Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2466 Billets

6 Éditions

Billet de blog 24 nov. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Les Œillades 2022 : "Divertimento" de Marie-Castille Mention-Schaar

En 1995, Zahia Ziouani a 17 ans et rêve depuis son enfance d'être cheffe d'orchestre aux côtés de sa sœur jumelle Fettouma violoncelliste professionnelle. Commence pour elle un long parcours où ses convictions et sa ténacité seront mises à rude épreuve en tant que femme d'origine algérienne qui vit à Pantin.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

26e édition des Œillades, Festival du Film Francophone d’Albi 2022 : Divertimento de Marie-Castille Mention-Schaar

Alors que la question de la marginalisation sociale d'individus mis en périphérie des lieux de vie ne cesse d'interroger les films de Marie-Castille Mention-Schaar, la cinéaste et scénariste répond naturellement par l'affirmative au projet qui lui est présenté de porter à l'écran l'histoire vraie de Zahia Ziouani, l'une des rares cheffes d'orchestre dans une profession qui ne comprend 4% de femmes en France et 6% dans le monde à l'heure actuelle. Ce pourcentage est ainsi le révélateur d'une véritable discrimination que le cinéma peut se permettre de dénoncer et mettre en lumière pour faire évoluer la conscience citoyenne du public. L'enjeu du biopic est ici davantage d'ouvrir une réflexion sur un contexte social que de mettre en avant une success story à l'américaine.

Divertimento de Marie-Castille Mention-Schaar © Guy Ferrandis

Pour détourner les pièges de biopic se perdant dans une idéologie individualiste, la protagoniste reste en permanence en lien avec sa sœur, sa famille et n'est jamais isolé dans ses démarches avec un cadre social qui n'est jamais gommé à l'écran. C'est aussi une éthique de la responsabilité de cheffe d'orchestre qui est ici mise en valeur où son rôle ne peut avoir de sens qu'en communion avec les instrumentistes. Ainsi, plutôt que d'exclure les éléments perturbateurs sexistes et classicistes parmi les jeunes étudiant.es qui composent son orchestre, l'héroïne reste en permanence dans une démarche inclusive et s'impose progressivement à chacun et chacune d'entre eux et elles en réussissant à se faire respecter par son ouverture, sa bienveillance, son talent, son inventivité et son aplomb qui s'imposent sur le long terme.

Marie-Castille Mention-Schaar évite encore une fois les travers du film de commande en se l'appropriant intimement et en le transformant en un film musical. Les séquences se succèdent dès lors à travers des chorégraphies qui émanent autant des mouvements des corps des musiciens et de ladite cheffe d'orchestre traversée par l'émotion de la création musicale que des éléments environnants citadins touchés par la grâce poétique de la musique. Ce choix de mise en scène permet de mettre en lumière l'expression artistique pour transcender une réalité sociale inique où les égalités des chances ne sont pas les mêmes de part et d'autre du boulevard périphérique parisien.

Les interprètes sont saisis dans un mouvement choral même si se démarquent plus particulièrement certain.es d'entre eux. Les actrices Oulaya Amamra et Lina El Arabi sont pleinement investies dans leurs rôles respectifs et donnent toute la crédibilité à l'approche biographique de cette histoire vraie. Dommage que le rôle de Lina El Arabi reste trop souvent secondaire avec peu de prises de paroles alors que la solidarité des deux sœurs comme force qui innerve leur détermination aurait pu être ainsi davantage être une source narrative féconde.

Le propos défendu dans l'histoire est également mis en scène derrière la caméra avec la présence de Naomi Amarger en tant que cheffe opératrice pour son premier long métrage de fiction qui saisit aussi bien l'abstraction musicale dans une chorégraphie des sens que la lumière comme composition chromatique générale.

Divertimento
de Marie-Castille Mention-Schaar
Fiction
110 minutes. France, 2022.
Couleur
Langue originale : français

Avec : Oulaya Amamra (Zahia), Lina El Arabi (Fettouma), Niels Arestrup (Sergiu Celibidache), Zinedine Soualem (le père), Nadia Kaci (la mère), Laurent Cirade (Claude Burgos), Marin Chapoutot (Dylan), Louis Damien Kapfer (Lambert), Salomé Desnoues (Pauline), Aurélien Carbou (Gabriel), Léonard Louf (Antoine), Jonas Ben Ahmed (Malick), Louise Legendre (Marie), Martin Gillis (Kevin), Adèle Théveneau (Agathe), Rémi Lecomte (Bertrand), Emmanuel Coppey (Martin), Benoît Del Grande (Karl), Darline Saint Felix (Gaëlle), Tifenn Giraudeau (Julie), Adèle Gal (Claire), Ambre Munie (Caroline), Barbara Soller (Ariane), Pierre Xifaras (Pierre), Leila Hilmi (Clara), Félicien Garcia (Benoît), Laurence Pierre (la professeure de musique)
Scénario : Marie-Castille Mention-Schaar et Clara Bourreau
Images : Naomi Amarger
Montage : Benoît Quinon
Conseillères musicales : Zahia Ziouani et Fettouma Ziouani
Superviseuse musicale : Élise Luguern
Son : Guillaume Valeix
Décors : Gwendal Bescond
Costumes : Caroline Spieth
Maquillage : Valérie Thery
Casting : Marie-France Michel
Production : Easy Tiger Films et Estello Films
Distributeur (France) : Le Pacte

Sortie salles (France) : 25 janvier 2023

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal
Dans le viseur de la HATVP, Caroline Cayeux quitte le gouvernement
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Fnac cède à l’extrême droite et retire un jeu de société « Antifa »
Des tweets énervés et mensongers émanant de l’extrême droite et d’un syndicat de commissaires de police ont convaincu l’enseigne de retirer un jeu de société édité par Libertalia. L’éditeur-libraire croule depuis sous les commandes.
par Christophe Gueugneau
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart