Le musée : un outil de propagande pour l'absolutisme ?

Au sujet de l'édition DVD : "Le Grand musée" de Johannes Holzhausen

 © DR © DR

Au moment où le Musée de l’Histoire de l’Art à Vienne est en grands travaux et qu'une nouvelle direction est en train de donner une nouvelle ligne politique et culturelle, le cinéaste Johannes Holzhausen investit les lieux poursuivant les hors champs de ce qui est offert traditionnellement au public dudit musée. Frederick Wiseman (National Gallery, 2014) récemment et d'autres éminents grands noms du cinéma ont pu montrer la richesse de l'investigation qui pouvait y être menée. Johannes Holzhausen signe un documentaire choral à la manière de Nicolas Philibert quand celui-ci enregistrait La Maison de la Radio (2014): les deux cinéastes ont en commun de s'intéresser à toutes ces personnes qui agissent dans l'ombre et qui mues d'une longue et profonde passion donnent vie à ladite institution. L'architecture du lieu étant par elle-même imposante, incarnant le poids des siècles infinis de puissance royale, la caméra épouse ce cérémonial avec des mouvements qui se préoccupent avant tout de cerner les individualités rencontrées. En cela le film s'écarte tout à fait de la commande qui magnifierait une institution en paraphrasant et exagérant le cérémonial. Ce qui fait également l'intérêt de ce documentaire est de filmer les personnes au travail sans jamais entrer dans leur intimité extraprofessionnelle... à l'exception notable de cet homme qui part à la retraite et qui n'est donc plus tout à fait dans son rôle même si l'on sent un énorme regret d'avoir à le quitter comme s'il avait fini par l'épouser tout à fait.
Avec subtilité, avec une attention soutenue pour tout ce qui se passe dans le musée sans jamais expressément diriger les scènes, Johannes Holzhausen livre son regard critique et politique sur une microsociété qui fait écho à la société plus large. Chose très étonnante parce que le musée est bien le lieu de la déconnexion temporelle, d'autant plus que durant tout le temps du film, le spectateur ne quitte jamais son enceinte. Fait unique dans l'histoire de l'institution, à l'occasion de la rénovation des lieux, les différentes personnes qui y travaillent sont amenées à partager leur point de vue. C'est ainsi que l'intervention inattendue d'une gardienne témoigne à grand regret de l'enjeu antidémocratique du musée puisqu'elle se sent en retrait de l'équipe dirigeante aussi bien que des artefacts historiques conservés que d'aucuns nomment Art. Le documentaire ose incidemment poser la question fondamentale du rôle d'un musée. Propriété de l'
État, il devrait être le bien commun préservant et partageant une histoire commune. Or, toutes les œuvres, expression du talent et du savoir faire artisanal, financées par les grandes fortunes des siècles passés, expriment rien d'autre que l'ostentation d'un pouvoir. Ainsi, le musée conserve l'histoire non pas d'un pays, mais d'une succession de dynasties. Comment le peuple sincèrement fondé aux valeurs démocratiques peut dès lors s'y retrouver ? En effet, le musée devient un outil de propagande au service d'une certaine idée du pouvoir hiérarchique, non partagé, réservé à une élite. Il n'est dès lors pas étonné que l'élite politique du pays actuelle soit toujours fascinée par un lieu qui met au centre de ses collections une couronne. Dès lors, le choix du titre, littéralement traduit en français de son titre original allemand, interroge de manière éminemment sociopolitique ladite "grandeur" du musée. Le musée serait-il au service de ceux que certains nomment avec condescendance ou amertume en fonction des locuteurs, les "grands de ce monde"? Le talent de la construction puissamment cinématographique de Johannes Holzhausen permet de soulever ces questions en offrant seulement aux spectateurs à voir les armes du crimes de la démocratie blessée mortellement (ici, le propos dépasse bien largement le contexte autrichien même s'il y est complètement enraciné), sans jamais explicitement énoncé ledit crime.

 

 

dvd-le-grand-musee

Le Grand musée

Das Große Museum

de Johannes Holzhausen

Autriche – 2014.

Durée : 94 min

Sortie en salles (France) : 4 mars 2014

Sortie France du DVD : 1er septembre 2015

Couleur

Langue : allemand - Sous-titres : français.

Éditeur : Jour2Fête

Bonus :
Interview du réalisateur Johannes Holzhausen (17’)
Vidéos d’automates en fonctionnement
Bande-annonce

lien vers le site de l’éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.