Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2013 Billets

5 Éditions

Billet de blog 15 juin 2015

Ces 30 cinéastes qui ont bouleversé l’industrie du cinéma américain

Parution du livre « Une renaissance américaine », de Michel Ciment. Sous le terme « Une renaissance américaine » Michel Ciment affiche d’emblée sa propre histoire du cinéma américain face à ce que de nombreux autres critiques, parmi lesquels Jean-Baptiste Thoret, éminent spécialiste du cinéma des années 1970, nomment le « Nouvel Hollywood ». Comme il le précise dans les premières lignes de son introduction, la créativité de cette période est caractérisée par l’arrivée de cinéastes qui n’ont jamais tourné sur la côte Ouest.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre « Une renaissance américaine », de Michel Ciment. Sous le terme « Une renaissance américaine » Michel Ciment affiche d’emblée sa propre histoire du cinéma américain face à ce que de nombreux autres critiques, parmi lesquels Jean-Baptiste Thoret, éminent spécialiste du cinéma des années 1970, nomment le « Nouvel Hollywood ». Comme il le précise dans les premières lignes de son introduction, la créativité de cette période est caractérisée par l’arrivée de cinéastes qui n’ont jamais tourné sur la côte Ouest.

Ce qui se passe à cette époque dépasse donc le grand centre classique de l’industrie du cinéma qu’était Hollywood. Il est malgré tout vrai que c’est ce qui s’est passé en dehors des studios qui a contribué largement à modifier Hollywood durant les décennies à venir. Dès lors, l’expression de Michel Ciment se révèle suffisamment large pour contenir le foisonnement créatif de lors. En outre, placer ainsi cette expression dans le titre même de son ouvrage, c’est évidemment afficher un point de vue pour se distinguer des autres critiques de cinéma. La spécificité du travail de Michel Ciment comme critique de cinéma durant plus de 40 ans d’activité est ainsi proposée au lecteur. Le contenu de son ouvrage est clairement précisé dans son sous-titre : « Entretiens avec 30 cinéastes ». Pour cette édition, Michel Ciment a donc compilé les entretiens qu’il avait réalisé à l’époque pour la revue Positif et qui s’étalent sur quarante années, entre 1970 et 2011, avec l’essentiel des cinéastes américains qui ont marqué cette période. C’est en effet une belle opportunité de pouvoir lire ces divers témoignages réunis en un même endroit, de cinéastes qui n’ont souvent que comme point commun le cinéma et leur affirmation en tant qu’auteur spécifique de leur œuvre. La spécificité de ces entretiens repose également dans le fait que pour nombre d’entre eux, ils ont été réalisés au début de la carrière des cinéastes : ainsi en est-il pour Quentin Tarentino. Cela ne signifie pas que Michel Ciment soit un dénicheur de talent, ces cinéastes étant déjà malgré tout bien reconnus et appréciés dans le milieu professionnel et public au moment où ils s’entretiennent avec l’auteur. Mais il est intéressant de mettre en avant les envies de cinéma de jeunes réalisateurs appelés à devenir des auteurs incontournables. Qui plus est, il est notable que les artistes perdent de leur fraîcheur et de leur spontanéité à répondre aux questions au fil de l’exercice de leur métier, même s’ils acquièrent en même temps plus de maturité et de recul. Ces entretiens sont donc une bonne mine d’informations pour tous les cinéphiles désireux d’en connaître un peu plus sur ces cinéastes américains qui ont marqué le dernier quart du XXe siècle. Il est intéressant de constater que certains cinéastes se prêtent plus facilement au jeu de l’entretien que d’autres, certains livrant des secrets de tournage alors que d’autres sont plus laconiques et fuyants. Quoi qu’il en soit, à part quelques exceptions, les entretiens sont toujours suffisamment longs pour nous faire découvrir quelques indices supplémentaires non négligeables de la facette d’un cinéaste. Sur les trente cinéastes, il n’y a hélas qu’une et unique femme qui a un statut particulier pour n’avoir réalisé qu’un seul long métrage avant de décéder prématurément : Barbara Loden. Voici la liste des 29 autres réalisateurs, classés dans l’ordre alphabétique : Woody Allen, Robert Altman, Tim Burton, Michael Cimino, Larry Clark, Ethan et Joel Coen, Francis Ford Coppola, Clint Eastwood, James Gray, Todd Haynes, Monte Hellman, Philip Kaufman, Lodge Kerrigan, Stanley Kubrick, Spike Lee, George Lucas, David Lynch, Jeff Nichols, Alan J. Pakula, Sydney Pollack, Bob Rafelson, Paul Schrader, Martin Scorsese, Steven Soderbergh, Todd Solondz, Oliver Stone, Quentin Tarentino, James Toback, Robert Zemeckis.

© 

Une renaissance américaine. Entretiens avec 30 cinéastes

de Michel Ciment

Nombre de pages : 510

Date de sortie (France) : 25 avril 2014

Éditeur : Nouveau Monde éditions

lien vers le site de l’éditeur : http://www.nouveau-monde.net/livre/?GCOI=84736100229760&fa=description

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi
Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn