Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2012 Billets

5 Éditions

Billet de blog 20 oct. 2017

L’émigration entre la Birmanie et la Thaïlande, la mort dans l’âme

Liangqing et Guo, deux jeunes Birmans traversant clandestinement la frontière pour rejoindre la Thaïlande, recherchent du travail. Mais dans un pays miné par la corruption où les travailleurs sans papiers se retrouvent sans aucun droit, le destin de Liangqing et Guo se rapproche peu à peu de la tragédie.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Adieu Mandalay" de Midi Z © ARTE Éditions

Sortie DVD : Adieu Mandalay de Midi Z

Selon le réalisateur, pour échapper à la misère les jeunes Birmans entrant dans la vie active n’ont que trois choix : entrer dans le trafic de drogue, travailler dans les mines de jade ou émigrer clandestinement vers la Thaïlande. Ainsi, l’émigration entre les deux pays ne cessent de croître dans les conditions les plus terribles. Pour rendre compte de cette réalité contemporaine, le cinéaste Midi Z s’est inspiré d’un tragique fait divers où un couple de Birmans trouvait la mort après avoir travaillé plusieurs années en Thaïlande. Au centre de son récit, Midi Z oppose les membres d’un jeune couple. Ainsi, d’un côté Guo est un jeune homme dévoué à l’amour qu’il porte pour la jeune Liangqing, prêt à se tuer à la tâche, multipliant les heures supplémentaires pour un maigre salaire alors que Liangqing, plus ambitieuse, est prête à tout pour obtenir des papiers d’identité lui permettant d’évoluer dans la société et le monde du travail thaïlandais. Tout commence sur un long plan-séquence d’une nature imperturbable où apparaît soudainement une frêle embarcation : deux jeunes Birmans franchissent ainsi la frontière et les premiers contacts avec la Thaïlande sont immédiatement monnayés. Le cinéaste fait contraster une nature idyllique et une religion bouddhiste prônant l’apaisement au contexte de déshumanisation des travailleurs clandestins. Midi Z a en cela très bien digéré la méthode Hou Hsiao Hsien pour filmer et ainsi rendre aussi bien compte d’une nature environnante que d’un cadre urbain. Néanmoins, Midi Z met au centre de sa mise en scène l’action, pour ces travailleurs clandestins auxquels est refusé le nécessaire repos. Ainsi, Guo et ses collègues ne cessent de prendre des amphétamines pour continuer à travailler jour et nuit. Selon une philosophie bouddhiste, le cinéaste démontre l’inanité de tous ces mouvements par rapport aux splendeurs de la nature environnante à l’instar d’Apichatpong Weerasethakul. Mais dans Adieu Mandalay, il n’existe, pour les personnages principaux, plus aucune affiliation avec le milieu qui les origine. C’est ce qui conduit Guo à plonger corps perdu dans son besoin d’amour alors Liangqing s’est dédié à satisfaire son besoin de reconnaissance sociale. La radiographie opérée par ce film, à cheval entre un portrait de la jeunesse birmane d’aujourd’hui et les nouvelles tragédies émergeant d’un travail régi par le néolibéralisme en Thaïlande comme en Birmanie, est volontairement sombre et tragique.

Adieu Mandalay
The Road to Mandalay
de Midi Z
Avec : Kai Ko (Guo), Wu Ke-xi (Liangqing)
Taïwan / France / Allemagne / Birmanie – 2016.
Durée : 104 min
Sortie en salles (France) : 26 avril 2017
Sortie France du DVD : 13 septembre 2017
Format : 1,85 – Couleur
Langue : birman - Sous-titres : français.
Éditeur : ARTE Éditions
Bonus :
Interview de Midi Z enregistrée au Festival de Venise 2016

lien vers le site de l’éditeur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné