Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2020 Billets

5 Éditions

Billet de blog 15 déc. 2020

"Walkover" un film de Jerzy Skolimowski

Andrzej Leszczyc est de retour après avoir effectué son service militaire. Il s’arrête à une gare où il croise une ancienne camarade de classe qui l’a fait exclure en le dénonçant pour anti-stalinisme. Quand un match de boxe est organisé, il se laisse prendre par le ring.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Walkover" de Jerzy Skolimowski © Malavida Films

Sortie DVD : Walkover de Jerzy Skolimowski

Pour son second long métrage, Jerzy Skolimowski fraîchement sorti de ses études de cinéma à l’école de Lodz, poursuit les aventures de son personnage principal Andrzej Leszczyc apparu pour la première fois dans son premier long métrage Signe particulier : néant (Rysopis, 1964) et que l’on retrouve ensuite dans Haut les mains ! (Ręce do góry, 1967) à chaque fois interprété par Jerzy Skolimowski lui-même. Avec son jeune âge et en se situant devant sa propre caméra sans chercher un alter ego auprès d’un acteur fétiche, le cinéaste polonais écrit à la première personne ses propres ressentis à l’égard d’un système communiste contraignant plus qu’il n’expose un récit autobiographique. Il se sert cependant ici de ses propres singularités, comme le fait de pratiquer réellement la boxe et de savoir sauter d’un train en marche pour l’intégrer à son propre récit. Jerzy Skolimowski est aussi un musicien de jazz qu’il ne manque pas d’intégrer à sa bande originale et de s’en inspirer dans le rythme et le montage de ses films.
Il a ainsi plusieurs cordes à son arc et transforme les restrictions budgétaires de son tournage en un élan créateur qui lui fait travailler tout son film sur la base de plans-séquences : Walkover en comporte en tout et pour tout 28 ! On retrouve à la fois l’élan émancipateur du cinéma de la Nouvelle Vague tendance Godard dans ce souci d’expérimentation et d’amener sans cesse du récit dans chacune des scènes, en enrichissant par ailleurs les seconds plans toujours très significatifs, sans avoir à être subordonné par un récit central. En effet, la trajectoire précise de jeune homme en passe d’avoir 30 ans et fuyant des responsabilités que la société autour de lui veut lui imposer, est plus importante à saisir par ses déambulations et les pertes de repères sans cesse du personnage que la construction classique d’un personnage qui doit vaincre un obstacle pour arriver à ses fins.
Le dynamisme du récit à l’œuvre ici est au cœur du Départ (1967), film sur une course de voiture menée par un Jean-Pierre Léaud volubile et sans cesse en mouvement. Les corps inquiets des personnages filmés par Skolimowski en disent plus long dans ces films qu’une description explicite et les plans-séquences permettent de révéler au centre de l’intrigue le devenir desdits personnages. Dès son second film réalisé avec un budget dérisoire, Jerzy Skolimowski témoigne d’une maîtrise de la mise en scène qui l’insère dans la famille des grands maîtres des plans-séquences que sont notamment Orson Welles, Bela Tarr et Alexandre Sokourov, conjugués au dynamisme et à la rage de vivre de la jeunesse de la Nouvelle Vague, fustigeant tout système oppressif.

Walkover

Walkower
de Jerzy Skolimowski
Avec : Jerzy Skolimowski (Andrzej Leszczyc), Aleksandra Zawieruszanka (Teresa Karczewska), Krzysztof Chamiec (le manager du conglomérat), Andrzej Herder (Marian Pawlak, le conducteur de poids lourds), Franciszek Pieczka (l’activiste), Henryk Kluba (Rogala, le coach), Tadeusz Kondrat (le vieil homme), Stanisław Zaczyk (le prêtre), Joanna Jedlewska (la peintre), Elżbieta Czyżewska (la fille à la gare), Teresa Belczyńska (la secrétaire), Krzysztof Litwin (Miecio), Mieczysław Waskowski (le lieutenant de police), Jacek Fedorowicz
Pologne, 1965.
Durée : 77 min
Sortie en salles (France) : 18 avril 1966
Sortie France du DVD : 22 octobre 2020
Format : 4/3 – Noir & Blanc
Langue : polonais - Sous-titres : français.
Éditeur : Malavida Films
Collection : Collector

Bonus :
Un livret de 20 pages : extrait de Jerzy Skolimowski publié dans Lifetime Achievement Book by Camerimage Film Festivalphotos exclusives
textes d’Olivier Bitoun, Thierry Jousse
Interview de Jerzy Skolimowski par Cyril Cossardeaux (Culturopoing)
Bonus vidéo : Skolimowski à la table de Cinéma cinémas (INA, réal. André Labarthe, 1981, 13’)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal
Cécile Duflot : le manifeste d’Oxfam pour une fiscalité juste
Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France, ancienne ministre et ancienne secrétaire nationale d’EELV, est notre invitée. Elle nous présente, en exclusivité, le manifeste de l’ONG pour une fiscalité juste à l’attention des candidates et candidats à la présidentielle. 
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille