Bogart en prisonnier de Dieu

En 1947 en Chine, un homme habillé en prêtre catholique arrive dans une mission où beaucoup de villageois l’attendent impatiemment. Le médecin de l’hôpital ne voit pas d’un bon œil son arrivée tandis que l’une de ses infirmières tombe sous le charme dudit prêtre. Mais dévote, elle s’interdit d’aller plus loin dans l’exploration de ses sentiments.

the-left-hand-of-god © Rimini Éditions the-left-hand-of-god © Rimini Éditions

Sortie Blu-ray : La Main gauche du seigneur d’Edward Dmytryk

Après Ouragan sur le Caine (1954) et rien moins que trois autres longs métrages en moins de deux ans, Edward Dmytryk retrouve Humphrey Bogart et lui confie le rôle principal de La Main gauche du seigneur (1955). En quarante ans de métier, Edward Dmytryk a réalisé plus d’une cinquantaine de films. À ce rythme, il ne faut pas attendre une maîtrise totale de sa part sur ses films, ce qui l’empêche de faire de lui un auteur à l’instar d’un Ford ou encore d’un Fuller. Néanmoins, on peut observer un véritable sens du métier et son travail avec Humphrey Bogart est là pour en attester. Le célèbre acteur de film noir, s’essaie avec succès à d’autres genres, ici un récit d’aventure, mêlant intrigue historique, exotisme, histoire d’amour et rédemption chrétienne. Le personnage tout en ambiguïté joué par Bogart est une touche personnelle de Dmytryk qui a eu à se confronter au maccarthisme à l’instar de Bogart lui-même mais avec des choix quelque peu distincts : le bouleversement autobiographique de la chasse aux sorcières aux États-Unis est bien l’un des incontournables hors-champ du film. Il est intéressant que les deux hommes se retrouvent ici dans une histoire prémaccarthiste en Chine prémaoïste. L’univers mental de ce faux prêtre qui cherche un chemin vers une vie où il puisse retrouver du sens, est ce qui fonctionne le mieux dans le film. Quant au reste, il est traité un peu superficiellement, qu’il s’agisse de l’histoire d’amour naissante entre le faux prêtre et la jolie infirmière jouée par Gene Tierney dont tout le jeu a été malheureusement limité à sa beauté sans qu’elle puisse exprimer autre chose (à l’exception de la scène de la chanson au piano qui constitue la meilleure rencontre entre les deux personnages) ou encore du face à face avec le seigneur de guerre chinois où Lee J. Cobb a été grimé en Chinois mais n’est aucunement convainquant, restant en tout un « Occidental » singeant un Chinois. Quant à la réalité chinoise, le contexte historique sociopolitique est complètement limité à la fonction de décor, révélant l’attitude outrecuidante coutumière d’Hollywood vis-à-vis des cultures qui lui sont étrangères. L’âme du film est heureusement à explorer du côté de la face la plus sombre du personnage joué par Bogart, qui porte en grande partie sur ses épaules le film.

Rimini a pris un soin particulier à réaliser son édition Blu-ray puisque l’on trouve en guise de bonus plus d’une heure d’intervention de spécialistes du cinéma, à commencer par Patrick Brion traitant le parcours d’Edward Dmytryk, Linda Tahir Meriau se focalisant sur la trajectoire et la vie privée de Gene Tierney et Christophe Champclaux offrant un rapide aperçu d’exemples de figures du prêtre à l’écran, en France comme aux États-Unis.

 

 

 

blu-ray-la-main-gauche-du-seigneur blu-ray-la-main-gauche-du-seigneur

 

La Main gauche du seigneur

The Left Hand of God

d’Edward Dmytryk

Avec : Humphrey Bogart (James 'Jim' Carmody), Gene Tierney (Anne 'Scotty' Scott), Lee J. Cobb (Mieh Yang), Agnes Moorehead (Beryl Sigman), E. G. Marshall (Dr. David Sigman), Jean Porter (Mary Yin), Carl Benton Reid (Père Cornelius), Victor Sen Yung (John Wong), Philip Ahn (Jan Teng), Benson Fong (Chun Tien), Robert Burton (Révérend Marvin)

USA – 1955.

Durée : 87 min

Sortie en salles (France) : 28 mars 1956

Sortie France du Blu-ray : 7 novembre 2015

Format : 2,55 – Couleur

Langues : anglais, français - Sous-titres : français.

Éditeur : Rimini Éditions

 

Bonus :

Edward Dmytryk par Patrick Brion (45’) : retour sur la carrière du cinéaste
« Gene Tierney, entre l’ombre et la lumière », par Christophe Champclaux et Linda Tahir Meriau (26’)
La figure du prêtre à l’écran, par Christophe Champclaux et Linda Tahir Meriau (31’)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.