleur
Langues : anglais, français, espagnol, portugais - Sous-titres : français.
Éditeur : Shellac

Bonus :
livret

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.