La comédie italienne selon Dino Risi en 5 films

En un même coffret Blu-ray sont ici réunis cinq films de Dino Risi qui permettent de parcourir son sens personnel de la comédie italienne à travers les années 1960 et 1970.

sketch "Le Monstre" du film "Les Monstres" (I Mostri) de Dino Risi © LCJ sketch "Le Monstre" du film "Les Monstres" (I Mostri) de Dino Risi © LCJ
Sortie du coffret Blu-ray : Les Monstres, Le Fanfaron, Le Sexe fou, La Carrière d’une femme de chambre, Dernier amour de Dino Risi

Dans de nouvelles copies restaurées, ce coffret Blu-ray propose de (re)découvrir cinq longs métrages de Dino Risi réalisés entre le début des années 1960 et la fin des années 1970, ces dates correspondant au début et à la fin de ce que l’on appela la « comédie italienne ». Il se trouve que Dino Risi aux côtés d’Ettore Scola et Mario Monicelli, notamment, fait parti des maîtres de ladite comédie, en signant ses plus beaux joyaux de son histoire. Et en commençant par ses Monstres, comique corrosive d’une Italie orgueilleuse de ses succès économiques, Dino Risi laisse un chef-d’œuvre qui continue à marquer différentes générations de cinéastes comme on le retrouve notamment en Argentine il y a quelques années avec Les Nouveaux sauvages (Relatos salvajes, 2014) de Damián Szifrón. Ce film lance, même s’il n’en est pas l’initiateur, la mode des films à sketchs, que Dino Risi repris à plusieurs reprises notamment avec Sexe fou, présent dans ce coffret.
Cette édition spéciale, fraîchement conçue avec des bonus où les invités parlent par exemple de la période de confinement de l’année 2020, est riche de l’accompagnement d’Henry-Jean Servat qui réalise plusieurs entretiens avec les meilleurs spécialistes du cinéma italien en France (à savoir Jean A. Gili et Christian Viviani), invite Philippe Labro à évoquer l’actrice Laura Antonelli, présente lui-même quelques films ainsi que Michèle Mercier qui apparaît dans un sketch des Monstres. C’est ainsi près de 3 heures de bonus qui sont ici réunies pour accompagner les films de Dino Risi ! En revanche, l’entretien avec Philippe Labro est largement inapproprié non seulement pour connaître qui était l’actrice Laura Antonelli qu’il dessert pleinement par ses remarques maladroites à son égard, et son absence totale de réflexion sur Dino Risi. Philippe Labro est donc ici un très mauvais choix de casting de la part d’Henry-Jean Servat. Heureusement, Jean A. Gili et Christian Viviani sont bien plus intéressants.
Quant aux films en question, on peut distinguer deux immenses chefs-d’œuvre du début des années 1969, à savoir Le Fanfaron et Les Monstres, et de l’autre les trois autres films des années 1970 qui poursuivent certes les thématiques et le sens de la comédie de la décennie précédente mais avec moins de réussite et surtout moins d’inspiration. D’ailleurs, le film Dernier amour qui suit la triste retraite d’un ancien comique qui rêve encore de séduire et faire naître l’amour, est bien le témoignage désabusé d’une époque révolue de la comédie italienne dont le film est déjà nostalgique. Dino Risi doit aussi beaucoup à ses deux acteurs fétiches, Vittorio Gassman et Ugo Tognazzi, qui portent avec une inventivité folle Les Monstres ! On retrouve encore ces acteurs dans les autres films de ce coffret à l’exception de Sexe fou, une comédie érotique dont chaque sketch est interprété par un couple d’acteurs, Laura Antonelli et Giancarlo Giannini, dans une large panoplie de rôles distincts, se donnant à cœur joie dans le sens décomplexé de la farce. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit du film le plus faible des 5 présentés ici, avec un goût indigeste de l’érotisme et d’une misogynie sans recul à la différence des Monstres. La Carrière d’une femme de chambre (Telefoni bianchi) retrace l’histoire de l’Italie fasciste autour de la destinée d’une jeune et belle femme qui use avec ingénuité de ses charmes sans jamais connaître l’amour pour parvenir à réaliser ses rêves dans une Italie plus patriarcale que jamais. Là aussi, les seconds rôles Ugo Tognazzi et Vittorio Gassman offrent les meilleures séquences du film, dans un film un peu long et un metteur en scène quelque peu désabusé dans son désir de raconter des histoires. On est déjà un peu loin de la vivacité de récit porté par Le Fanfaron, dont le road movie, buddy movie allait influencer quelques années plus tard à peine Dennis Hopper avec Easy Rider. Le duo antagonique Trintignant-Gassman est une pure merveille et le film se suit avec un régal, au rythme complètement fou de la voiture de sport qui entraîne le récit jusqu’à son terme inattendu. Ces films par leur justesse de description permettent encore à l’heure actuelle d’offrir un accès privilégié à la compréhension de la société italienne d’après-guerre. La tonalité est à cet égard toujours entre l’humour corrosif et l’amertume pour une société où divers monstres sans scrupules prennent alors le pouvoir.

 

 

Les Monstres
I Mostri
de Dino Risi
La Bonne éducation
Avec : Ugo Tognazzi, Ricky Tognazzi

Le Monstre
Avec : Vittorio Gassman, Ugo Tognazzi

Comme un père
Avec : Ugo Tognazzi, Lando Buzzanca

Rapt
Avec : Vittorio Gassman, Maria Mannelli

Le Pauvre soldat
Avec : Ugo Tognazzi, Mario Laurentino

Une vie de chien
Avec : Vittorio Gassman, Angela Portaluri

La Journée d'un parlementaire
Avec : Ugo Tognazzi, Carlo Kechler, Ugo Attanasio

Sur le sable
Avec : Vittorio Gassman, Ugo Tognazzi, Luciana Vicenzi

Le Témoin volontaire
Avec : Vittorio Gassman, Ugo Tognazzi, Marisa Merlini, Carlo Ragno

Les Deux orphelins
Avec : Vittorio Gassman, Daniele Vargas

L'Embuscade
Avec : Ugo Tognazzi

La Victime
Avec : Vittorio Gassman, Rika Dialina, Françoise Leroy

Vernissage
Avec : Ugo Tognazzi

La Muse
Avec : Vittorio Gassman, Salvatore Borgese, Jacques Herlin

On oublie vite
Avec : Ugo Tognazzi, Luisa Rispoli

La Rue est à tout le monde
Avec : Vittorio Gassman

L'Opium du peuple
Avec : Ugo Tognazzi, Michèle Mercier, Marino Masè

Le Testament de saint François
Avec : Vittorio Gassman, Ricardo Paladini

Le Noble Art
Avec : Vittorio Gassman, Ugo Tognazzi, Mario Brega, Nino Nini, Ottavio Panunzi, Lucia Modugno

Italie, 1963.
Durée : 115 min
Sortie en salles (France) : 27 mai 1964

Bonus :
Sketch complémentaire : La Raccomandazione
Entretien avec Jean Antoine Gili

La carrière italienne de Michèle Mercier par Henry-Jean Servat



Le Fanfaron
Il sorpasso
de Dino Risi
Avec : Vittorio Gassman (Bruno Cortona), Jean-Louis Trintignant (Roberto Mariani), Catherine Spaak (Lilly Cortona), Claudio Gora (Bibi, le fiancé de Lilly), Luciana Angiolillo (la femme de Bruno), Linda Sini (la tante Lidia), Luigi Zerbinati (le commendeur), Mila Stanic (la fille rencontrée par Roberto à la gare), Franca Polesello (la femme du commendeur), Nando Angelini (Amedeo), Edda Ferronao (la tante Enrica), John Francis Lane (Alfredo, le cousin de Roberto), Annette Stroyberg (la touriste allemande), Edda Ferronao (la femme qui a perdu sa valise à Civitavecchia), Lilli Darelli, Barbara Simon
Italie, 1962.
Durée : 105 min
Sortie en salles (France) : 27 juin 1963

Bonus :
Entretien avec Henry-Jean Servat
Entretien avec Jean Saurel : Le Fanfaron et le cinéma italien

Sexe fou
Sessomatto
de Dino Risi
Avec : Laura Antonelli (Madame Juliette / Celestina / la femme d’Enrico / Grazia / Tamara / la nonne / Donna Mimma Maccò / Tiziana), Giancarlo Giannini (Domenico / Cesaretto / Enrico / Lello / Giansiro / le Donneur / Michele Maccò / Saturnino / Docteur Bianchi), Paola Borboni (Esperia, segment Il n’est jamais trop tard), Alberto Lionello (Cosimo / Gilda), Duilio Del Prete (le mari, segment L'Invité), Carla Mancini (la femme de chambre, segment L'Invité), Franca Scagnetti (la mère de Grazia, segment Lune de miel), Lino Puglisi (Don Alvaro Macaluso, segment La Vendetta), Cinzia Romanazzi (l’amie de Grazia, segment Lune de miel), Pippi Stamazza (Peppino, segment Un amour difficile), Patrizia Mauro, Lorenzo Piani
Italie, 1973.
Durée : 110 min
Sortie en salles (France) : 8 mai 1974

Bonus :
Présentation du film par Christian Viviani
Interview de Philippe Labro
Laura Antonelli par Henry-Jean Servat

 

La Carrière d’une femme de chambre
Telefoni bianchi
de Dino Risi
Avec : Agostina Belli (Marcella Valmarín "Alba Doris"), Cochi Ponzoni (Roberto Trevisan, le fiancé), Vittorio Gassman (Franco D’Enza), Ugo Tognazzi (Adelmo), Renato Pozzetto (le lieutenant Bruni), Maurizio Arena (Luciani), William Berger (Franz), Lino Toffolo (Gondrano Rossi), Paolo Baroni (Gabriellino), Dino Baldazzi (Benito Mussolini), Eleonora Morana (la mère de Marcella), Toni Maestri (le père de Marcella), Laura Trotter (Loretta Mari), Carla Mancini (la prostituée en costume de marin)
Italie, 1976.
Durée : 120 min
Sortie en salles (France) : 22 septembre 1976

Bonus :
Entretien avec Jean Antoine Gili


Dernier amour
Primo amore
de Dino Risi
Avec : Ugo Tognazzi (Ugo Cremonesi "Picchio "), Ornella Muti (Renata Mazzetti), Riccardo Billi (Augustarello), Mario Del Monaco (le directeur), Caterina Boratto (Lucy), Venantino Venantini (Emilio), Enzo Maggio (Trottolino), Marina Hedman (la femme polonaise), Vittorio Zarfati
Italie, 1977.
Durée : 118 min
Sortie en salles (France) : 25 octobre 1978

Bonus :
Présentation du film par Christian Viviani

 

 

coffret-br-dino-risi
Sortie France du coffret Blu-ray : 21 septembre 2020
Couleur
Langues : français, italien - Sous-titres : français.
Éditeur : LCJ Éditions

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.