Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2265 Billets

5 Éditions

Billet de blog 16 mai 2018

Clint Eastwood, James Gray et Michael Mann : piliers du cinéma néoclassique ?

Qu'est-ce que le cinéma néoclassique hollywoodien et comment se caractérise-t-il par rapport audit cinéma classique ? Benjamin Flores lance une longue et riche réflexion dans le cadre d'une thèse de doctorat en études cinématographiques ici publiée par les éditions LettMotif.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Le Cinéma néoclassique hollywoodien de Benjamin Flores

Au fil de ses choix éditoriaux, LettMotif explore en long et en large le cinéma américain. Dans cette volonté d'embrasser largement un sujet, la thèse de doctorat de Benjamin Flores est ici éditée avec plus de 500 pages consacrées audit cinéma néoclassique hollywoodien. Après un siècle d'existence, l'histoire du cinéma se dessine à travers divers contours dans lesquels certains revoient se jouer les mouvements de l'histoire de la peinture, entre périodes classique, maniériste, baroque, néoclassique. Les mouvements artistiques en cinéma sont moins le fait d'une invention individuelle d'artistes, étant donné la lourde machinerie industrielle implicite. Dès lors, il est d'autant plus pertinent de voir au sein d'Hollywood ses époques, imposant de fait la production au sein d'une démarche nécessairement artistique. Or, les mouvements ne sont pas si globaux que cela, et l'on ne peut pas dire actuellement que le cinéma néoclassique domine l'ensemble de la production, même s'il reste bien présent. Benjamin Flores, pour décrire les spécificités de cet « état d'esprit » cinématographique, se concentre essentiellement sur quelques films de quelques cinéastes : Michael Mann, Clint Eastwood et James Gray. Ce choix limité à trois cinéastes pour parler de tout un ensemble, le cinéma néoclassique, est assez surprenant puisqu'il ne permet pas d'embrasser la diversité de ce cinéma. Il a cependant pour avantage de faire de ces trois cinéastes consacrés dans le panthéon officiel des réalisateurs qui écrivent en lettres d'or l'histoire du cinéma, des piliers incontournables. C'est là un parti pris qui appartient entièrement à l'auteur de cette thèse. Il n'empêche malgré tout que d'autres cinéastes sont cités en périphérie de ces trois piliers. On trouve ainsi analysés quelques films de Steven Spielberg, Christopher Nolan (à travers notamment sa trilogie Batman, les seuls films néoclassiques de sa filmographie selon l'auteur), Brian de Palma, Francis Ford Coppola, Tommy Lee Jones, les frères Coen et Martin Scorsese. Plusieurs de ces cinéastes méritaient eux aussi une large analyse de leurs films. Mais ici encore, c'est la décision de Benjamin Flores de réduire drastiquement son corpus de films et de cinéastes étudiés pour se concentrer sur plusieurs thèmes qui vont venir caractériser ledit néoclassicisme : la représentation du héros, la remise en cause du mythe, la manière d'incarner un corps, qu'il soit individuel ou social. Il en résulte une longue et précise analyse du cinéma néoclassique chez Clint Eastwood, Michael Mann et James Gray.

Le Cinéma néoclassique hollywoodien
de Benjamin Flores

Nombre de pages : 560
Date de sortie (France) : 21 mars 2018
Éditeur : LettMotif

Tables des matières :

Partie I. Le film comme totalité organique // I. Une diégèse symptomatique // 1. Le corps sémantico-syntaxique : le genre // 2. Un Squelette diégétique // 3. Des personnages classiques ? // II. Une nouvelle figure héroïque ? // 1. Une présence classique // 2. Des corps en écho au narcissisme // 3. Créatures animales // III. Une quête du corps // 1. Une intrigue initiatique // 2. Un récit du mythe ///// Partie II. Le corps social // I. Un univers corporel // 1. D'un monde l autre // 2. Dans l'antre de l'enfer, le démon urbain // 3. Des lieux utopiques //II. Les liens du corps // 1. Cellule familiale // 2. Le rôle des femmes // 3. Masculinité // III. Corporation sociale/asociale // 1. Le mythe de la fin de l'homme // 2. Des images brouillées // 3. Des identités problématiques // Partie III. Vacuité et robotisation des corps // I. Des corps modernes // 1. Des hommes machines // 2. Une robotisation néoclassique // 3. Des obstacles liées à la robotisation des êtres // II. Une entrave des corps // 1. Une question d'éducation // 2. La violence néoclassique // 3. Le corps antagoniste // III. Vacuité de l'existence // 1. Personnages infantilisés // 2. Obsolescence des corps // 3. Des corps sans valeurs ///// Partie IV. La régénération des corps sensibles du héros // I. La quête identitaire // 1. La recherche d'un corps // 2. Le transfert d'un corps à l'autre // 3. La sensation // II. L'incarnation // 1. la perte de l'ancienne enveloppe // 2. La résurrection // 3. L'être sensible // III. Le corps héroïque néoclassique // 1. Quelques problèmes liés au corps héroïque ///// Conclusion ///// Bibliographie // Filmographie // Index des réalisateurs et des films cités

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement