"Marquise" un film de Véra Belmont

Sous Louis XIV, une jeune femme, appelée Marquise, livrée à la prostitution par son père, est repérée par Molière qui l’invite dans sa troupe. Elle attire très vite l’attention du roi mais aussi de Jean Racine qui s’éprend d’elle.

"Marquise" de Véra Belmont © BQHL "Marquise" de Véra Belmont © BQHL
Sortie Blu-ray : Marquise de Véra Belmont

Véra Belmont qui a eu un grand impact dans l’industrie du cinéma français depuis le début des années 1960, a réalisé quelques films qui ont mis en valeur des destinées féminines hors du commun pour leur époque. Pour son troisième long métrage de fiction, elle s’intéresse ainsi à l’histoire vraie de Marquise-Thérèse de Gorla qui a connu une ascension sociale fulgurante en côtoyant de nombreuses personnalités marquantes de l’époque, qu’il s’agisse de Molière, Racine, Lully ou encore de Louis XIV. Pris entre deux metteurs en scènes aux sensibilités diamétralement opposées, Molière et Racine, Marquise symbolise l’affirmation d’une femme artiste pour tracer sa propre voie à une époque où les femmes étaient trop souvent cantonnées à jouer de leurs pouvoirs de séduction pour trouver leur placer en société et plus particulièrement dans la hiérarchie monarchique autour du Roi Soleil. Ce personnage a certainement sur le papier beaucoup plus à la fois à Véra Belmont comme à Sophie Marceau qui ont pu pleinement s’y identifier pour des raisons sensiblement différentes. Il est possible que l’attrait pour ce personnage ait conduit à la brouille virulente entre la réalisatrice et son actrice principale, chacune possédant sa propre vision de Marquise.
Il y avait un véritable enjeu autour de ce biopic de faire des personnages historiques les plus connus des rôles secondaires, bien que portés par des acteurs talentueux. Véra Belmont n’a que faire de la fidélité de la retranscription historique, la trajectoire de son personnage éponyme important davantage que cette fidélité aux faits. Le film est ainsi loin des enjeux d’Ariane Mnouchkine et de son Molière (1978) qui évoquait déjà le personnage de Marquise. De même, la scène théâtrale et les enjeux de la création passent au second plan chez Véra Belmont. Bénéficiant d’un budget plutôt confortable grâce à la présence de la vedette internationale qu’était à l’époque Sophie Marceau, cette reconstitution historique ne lésine pas sur la mise en valeur des costumes, des décors comme de très nombreux figurants, exprimant par là la liberté laissée entre les mains de la réalisatrice en cette époque bénie pour elle, fruit de plusieurs décennies de travail pour s’imposer en tant que productrice incontournable dans le paysage du cinéma français. Marquise s’affirme comme une fantaisie légère, loin de toutes considérations politiques pour retraiter cette époque où les destinées du royaume sont aussi absentes que la frivolité du monarque est excessive et omniprésente. Les bons mots qui fleurissent dans les dialogues de chaque personnage rappelle aussi la dynamique de Ridicule (1996) de Patrice Leconte (film réalisé un an seulement avant celui de Véra Belmont) pour mettre en valeur les codes sociaux d’une époque. Et les enjeux du film se trouve peut-être aussi dans cette mise en scène de la frivolité et des excès de la mise en scène des relations de possession autour de l’amour et de la sexualité dans les rapports de genre.

 

 

s-l1600
Marquise
de Véra Belmont
Avec : Sophie Marceau (Marquise), Lambert Wilson (Racine), Bernard Giraudeau (Molière), Patrick Timsit (Du Parc), Thierry Lhermitte (Louis XIV), Anémone (La Voisin), Remo Girone (Jean-Baptiste Lully), Georges Wilson (Floridor), Franck de la Personne (Philippe d'Orléans « Monsieur »), Marianne Basler (Madame), Estelle Skornik (Marie), Victoria Peña (Marie-Thérèse d'Autriche), Christine Joly (Madeleine), Olivier Achard (Monsieur de Saint-Loup), Patrice Melennec (Giacomo de Gorla, père de Marquise), Beatrice Palme (Geneviève), Francisco Casares (Gorgibus), Guillermo Antón (Charles), Éric Boucher (Brécourt), Stéphane Boucher (Louis Béjart), Jacques Pater, Massimo Pittarello, Simón Andreu (l'Abbé de Cosnac), Anne-Marie Philipe (Catherine de Brie), Carlotta Jazzetti (la fillette), Romina Mondello (Armande), Louis Per Bruno (Marquis Leroy), Sara Franchetti (la mère de Marquise), Emanuela Murari (Mademoiselle), Milaura Allegrini, Ève Bitoun, Antonio Cantafora, Ginevra Colonna, Alexia Murray, Francesca DeRose, Flaminia Fegarotti, Daniele Ferretti, Paolo Fosso, Emanuela Garuccio, Micaela Giustiniani, Luciano Luminelli, Luggi Marturano, Sonia Aquino, Gérard Moulévrier
France, Italie, Suisse, 1997.
Durée : 115 min
Sortie en salles (France) : 20 août 1997
Sortie France du DVD : 24 juillet 2020
Format : 1,85 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : français.
Éditeur : BQHL Éditions

Bonus :
Livret de présentation du film

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.