Michael Kohlhaas, noir américain au début du XXe siècle

Au début du XXe siècle, un jeune pianiste noir s'évertue à lutter contre un acte raciste et l'injustice que lui réserve la société.

"Ragtime" de Milos Forman © ARTE ÉDITIONS "Ragtime" de Milos Forman © ARTE ÉDITIONS

Sortie Blu-ray : Ragtime de Milos Forman

Dans un magnifique livret collector, cette édition Blu-ray de Ragtime propose plus de deux heures de bonus dont le film de Vera Chytilova Forman Versus Chytilova réalisé à l'occasion du tournage du film précité de Forman. Lorsque deux cinéastes qui ont participé à l'effervescence du cinéma tchèque dans les années 1960 se rencontrent, cela offre l'occasion d'échanges passionnants sur la conception du cinéma. C'est en effet l'opportunité de situer la place de Milos Forman au présent du début des années 1980 dans la société américaine à partir du regard d'une cinéaste talentueuse qui est restée en Tchécoslovaquie au moment de l'occupation du pays par l'armée soviétique après le Printemps de Prague. Milos Forman a saisi parfaitement la complexité de la construction de l'intégration des citoyens dans la société américaine à travers ses différents mouvements de rébellion et Ragtime à ce titre se trouve être un film d'une ambition immense qui fait écho à la reconstitution de la formation des USA du début du siècle à New York de Sergio Leone dans Il était une fois l'Amérique réalisé après le film de Milos Forman, les deux films ayant aussi pour point commun de se partager l'actrice d'Elizabeth McGovern. Le film est d'abord une proposition d'adaptation du livre d'E. L. Doctorow (1975) par le puissant producteur italien Dino De Laurentiis. Milos Forman s'approprie pleinement cette histoire que le romancier avait lui-même librement adapté à partir de Michael Kohlhaas (1810) de Heinrich von Kleist en la mixant avec son intérêt pour l'histoire de New York et ses faits divers.
Le film débute comme un récit choral avec divers personnages dans ce qui semble être par la suite une longue introduction à l'histoire suivante sur laquelle se clôt le film ou encore une histoire à part entière qui singularise d'autant plus le thème de l'injustice entre les classes sociales. Milos Forman en multipliant ses récits à l'intérieur du film témoigne d'un savant art du montage qui permet de saisir à partir d'un fait divers l'ensemble d'une société qui s'apprête à entrer en guerre dans un conflit mondial. La finesse des détails chez Forman se situe dans l'effet boule de neige qui conduit plusieurs frustrations d'injustice dans une société prête à se laisser entraîner dans divers mouvements de violence avec notamment cet acte politique qui consiste à prendre en otage le haut lieu de la représentation d'une culture réservée à une élite au fil des siècles. La communauté afro-descendante fraîchement sortie quelques décennies plus tôt aux USA de l'esclavage, est encore soumise à diverses vexations et poussée dans une classe sociale marginale au début du XXe siècle. Dès lors, le symbole de la réussite sociale du jeune pianiste noir, une voiture Ford tout juste sortie de l'usine, devient un enjeu de concentration raciste de la part d'un groupe de pompiers new-yorkais qui attisent les feux de la haine raciale. La jeune démocratie américaine dont on voit l'effervescence avec des meetings politiques où est sauvagement réprimée la parole puis le corps d'une femme implorant la justice sociale, est questionnée dans ses fondements antidémocratiques que constitue la hiérarchie sociale et le pouvoir de l'argent. Rien n'est laissé au hasard dans la mise en scène de Milos Forman dont la caméra s'immisce facilement dans une société mondaine pour faire l'écho de la paupérisation d'une communauté juive fraîchement immigrée dans une séquence suivante. Par là, le cinéaste met en valeur la progressive reconnaissance sociale de paroles sociales jusque-là exclue de la démocratie américaine : les Afro-descendants, les immigrés et les femmes.
La séquence supprimée au montage par Dino de Laurentiis contre l'avis de Milos Forman, est restituée en bonus de cette édition : il y est question d'un nouveau personnage, celui historique de la féministe Emma Goldman. En comprend dès lors avec cette séquence la lecture féministe de tout le film qui a été là aussi tue à l'instar du personnage féminin de Sarah dans le meeting. Milos Forman livre ainsi un film ambitieux qui offre une compréhension rare des divers enjeux sociaux de la trop théorique démocratie américaine qui rappelle l'Amérique de Trump ! Un film bouleversant qui ne cesse pas de marquer les esprits longtemps encore après l'avoir vu, cela grâce avec une rare réussite en terme de conclusion du film.

 

 

ragtime-blu-ray
Ragtime
de Milos Forman
Avec : Howard E. Rollins Jr. (Coalhouse Walker Jr.), James Cagney (Rheinlander Waldo), Mary Steenburgen (la mère), Elizabeth McGovern (Evelyn Nesbit), Brad Dourif (le plus jeune frère de la mère), Debbie Allen (Sarah), Ethan Phillips (le gardien de Family House), James Olson (le père), Jeff Daniels (Sergent Frankie O'Donnell), Kenneth McMillan (Willie Conklin), Mandy Patinkin (Tateh), Moses Gunn (Booker T. Washington), Norman Mailer (Stanford White), Pat O'Brien (Delmas), Robert Joy (Harry K. Thaw, le mari d'Evelyn, milliardaire et jaloux), Bessie Love (la vieille dame au TOC), Donald O'Connor (le professeur de danse d'Evelyn), Samuel L. Jackson (un membre du gang), Jack Nicholson (un pirate sur la plage [non crédité]), Fran Drescher (Mameh), Richard Griffiths (le 1er assistant de Delmas), Thomas A. Carlin (le vice-président Fairbanks), Jenny Nichols (la petite fille), Alan Gifford (le juge), Don Plumey (l'inspecteur MacNeil), Eloise Taylor (Mrs. Thaw), George J. Manos (le vendeur au Novelty Shop), Herman Meckler (Vernon Elliott), Hollihand Burke (Brigit), Max Nichols (le petit garçon), Ron Weyand (le docteur Muller), John Alderson (le 1er assistant de Waldo)
USA, 1981.
Durée : 156 min
Sortie en salles (France) : 6 juin 1982
Sortie France du DVD : 20 mars 2019
Format : 2,35 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : ARTE ÉDITIONS
Bonus :
un livret (32 pages)
Forman Versus Chytilova : portrait de Milos Forman, réalisé pendant le tournage de Ragtime, par Vera Chytilova (1981, 84’, VOST)
« Remembering Ragtime » : interviews de Milos Forman, Brad Dourif, Michael Hausman (prod. exex.) et Patrizia von Brandenstein (dir. art.) (2004, 18’, VOST)
« American Tapestry » : interview de Milos Forman (2000, 16’, VOST)
Séquence coupée (10’, VOST)
Bande-annonce



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.