À l’origine du film catastrophe : Airport !

L’aéroport Lincoln de Chicago est pris dans une intempérie de neige qui mobilise un avion au sol. Pendant ce temps, un homme désespéré a décidé de mettre fin à ses jours en emportant avec lui une bombe dans un avion.

"Airport" de George Seaton © BQHL "Airport" de George Seaton © BQHL
Sortie Blu-ray : Airport de George Seaton

Alors que le Nouvel Hollywood arrive à la fin des années 1960 avec de nouvelles histoires intimistes et aux budgets réduits qui révolutionnent peu à peu l’industrie du cinéma hollywoodien, un producteur, Ross Hunter, fasciné par un auteur de romans, Arthur Hailey, acquiert les droits de son roman avant que celui-ci ne devienne un best-seller et qui deviendra donc la base du scénario d’Airport. Ainsi, alors que les studios ne croyaient plus aux grosses productions classiques, Airport est mis en chantier et son succès public sera suivi non seulement de toute une saga comprenant 4 films mais aussi d’une nouvelle décennie marquée par la prépondérance des films catastrophes réunissant une pléiade de stars en suivant le modèle initié par Airport. Même les années suivantes seront marquées par l’origine première que constitue Airport, notamment dans les parodies Y a-t-il un pilote dans l’avion ? Même si le film ne s’inscrit pas dans une nouvelle proposition de forme de mise en scène, il n’en marque pas moins une grande place dans l’histoire du cinéma qu’il est impossible de négliger. Il est vrai que faire appel au vétéran de la réalisation George Seaton qui fit ici son avant dernier film, c’est aussi s’inscrire dans une longue tradition du cinéma spectacle hollywoodien, avec en outre une pléiade de stars récentes et anciennes, du côté masculin et féminin dans un film à cet égard choral.

Sur une histoire lourdement scénarisée présentant toute une galerie de personnages sur plus de deux heures, l’ensemble est cependant dynamisé à travers l’usage du spleet screen aux différentes formes qui se révèle à cet égard véritablement inventif : c’est là une des très grandes surprises du film ! De même, au final, les péripéties de la catastrophe d’un avion mis en péril en plein vol arrivent tardivement et l’enjeu du film se situe davantage sur la description du dynamisme d’un aéroport, la face cachée que le public du film découvre à l’heure où l’accès aux vols réguliers touche toujours plus de personnes dans le monde. Ainsi, cette description d’un aéroport en mettant en scène les peurs liées au vol, épouse pleinement la société de l’époque. Dans cette démarche les descriptions plus développées et plus auteuristes d’un Paul Greengrass avec son Vol 93 (2006) confirmeront l’intérêt à la description documentaire en montrant que chaque personne dans un aéroport a sa responsabilité citoyenne a joué, qu’il soit employé ou non pour le bien être du vivre ensemble. Un film spectacle à l’histoire qui a vieillie, de même son sens du montage qui mériterait quelques coupes mais à la description non négligeable.

 

 

61k-6b121nl-ac-sx342
Airport
de George Seaton
Avec : Burt Lancaster (Mel Bakersfeld), Dean Martin (le commandant Vernon Demerest), Jean Seberg (Tanya Livingston), Jacqueline Bisset (Gwen Meighen), George Kennedy (Joe Patroni), Helen Hayes (Ada Quonsett), Van Heflin (D.O. Guerrero), Maureen Stapleton (Inez Guerrero), Barry Nelson (le commandant Anson Harris), Dana Wynter (Cindy Bakersfeld), Lloyd Nolan (Harry Standish), Barbara Hale (Sarah Bakersfeld Demerest), Gary Collins (Cy Jordan), John Findlater (Peter Coakley), Jessie Royce Landis (Mme Harriet DuBarry Mossman), Larry Gates (le commissaire Ackerman), Peter Turgeon : Marcus RathboneWhit Bissell (Mr. Davidson), Paul Picerni (Dr. Compagno), Eileen Wesson (Judy Barton), Robert Patten (le capitaine Benson), Clark Howat (Bert Weatherby), Lew Brown : Reynolds), Dick Winslow (Mr. Schultz), Virginia Grey (Mme Schultz), Lou Wagner (Schuyler Schultz), Albert Reed : Lt. Ned OrdwayJodean Lawrence (Marie Patroni), Ilana Dowding (Roberta « Robbie » Bakersfeld), Lisa Gerritsen (Libby Bakersfeld), James Nolan (le père Steven Lonigan)
USA – 1970.
Durée : 137 min
Sortie en salles (France) : 3 avril 1970
Sortie France du Blu-ray : 25 juin 2020
Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : BQHL Éditions

Bonus : livret de 24 pages

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.