Festival de Cannes 2015 : Une femme en révèle deux autres

Quinzaine des Réalisateurs 2015 à Cannes : Fatima, de Philippe Faucon

 © DR © DR

Quinzaine des Réalisateurs 2015 à Cannes : Fatima, de Philippe Faucon

Fatima est la mère de la turbulente Souad, 15 ans, et de Nesrine, 18 ans, qui commence des études de médecine. Les deux adolescentes ont beaucoup de mal à dialoguer avec leur mère qui parle difficilement français. L’incompréhension et l’écart culturel ne cessent de croître entre elles. Fatima multiplie pendant ce temps les travaux comme femme de ménage pour faire vivre son foyer.

 

Un simple prénom pour témoigner de la complexité d’une femme qui cherche à vivre et à faire vivre ses enfants : Fatima. L’histoire que raconte ici Philippe Faucon est à vrai dire semi choral puisque l’on est amené à suivre trois personnages à la fois, étroitement liés entre eux, dont les choix de chacune a des répercussions sur la vie de l’autre. Les choix de mise en scène de Philippe Faucon n’appartiennent qu’à lui, porté par son humanisme naturel à s’intéresser à la société autour de lui dans ses petites histoires du quotidien. La vie s’enchaîne dans ce film pour ces trois personnages sans chercher à surdramatiser les situations. Le cinéaste manifeste un profond respect pour ses personnages qui ont tout l’espace dans le film pour développer leurs doutes, leurs envies, leurs besoins. Dans un enchaînement chronologique, on passe du personnage de Souad à celui de Nesrine, leur mère Fatima assurant le lien entre elles. Autour d’elles gravitent d’autres personnages : le père des deux filles qui leur rend visite, les femmes du quartier qui ne tolèrent guère la liberté des adolescentes, les amis des adolescentes, les employeurs et collègues de travail de Fatima. Tous ces personnages comme la société décrite sont totalement au service des trois personnages : Philippe Faucon ne vise en cela nullement à faire la radiographie d’une société. L’espace réservé à l’histoire est plus intime et s’attache plus particulièrement à saisir le mal être de ces trois personnages féminins à faire face à l’obligation d’intégration sociale issue de toute part. Philippe Faucon préfère à la dénonciation des institutions, de s’intéresser à la construction de ses personnages, ce qui fait foncièrement de lui un humaniste. Il rend dès lors un véritable hommage à ces femmes qu’on n’entend guère dans les médias, parce qu’elle ne maîtrise pas la langue et qu’on ne leur offre pas non plus de véritables opportunités de s’exprimer. Fatima ne cède jamais au désespoir et trouve dans sa difficulté de s’exprimer vis-à-vis de ses filles un appui inattendu dans l’écriture. De telles solutions apparaissent dans le récit sans jamais avoir à forcer le trait de caractère des personnages. Quand l’humanisme est à l’œuvre au cinéma, les perspectives sociales changent.

 

 

Fatima

de Philippe Faucon

 

avec : Soria Zeroual, Zita Hanrot, Kenza-Noah Aiche, Chawki Amari

scénario : Philippe Faucon

image : Laurent Fenart

son : Thierry Morlaas-Lurbe

montage : Sophie Mandonnet

musique : Robert-Marcel Lepage

Production : Istiqlal Films (France)

Coproduction : Possibles Média Inc. (Canada)

Distribution : Pyramide Distribution

Vente internationale : Pyramide International

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.