Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2474 Billets

6 Éditions

Billet de blog 25 sept. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

FEFFS 2022 : « Blaze » de Del Kathryn Barton

Témoin en pleine rue d'un viol qui aboutit à la mort de la victime, la jeune Blaze invoque un dragon pour la protéger alors que toute son appréhension du monde vacille. Long métrage en compétition internationale de la 15e édition du Festival européen du film fantastique de Strasbourg 2022.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Long métrage en compétition internationale de la 15e édition du Festival européen du film fantastique de Strasbourg 2022 : Blaze de Del Kathryn Barton

Pour son premier long métrage de cinéma, l'artiste plasticienne Del Kathryn Barton mobilise son univers visuel au service de son scénario original. Le drame des féminicides où chaque jour dans le monde des femmes meurent ou conservent de graves séquelles des violences physiques et psychologiques d'hommes pourtant proche de leur sociabilité quotidienne, est dénoncé ici à traverser l'expérience viscérale d'une jeune témoin de cette horreur sur le long chemin de sa reconstruction. Si l'adolescence est le deuil de l'enfance, celle-ci est violemment bannie du quotidien de la jeune Blaze pour qui l'expérience de la réalité immédiate n'a plus dès lors rien d'innocent. Elle est dorénavant contrainte avec une urgence fondamentale à se reconstruire un monde avec les forces de son imaginaire enraciné dans son enfance et à travers les images spontanées de sa propre créativité qui lui viennent à l'esprit.

"Blaze" de Del Kathryn Barton © DR

Del Kathryn Barton en tant qu'artiste plasticienne aussi bien que cinéaste, développe une foi très grande dans l'art comme moyen cathartique de reconstruction où l'horreur des scènes traumatiques de l'expérience autobiographique peuvent être exorcisées à l'instar de ce qu'ont pratiqué de leur côté Niki de Saint Phalle et Frida Kahlo. L'imaginaire invoqué par la puissance visuel de la jeune protagoniste permet de partager au plus près ce que signifie la dictature du patriarcat au sens où un viol d'un homme sur une femme met en suspens dès lors la possibilité de s'insérer dans le monde. Toutes les démarches de Blaze sont d'autant plus fortes qu'elles marquent un désir de trouver un nouvel ancrage au monde et se confronter au symbole du prédateur masculin qui a fait exploser son harmonie personnelle. Car ce terrible assassinat est aussi celui d'une mère dont la présence vient rappeler l'omniprésence de l'absence de celle de Blaze avec un père dépassé par le traumatisme vécu par sa fille. De ce point de vue, Simon Baker joue en second rôle une subtile interprétation de père qui reste à sa place sans jamais parasiter l'univers central de Blaze qui est l'objet même de la mise en scène de Del Kathryn Barton. La cinéaste mobilise à la fois la force évocatrice du cinéma et use également de l'animation avec toute la poésie que celle-ci recèle en son for intérieur.

Blaze
de Del Kathryn Barton
Fiction
101 minutes. Australie, 2022.
Couleur
Langue originale : anglais

Avec : Julia Savage (Blaze), Simon Baker (Luke), Yael Stone (Hannah), Josh Lawson (Jake), Will McDonald (Micah), Remy Hii (l'infirmière de l'institut psychiatrique), John Waters (le magistrat), Heather Mitchell (Jackie Stevens), Morgan Davies (le jeune homme), Rebecca Massey (Jade), Sofia Hampson (Anna),Kristy Wordsworth, Stephen James King, Bernie Van Tiel, Drew Wilson, Ryan Hedges (Billy), Eric So, Neal Horton, Kailah Cabanas, Theo Masters, Nick O'Regan, Jason Stewart, Drew Wilson, Michelle Robin Anderson, Sebastian Alanis Alvarez, Tony Girdler, Faine Mesquita, Michael Cullen
Scénario : Huna Amweero, Del Kathryn Barton
Images : Jeremy Rouse
Montage : Dany Cooper
Musique : Angel Olsen, Sam Petty
1er assistant réalisateur : Killian Maguire
Directeur artistique : Mandi Bialek-Wester
Costumes : Margot Wilson
Casting : Nikki Barrett
Scripte : Mikaeli Stanton
Décors : Alex Holmes
Production : Causeway Films, Fin Design & Effects, Screen Australia, Screen NSW, Spectrum Films, WeirAnderson.com
Productrice : Samantha Jennings
Coproducteur : Alexis Perrin Producteurs exécutifs : Daniel Besen, Kristina Ceyton, Samantha Meers, Jonathan Page, Chris Plater, Josh Pomeranz, Boris Tosic, Luke Tosic, Deanne Weir
Productrice associée : Taylor Goddard
Vendeur international : MK2 Films

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio