Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2479 Billets

6 Éditions

Billet de blog 25 févr. 2016

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Des racines du cinéma d’auteur iranien

Issu d’un travail de thèse universitaire, l’ouvrage de Javad Zeiny est très documenté et brosse une histoire de cinéma national avec l’envie de prendre le sujet dans son ensemble et d’en découdre.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Le Cinéma iranien de Javad Zeiny

Issu d’un travail de thèse universitaire, l’ouvrage de Javad Zeiny est très documenté et brosse une histoire de cinéma national avec l’envie de prendre le sujet dans son ensemble et d’en découdre. Le cinéma iranien contemporain, malgré toutes les difficultés politiques auxquelles doivent faire face avec énormément de courage et de ténacité de nombreux auteurs, reste d’une vigueur dans son propos et dans l’invention de ses formes toujours très vivace, décrochant en 2015 l’Ours d’or du meilleur long métrage (Taxi Téhéran de Jafar Panahi).

Ce que l’on n’a que trop peu souligné, c’est que s’il y a aussi autant de très bons films venus d’Iran, c’est que ce pays possède une longue histoire de cinéma. Ainsi, ce livre propose d’offrir une véritable perspective à ce cinéma actuel en allant interroger ses origines du début du XXe siècle en s’arrêtant à l’année 1979 de la chute du Shah. Le sous-titre de cet ouvrage est bien plus éclairant que son titre puisque le grand enjeu tient en un seul mot : « influences ». Autrement dit, il s’agit d’évaluer la construction d’un cinéma national à partir d’influences extérieures diverses. Ceci est le cas de toutes les histoires de cinéma du monde entier comme des autres arts en général. Le mot « influence » n’est donc pas dévalorisant : il s’agit de saisir ce qui a inspiré le cinéma iranien pour naître et se former une identité à l’instar d’un individu humain. Pour l’auteur, il est essentiel de montrer qu’une identité forte ne s’oppose aucunement à un regard intelligent posé sur l’extérieur, bien au contraire. Il montre ainsi que dès ses origines, le goût du cinéma s’est porté du côté des films venant d’Inde, d’Égypte ou de Turquie. Ceci tient à des convergences culturelles qui permettent une fluidité de dialogue dans le goût de la mise en spectacle. Ce qui n’empêche nullement des traditions littéraires iraniennes d’apparaître en même temps dans les premières productions cinématographiques iraniennes. Mais les influences qui ne viennent pas directement du cinéma sont dans l’ouvrage peu analysées, la ligne directrice restant du côté filmique.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, ce sera le néoréalisme italien, la Nouvelle Vague française et le cinéma indépendant américain qui auront la plus forte influence, notamment du côté d’un cinéma affirmant une exigence d’auteur. Car ce qui intéresse le plus Javad Zeiny, c’est avant tout le cinéma iranien d’auteur et la préface de Jean-Luc Godard comme tuteur et guide spirituel est à cet égard très signifiante. Le reste de la production iranienne est beaucoup moins présent et il est pour cette raison difficile d’évaluer la proportion de ce cinéma. C’est là l’une des limites identifiables de cet ouvrage. Pour se faire un aperçu plus large de ce qu’est l’histoire du cinéma iranien, il faudra compléter sa lecture par d’autres ouvrages. Il n’en reste pas moins que l’analyse de Javad Zeiny est précise, riche de témoignages, permettant de découvrir des pans importants du cinéma iranien à partir de la présentation intégrale des synopsis de chaque étudié sur plusieurs pages. Ce choix n’est pas anodin, car comment parler d’un film si la plupart du temps celui-ci n’est pas connu du lecteur ? En ce sens aussi l’ouvrage permet de participer à entretenir et enrichir une mémoire. Le cinéphile lecteur de cet ouvrage ouvrira dès lors un œil différent sur les œuvres les plus récentes du cinéma iranien ou plus généralement par similitude sur la problématique de la constitution d’un cinéma national.

le-cine-ma-iranien

Le Cinéma iranien. Un cinéma national sous influences de 1900 à 1979

de Javad Zeiny

Nombre de pages : 300

Date de sortie (France) : novembre 2015

Éditeur : L’Harmattan

Collection : Iran en transition

lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=48741

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant