Naples: du roman graphique au cinéma

Un tueur au service de la Camorra à la retraite reprend les armes face à un drame familial : lui qui se contentait d’exécuter les ordres va devoir prendre ses propres initiatives et rêver une nouvelle vie.

"5 est le numéro parfait" (5 è il numero perfetto) d'Igor Tuveri (IGORT) © DR "5 est le numéro parfait" (5 è il numero perfetto) d'Igor Tuveri (IGORT) © DR
Sortie DVD : 5 est le numéro parfait d’Igor Tuveri

Igor Tuveri, alias Igort, est auteur et illustrateur de bandes-dessinées depuis la fin des années 1970. Son roman graphique 5 est le numéro parfait paru en 2002 connaît un succès international, ce qui attire de nombreux désirs d’adaptations au cinéma aux USA, à Londres comme en Asie où le film faillit être réalisé par Johnnie To. Finalement, poussé et encouragé par l’acteur Toni Servillo lui-même, l’auteur du roman graphique est devenu réalisateur de sa propre adaptation en long métrage, à l’instar de Marjane Satrapi ou encore de Joann Sfar. Comme pour ces derniers, la transposition d’un univers d’expression artistique à l’autre se fait plutôt avec une réelle réussite, parce que chacun a su prendre ses distances avec l’illusoire « fidélité » à l’œuvre originale. Pour passer d’un medium d’expression artistique à l’autre il fallait en effet ne pas manquer de prendre ses propres libertés.

Au centre de l’intrigue se trouve avant toutes choses la ville de Naples, fantasmée et représentée sous la forme expressionniste du polar nourrie de diverses références du cinéma international, mais qui renvoie avec une sincère fidélité à la ville italienne des années 1970. L’histoire n’est alors qu’un prétexte pour mettre en valeur cette ville à travers sa cinégénie propre. Deuxième force du film, l’interprétation de l’un des acteurs les plus brillants de sa génération qui aime à se travestir avec brio : Toni Servillo ! L’acteur n’étouffe pas ici non plus les seconds rôles qui participent à créer l’univers du film avec leurs propres singularités. Dommage que dans ce monde masculin, le seul personnage féminin interprété avec sobriété par Valerio Golino ne puisse pas avoir davantage de marges de manœuvre. Quant au style visuel, on retrouve les désirs graphiques à la fois de Dick Tracy (1990) de Warren Beaty, Sin City (2005) de Robert Rodriguez et Frank Miller, dont le but est de sans cesse mettre en valeur l’origine du roman graphique dont le récit est issu. Tout cet ensemble est assez réussi et la greffe d’un art à l’autre prend aisément. Il manque juste un scénario un peu plus dense et complexe pour créer une véritable ampleur à l’histoire qui permette de générer davantage d’intérêt pour ce qui est raconté, au-delà du plaisir esthétique de suivre les choix de mise en scène. L’écriture du scénario aurait ainsi mérité la collaboration avec un scénariste de cinéma qui puisse faire bénéficier au réalisateur et auteur du roman graphique original une enrichissante altérité et de véritables enjeux au récit.

 

 

51-mzjz0ttl-ac-sy879
5 est le numéro parfait
5 è il numero perfetto
d'Igor Tuveri (IGORT)
Avec : Toni Servillo (Peppino Lo Cicero), Valeria Golino (Rita), Carlo Buccirosso (Totò o' Macellaio), Iaia Forte (Madonna), Giovanni Ludeno (Il Gobbo), Lorenzo Lancellotti (Nino), Vincenzo Nemolato (Mister Ics), Manuela Lamanna (la ciassière du cinéma), Emanuele Nocerino (Nino Bambino), Angelo Curti (le portier de Don Guarino), Mimmo Borrelli (Don Guarino), Nello Mascia (le médecin), Rocco Giordano (Cugino Lino), Edoardo Sorgente (Ilario Lava), Gigio Morra (Don Lava), Anna Tuveri, Igor Tuveri, Valentina Curatoli, Aldo Marinucci, Marcello Romolo, Giampiero Schiano, Emanuele Valenti


Italie, Belgique, France – 2019.
Durée : 100 min
Sortie en salles (France) : 23 octobre 2019
Sortie France du DVD : 17 juin 2020
Couleur
Langues : italien, français - Sous-titres : français.
Éditeur : M6 Vidéo

Bonus :
Interview d’Igort
De la bande-dessinée à l’animation
Making of
Scène coupée

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.