Au début du cinéma artistique était René Clair

Les débuts à la réalisation de René Clair qui a traversé quatre décennies de cinéma français, prennent les traits d’une expérience dadaïste présurréaliste fascinante en deux courts métrages : « Entracte » et « Paris qui dort ».

"Entr'acte" de René Clair © Pathé "Entr'acte" de René Clair © Pathé
Au sujet du combo Blu-ray + DVD : Entr'acte et Paris qui dort de René Clair

Les années 1920 avec Louis Delluc et toute une série d’expériences diverses ont été en France la décennie de la reconstruction sous une nouvelle forme du cinéma considéré comme un art à part entière. Alors que l’industrie hollywoodienne était en train de se développer à vitesse grand V outre-Atlantique, la caméra et toute la grammaire cinématographique qui en découle sont tombées en France entre les mains inventives d’artistes ingénieux et inspirés, brisant les limites de la reproduction pure et simple du réelle et de la captation de ce qui se limite souvent à du théâtre filmé, pour entrer dans l’ère de l’expérimentation, que l’on s’appelle Germaine Dulac, Jean Epstein, Abel Gance, Marcel L’Herbier ou encore comme en témoignent les deux films réunis ici : René Clair.

Ces deux films sont non seulement une opportunité de revenir aux origines d’un cinéaste mais aussi à un moment clé pour l’histoire du cinéma de se renouveler en devenant à proprement parler artistique. René Clair revient au plaisir originel de l’invention de Georges Méliès au contact du matériau de la pellicule, afin d’offrir une nouvelle proposition antinaturaliste, franchement irrévérencieuse, ludiquement décomplexée pour rendre compte d’un art s’assumant d’abord lui-même. En effet, les fantaisies narratives de ces deux premiers films de René Clair compilent avec une absolue gaieté les ressorts élémentaires du cinéma pour représenter un monde qui est toujours distinct de celui que la caméra saisit. Même un enterrement devient un moment enjoué par le simple fait de ralentir le défilement de l’image et la magie sera possible comme chez Méliès en manipulant l’image. Entr’acte saisit ainsi toute la très joviale folie créatrice d’une époque illustrée à l’image par la présence complice notamment de Kiki de Montparnasse, Darius Milhaud, Francis Picabia, Erik Satie, Man Ray et Marcel Duchamp.

Paris qui dort a beau suivre une trame narratrice linéaire, le fantastique pour décrire la capitale française centrée sur son nouveau joyau très décrié à l’époque, autrement dit la tour Eiffel, cet autre court métrage présente un Paris inconnu pour tout un chacun où les fantasmes les plus fous sont possibles pour lui redonner une âme là où elle fait défaut. A l’instar de Jacques Tati dans Playtime (1967) quelques décennies plus tard, René Clair refaçonne Paris selon ses désirs et ses préoccupations.

Une belle restauration servie pour cette édition combo Blu-ray et DVD de bonus adéquats avec les témoignages filmés de Patrick de Haas et Noël Herpe livrant leurs analyses et l’appréhension des deux films.

 

 

 

coffret-rene-clair-2-courts-merages-paris-qui-dort-entr-acte-combo-dvd-blu-ray
Entr'acte

de René Clair
Avec : Jean Börlin (le chasseur au chapeau tyrolien / le prestidigitateur), Inge Fries (la ballerine), Marcel Achard, Pierre Scize, Louis Touchagues, Rolf de Maré, Roger Lebon, Jean Mamy, Georges Charensol, Georges Auric, Kiki de Montparnasse, Darius Milhaud, Francis Picabia, Erik Satie, Man Ray et Marcel Duchamp

France – 1924.
Durée : 22 min
Sortie en salles (France) : 4 décembre 1924

 

Paris qui dort

de René Clair
Avec : Henri Rollan (Albert), Charles Martinelli (le savant fou), Albert Préjean (le pilote), Madeleine Rodrigue (Hesta, passagère), Myla Seller (la nièce du savant fou), Antoine Stacquet (le milliardaire), Louis Pré Fils, Marcel Vallée
France – 1925.
Durée : 59 min
Sortie en salles (France) : 19 février 1925

 


coffret-rene-clair-2-courts-merages-paris-qui-dort-entr-acte-combo-dvd-blu-ray
Sortie France du combo Blu-ray + DVD : 23 octobre 2019
Format : 1,33 – Noir & Blanc
Langue : muet - Cartons : français.
Éditeur : Pathé

Collection : Version restaurée par Pathé
Bonus :

« Au-dessus de la mêlée » : un documentaire de Roland-Jean Charna contenant les entretiens autour du film avec Patrick de Haas et Noël Herpe (29’)
Court métrage : La Tour de René Clair (12’) avec l’aimable collaboration de la Cinémathèque française

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.