Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2020 Billets

5 Éditions

Billet de blog 18 nov. 2021

Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot

Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Retour à Reims (fragments)" de Jean-Gabriel Périot © Jour2Fête

25e édition des Œillades 2021, le Festival du Film Francophone d’Albi : Retour à Reims (fragments) de Jean-Gabriel Périot

Visible actuellement sur ArteTv : https://www.arte.tv/fr/videos/091137-000-A/retour-a-reims-fragments/

En quelques films, Jean-Gabriel Périot est devenu un analyste perspicace de l’histoire sociale à partir de la confrontation entre les images d’hier et la réflexion contemporaine. Tel était en effet le principe de Nos défaites (2019). Cette fois-ci, il prolonge son investigation avec toujours à ses côtés la précieuse implication d’Emmanuelle Koenig en tant que documentaliste capable de sélectionner les extraits parmi les archives de l’INA d’où émerge une histoire des oubliés de l’histoire officielle.

L’architecture sur laquelle ces images vont pouvoir faire écho est l’adaptation du livre de Didier Éribon Retour à Reims (2009) dont la lecture de quelques « fragments » choisis est opérée par la comédienne engagée Adèle Haenel.

Autour de ces différents intermédiaires, une mise en abîme de l’histoire populaire se manifeste, dans un récit qui part d’un point de vue local et intime pour devenir dans un large élan, surtout dans la seconde partie du film, l’histoire d’une classe ouvrière qui a disparu, fragmentée par une nouvelle forme d’atomisation et de dépendance au travail qui fait exploser la précarité contemporaine.

La première partie du film repose sur le portrait socio-historique de la mère de l’auteur Didier Éribon et à travers elle d’autres femmes doublement méprisées par l’ordre patriarcal.

C’est dès lors toute une mémoire populaire méconnue qui émerge qui, bien qu’elle concerne une grande partie de la population d’alors, est souvent restée dans les oubliettes de l’histoire de France présentée par les manuels scolaires.

Cette association entre les images documentaires mais aussi de fiction de l’époque avec les analyses du sociologue Didier Éribon incarnées par la voix d’Adèle Haenel permet de saisir l’expérience douloureuse d’une construction sociale.

Cette plongée dans les soixante-dix dernières années en France est aussi fascinante que singulière par sa capacité à ouvrir un nombre infini de portes de réflexion sur la société contemporaine.

En effet, la seconde partie avec la disparition de la classe ouvrière dans les discours de la gauche au pouvoir à partir des années 1980, démontre la récupération de cet électorat par l’extrême droite.

Voici un film qui tombe à point nommé pour élargir les débats citoyennes avant les élections présidentielles de 2022.

Retour à Reims (fragments)
de Jean-Gabriel Périot

Documentaire
83 minutes. France, 2021.
Couleur
Langue originale : français

Avec la voix d’Adèle Haenel
Scénario : Jean-Gabriel Périot, d’après le livre de Didier Éribon Retour à Reims (2009)
Documentaliste : Emmanuelle Koenig
Images : Julia Mingo
Montage : Jean-Gabriel Périot
Musique : Michel Cloup
Son : Yolande Decarsin
Production : Les Films de Pierre, ARTE France, INA
Productrice : Marie-Ange Luciani
Distributeur (France) : Jour2Fête
Sortie salles (France) : 30 mars 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B