Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2210 Billets

5 Éditions

Billet de blog 19 mai 2021

Entretien avec Léa Rinaldi pour son film "Le Repaire des contraires"

Après "Esto es lo que hay" et "Sillages" sortis ces dernières années au cinéma, la réalisatrice Léa Rinaldi est de retour avec son nouveau documentaire "Le Repaire des contraires" consacré à l'expérience fabuleuse de Neusa Thomassi qui a installé son chapiteau au coeur de la cité de Chanteloup-les-Vignes pour inviter chacun à se découvrir dans les arts du cirque.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Léa Rinaldi © Aléa Films

Cédric Lépine : À l’origine de ce film, quelle est la première rencontre déterminante ? La Compagnie des Contraires ? Neusa Thomasi ? Chanteloup-les-Vignes ? Les enfants ? Les habitants ?
Léa Rinaldi : La rencontre humaine est le point de départ de tous mes films documentaires.
Pour Le Repaire des contraires, il s’agit d’une rencontre avec une femme exceptionnelle, Neusa Thomasi, metteuse en scène brésilienne engagée. Neusa développe depuis 25 ans une politique de prévention avec l’art, à Chanteloup-les-Vignes, banlieue la plus pauvre d’Île-d- France. Elle fait entrer la culture là où elle n’existe pas, pour une jeunesse qui est avant tout dans les rues.
Conseillée par des amis communs, Neusa s’est rendue un jour à ma boîte de production, vêtue de plumes et de bottes colorées, pour me présenter ce nouveau projet de construction de cirque social : car cette femme indépendante voit enfin son action reconnue par la municipalité. Un chapiteau en dur, financé par l’argent public, sera construit et Neusa en deviendra la résidente permanente. « Je crois qu’il faut faire un film... Il va y avoir du spectacle ! » m’avait-t-elle prévenue !
Sa détermination de fer, son engagement social et son originalité chaleureuse m’ont convaincue de me rendre au chapiteau et d’y rester quelques jours en immersion pour observer son travail.
L’énergie très particulière du cirque m’a immédiatement séduite, mais aussi très vite interrogée. Comment ce « lieu de création artistique pour tous » peut-il exister sereinement au pied de la cité réputée pour ces problèmes de violence ? Ces contradictions m’ont de suite donné envie de suivre ce projet dans la durée ; et mon équipe de production Aléa Films m’a vivement soutenue dans ce choix.
C. L. : Le fait que Chanteloup-les-Vignes ait déjà accueilli les caméras de Matthieu Kassowitz pour son film La Haine a-t-il eu un impact dans ta manière de filmer ?
L. R. :
Chanteloup-les-Vignes est une ville cinématographique car elle a une architecture très atypique, et particulièrement le quartier de la « cité de Noé ». Mais depuis le tournage du film La Haine (1990), la ville s’est beaucoup transformée : un chantier de renouvellement urbain a réussi à désenclaver certains quartiers. La Haine est pour moi un film mythique mais il n’a pas eu de réel impact sur ma manière de filmer. Seuls les lieux caractéristiques comme « la place des poètes » avec les visages de Paul Valéry, Arthur Rimbaud et Victor Hugo, et l’énorme « pied » en sculpture, présents dans le film de Matthieu Kassovitz, m’ont aussi beaucoup inspirée. Mais j’avais envie de montrer cette ville autrement, et avec toutes ces couleurs ! (cf. le noir et blanc de La Haine)
Aussi dans « Chanteloup- les- vignes » il y a aussi « les vignes ». Certes il y a beaucoup de barres d’immeubles mais c’est aussi une ville très verte. Et derrière la cité de La Noé, il y a une grande forêt… J’ai aimé ce contraste. Et cela m’a aussi permis de filer la métaphore des « Indiens » qui arrivent en ville et découvrent un territoire au goût de Far West…
C. L. : Comment la caméra de ton film a finalement pu prendre sa place dans ce quotidien ?
L. R. :
Quel que soit le milieu que je filme, il me faut un long temps d’adaptation, d’observation. Aussi la compagnie vit comme une vraie famille, et on m’a très bien accueillie. Et à l’extérieur, je suivais les enfants dans « leur ville », et à leurs côtés, je me sentais en confiance et en sécurité.

"Le Repaire des contraires" de Léa Rinaldi © Aléa Films

C. L. : Le cirque comme lieu privilégié de culture fait penser à l’installation de Violeta Parra pour partager ses spectacles musicaux : dans quelle tradition s’inscrit Neusa Thomasi en utilisant son chapiteau ? Existe-t-il d’autres exemples qui la précèdent en France ?
L. R. :
J’aime beaucoup cette comparaison avec l’artiste chilienne Violeta Parra car ces deux femmes ont la même générosité créatrice populaire. Dans les faubourgs de Santiago, Violeta a installé un grand chapiteau avec l’objectif qu’il devienne un vrai centre des arts. Neusa, qui vient aussi d’Amérique latine, s’inscrit dans la tradition de la « mise en scène d’urgence », inspirée de ses expériences théâtrales au Brésil. Neusa est sans cesse dans l’action : « Faire ici maintenant et avec ». Elle crée avec le moment présent, en lançant un compte à rebours… Je ne connais pas d’autres exemples qui la précèdent en France sur ce terrain… Il y a très peu de femmes dans le milieu du cirque.
C. L. : Comment a été vu le chapiteau de Chanteloup-les-Vignes par les habitants des communes voisines ? Est-ce que cela a généré une émulation pour ouvrir des lieux similaires avec des interconnexions entre ces communes voisines ?
L. R. :
Le chapiteau a été très bien vu par les communes voisines, et a rayonné dans tout le département des Yvelines. Il n’y a pas eu de création de lieux similaires, mais les habitants avoisinants sont venus régulièrement avec plaisir au chapiteau.
C. L. : Quelle fut la place de la municipalité dans l’accueil du projet de la Compagnie des Contraires ?
L. R. :
Ce projet, à l’initiative de Neusa, a tout de suite été accepté par la ville. Elle a obtenu l’autorisation de planter son chapiteau en bas de la cité de La Noé. Et après 25 ans, elle a convaincu à nouveau la mairie d’enraciner davantage la culture dans la ville, en construisant un chapiteau en dur. La Mairie a accepté et a obtenu le soutien de la région et du département pour cette construction municipale.
C. L. : Qui compose la Compagnie des Contraires ? Est-ce que d’autres artistes que Neusa Thomasi interviennent pour partager leurs connaissances ?
L. R. :
La compagnie est composée d’une équipe d’artistes, de professeurs, d’emplois jeunes, d’emplois de professionnalisation et de volontaires civiques.
Neusa est une artiste mais aussi une entrepreneuse : elle sait très bien s’entourer et emploie une trentaine de personnes au sein du chapiteau.

"Le Repaire des contraires" de Léa Rinaldi © Aléa Films


C. L. : Que symbolise pour toi ce cirque installé au cœur des cités ?
L. R. :
Ce cirque est un symbole de réussite, d’intégration ! C’est une bulle d’oxygène, un monde poétique parallèle pour ces enfants de toutes origines venant de tous horizons. Une sorte de sublimation de la cité ! Les enfants se sont réappropriés ce lieu, se sont investis et révélés grâce au chapiteau.
Le « repaire des contraires » représente pour moi l’harmonie des paradoxes. C’est un village et on s’y sent en famille. Et Neusa, comme elle le dit : ici c’est « la mère et la grand-mère de tout le monde ! »
C. L. : Quels liens ferais-tu entre ces deux personnalités distinctes que sont le navigateur solitaire Ian Lipinski au centre de ton film Sillages (2019) et Neusa Thomasi, isolée mais tournée vers les autres, tous deux luttant contre vents et marées alors que les toiles de leur lieu de vie sont mises à rude épreuve ?
L. R. :
Ce sont deux personnages passionnés, animés et prêts à tout pour accomplir leurs objectifs. Ils ont la même détermination, le même dévouement pour leur art / sport… Ce sont des « guerriers » qui n’ont pas peur de revenir… au combat !
C. L. : Suite à l’incendie, la comparaison est faite entre le chapiteau et Notre Dame de Paris : est-ce que le chapiteau était devenu la cathédrale laïque d’un lieu de rassemblement pour tous qui s’inscrivait dans le paysage de la vie des habitants de Chanteloup-les-Vignes ?
L. R. :
Effectivement, ce chapiteau était comme une cathédrale laïque pour tous. Il recevait toutes les écoles du département… toutes les nationalités… des centaines d’enfants de toutes les origines et milieux sociaux… il faisait partie intégrante « du paysage » de la ville…

"Le Repaire des contraires" de Léa Rinaldi © Aléa Films


C. L. : Quel est ton propre point de vue à ce jour sur les causes de ce dramatique incendie ?
L. R. :
C’est encore un mystère pour moi… mais les causes sont sûrement politiques…
Le chapiteau a été brûlé quand il est devenu un lieu municipal… donc ça doit à voir avec la politique de la ville… Cela peut être la jalousie ou l’ignorance de certains habitants, comme la conséquence de bavures policières, ou du démantèlement de réseaux de trafics de drogue…
Le chapiteau et ses activités diverses ont ramené beaucoup de monde, c’était devenu un vrai « repaire » artistique et municipal. Mais le succès du chapiteau a amené trop de lumière dans ce quartier, qui aurait préféré rester dans l’ombre…
Aussi je me laisse à penser qu’ils ont attaqué le travail de « femmes… » car il y a Neusa, mais aussi Catherine Arenou, la mairesse de Chanteloup, derrière ce beau projet… Il y a tellement peu de femmes à ces postes-là… qu’elles sont peut-être plus facilement ciblées ou attaquables.
Mais c’est un lieu imprégné d’une énergie très forte… résiliente ! Et il renaît déjà de ces cendres… Et ça… ça peut déranger…
C. L. : Le film se termine sur le début de la vie en pandémie et requestionne la place de la culture qui fait lien entre les individus : quel est le nouveau défi de la Compagnie des Contraires et des habitants de Chanteloup-les-Vignes dans le contexte actuel ?
L. R. :
Neusa est une « warrior », et même en temps de pandémie, elle a continué les représentations, en inventant des spectacles de rue, qui viennent jusqu’aux fenêtres de la cité (séquence qu’on peut voir dans le film). Elle a remonté son propre chapiteau à côté du « feu » chapiteau municipal, qui est en train de se reconstruire. Mais elle a aussi un nouveau défi : créer une antenne de la compagnie au Brésil.
Quant au contexte actuel pour le cinéma… nous attendons avec impatience les meilleures ouvertures de distribution pour sortir notre film prochainement en salles !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier