Marguerite Duras ou l'érotisation de la distance physique

Un homme échange au téléphone avec une femme une histoire sans pour autant jamais envisager leur rencontre physique.

"Le Navire Night" de Marguerite Duras © Doriane Films "Le Navire Night" de Marguerite Duras © Doriane Films
Sortie DVD : Le Navire Night de Marguerite Duras

Tout débute avec un film qui ne peut pas se faire et qui tourne au désastre dès lors pour sa réalisatrice Marguerite Duras. En une nuit fiévreuse électrique où la créativité est sans cesse interrogée, Marguerite Duras parvient à une décision : la volonté de filmer le désastre même du film qui ne peut se faire ! Il en résulte des plans magnifiques de Pierre Lhomme présentant des lieux de Paris où l'absence humaine se fait lourdement sentir et des séquences où les trois comédiens sont maquillés et assis autour d'une table sans prononcer la moindre parole, attendant vraisemblablement les directives de la cinéaste. Toutes ces images sont accompagnées en piste sonore par les voix de Marguerite Duras et Benoît Jacquot où il est question d'une relation érotico-amoureuse entre un homme et une femme qui ne se connaissent pas et dont les échanges sont exclusivement limités à la sphère du téléphone et où la rencontre physique est implicitement interdite. Il y a plus de quarante ans, Marguerite Duras se faisait ainsi l'écho de l'omniprésence actuelle des rapports de séduction via les réseaux sociaux sur Internet autour d'échanges téléphoniques semi-anonymes. Dans ces relations érotiques où l'inconnu nourrit tous types de fantasmes de l'autre, la désincarnation des protagonistes qui prend la voix de l'autrice Marguerite Duras elle-même en dialogue avec Benoît Jacquot, tandis que les acteurs ne seront jamais qu'une idée en devenir de leurs personnages, est essentielle pour saisir les enjeux de ces relations à distances qui se satisfont à elles-mêmes. Cela pose aussi la situation vécue par le spectateur de cinéma qui doit mettre sans cesse à distance les sujets de son désir compris dans un film. En ce sens aussi, le film devient une métaphysique de l'expérience filmique, où le hors champs et le travail de recherche des décors valent bien plus que l'interprétation des acteurs.
Car en filmant cette préparation au tournage, Marguerite Duras saisit la matière même du désir au sens où un film est une construction de désir à partir de matières hétéroclites et hétérogènes réunis en un temps donné. La modernité du cinéma de Marguerite Duras à la juste frontière entre cinéma, littérature et théâtre, est une fois de plus avérée avec ce Navire Night qui parle de la solitude contemporaine de l'individu enfermé dans une impossibilité de vivre l'amour et la rencontre de l'autre à travers ses filtres consuméristes.

 

 

61xgplrtrml-ac-sy445
Le Navire Night
réalisé par Marguerite Duras
Avec : Dominique Sanda, Bulle Ogier, Mathieu Carrière et les voix de Marguerite Duras et Benoît Jacquot
France, 1978.
Durée : 90 min
Sortie en salles (France) : 21 mars 1979
Sortie France du DVD : 19 janvier 2018
Couleur
Langue : français.
Éditeur : Doriane Films
Bonus :
livret de 16 pages

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.