Jean Rollin ou le vampirisme féminin émancipateur des lois du temps

Dix ans après la disparition de Jean Rollin, les éditions LCJ proposent un coffret réunissant une sélection de ses meilleurs longs métrages où les vampires, les femmes dénudées, les cimetières, les horloges ouvrant des passages vers un autre monde… dessinent une œuvre dense d’un cinéaste indépendant atypique dans le paysage inédit du cinéma fantastique français.

Sortie du coffret DVD : Jean Rollin en 17 longs métrages

Comme Jean-Pierre Mocky et tant d’autres cinéastes qui ont œuvré dans l’ombre de l’histoire officielle de l’industrie du cinéma, Jean Rollin est un véritable pirate qui a su depuis les années 1960 jusqu’à sa mort en 2010 réaliser ses rêves de conteur amoureux du Septième Art. Il a réalisé en son nom et d’autres empruntés quand il réalisait notamment des films pornographiques, plusieurs dizaines de longs métrages à un rythme trépidant, avec plus ou moins de bonheur d’un film à l’autre mais toujours sans jamais perdre son goût de conteur qu’il rappelle dans son film testament La Nuit de l’horloge (2007) qui voyage dans sa filmographie parmi les films qui lui sont les plus chers. Avec certes des moyens économiques limités et un casting où il n’a pas drainé les stars de l’industrie officielle à l’instar de Mocky dans ses films (malgré la présence complice de Brigitte Lahaie, Ovidie dans un film, l’apparition brève de Tina Aumont), Jean Rollin a su créer une œuvre qui s’apprécie encore davantage dans son ensemble.
Dès son premier film Le Viol du vampire (1967), le thème du vampire au féminin est lancé et il ne cessa par la suite de l’approfondir à travers des histoires sanglantes d’amours déçus et de sororité puissante à deux. Sa filmographie aurait peut-être été autre, si son premier film inachevé et disparu L’Itinéraire marin (1963) dans lequel jouait Gaston Modot et Sylvia Monfort avec des dialogues écrits par Marguerite Duras avait existé…

"Fascination" de Jean Rollin © LCJ "Fascination" de Jean Rollin © LCJ

Ainsi, il y a bien une affirmation très forte de l’univers de Jean Rollin dès son premier film diffusé dans les salles, lors d’un certain Mai 1968 en France. Son film est d’ailleurs contemporain d’un nouvel élan pour redonner du sang frais à des figures de monstres du cinéma à l’instar de La Nuit des morts-vivants (1968) de George Romero. Tous deux mettaient d’ailleurs en avant des acteurs noirs parmi leurs protagonistes dans une production nationale qui jusqu’ici laissait dans la marge une partie de sa population. Ainsi, Jean Rollin appartient bien à son époque, sans parler des expériences du cinéma d’horreur à travers des réappropriations nationales de la figure du vampire aussi bien en Espagne avec Jess Franco qu’en Italie avec une litanie de cinéastes particulièrement inspirés. La passion du romantisme gothique de Jean Rollin et la fascination pour le surréalisme de Luis Buñuel l’on conduit et porté dans chacun de ses films.
Comme George Romero, son cousin filmique outre Atlantique, Jean Rollin a témoigné également des peurs de son époque, ses histoires de vampires féminines évoquant la peur masculine de l’émancipation sexuelle et politique des femmes : sans être féministe, Jean Rollin délaisse cependant le héros masculin du centre de ses attentions pour développer aussi une sensibilité toute romantique de ses figures de monstres, que ceux-ci soient vampires ou morts vivants. Il continue à être sensible aux peurs de son époque en évoquant notamment les effets nocifs des pesticides répandus dans les vignes dans Les Raisins de la mort (1978) où les buveurs de vin deviennent des zombies, aux déchets toxiques industriels jetés dans la nature comme au fond des caves d’un château abandonné dans La Morte vivante (1982) ou encore les effets néfastes d’une centrale nucléaire qui conduit à une amnésie générale d’individus développant des penchants à l’homicide dans La Nuit des traquées (1982).
Même si ses scénarios originaux semblent légers, ils ne sont pas moins en prise directe avec la société française du moment et c’est une lecture enrichissante que permet aussi la découverte rétrospective de ses films en 2020 !
Jean Rollin se situe davantage dans le fantastique et l’horreur, que le gore proprement dit, en en usant avec parcimonie, comme la touche érotique toujours présente avec des femmes aux corps de mannequins qui se dénudent très aisément. Le cinéaste ne cache pas non plus son goût romantique de la poésie et sa fascination pour les contes, le charme tentateur de la mort qu’il ne cesse de mettre en scène dans ses films, qu’il s’agisse de la paix d’un cimetière comme des morts violentes qui y mènent.
Perdues dans New York, son œuvre la plus expérimentale et la plus personnelle, est déjà un testament cinématographique livrant en héritage plusieurs clés de compréhensions de son univers, autour de l’histoire d’amitié forte entre deux jeunes filles qui, devenues adultes, non pas cessé d’aller et venir dans le monde des rêves pour vaincre le temps et la mort, l’une de ses affirmations concrètes. Ainsi, qu’il filme la mort donnée à la suite d’une singulière cruauté, des vampires, des cimetières, des horloges, des châteaux en ruines, comme la plage de Dieppe de son enfance récurrente dans ses films, Jean Rollin interroge sans cesse la signification du temps, donnée abstraite qui habite autant l’âme que les corps de tous, singulièrement de ses personnages.
Le cinéma de Jean Rollin mérite une nouvelle découverte et cette édition est une belle opportunité pour permettre cette rencontre. Il faut juste être tolérant sur une notable erreur dans ce coffret : l’un des films, même s’il porte le même titre que l’un de Jean Rollin, à savoir Les Démoniaques, n’est pas de lui mais du réalisateur Pierre Koralnik adaptant en 1991 pour la télévision le roman Boileau et Narcejac qui avait déjà été adapté au cinéma par Clouzot sous le titre Les Diaboliques (1955). De même, si chaque film est contenu sur un DVD distinct, les bonus sont exactement les mêmes d’un DVD à l’autre, ne permettant pas une approche spécifique du film en question. Quoi qu’il en soit, cette édition rend malgré bien hommage par son existence même au cinéaste frondeur Jean Rollin.

 

"Lèvres de sang" de Jean Rollin © LCJ "Lèvres de sang" de Jean Rollin © LCJ

 

Le Viol du vampire
de Jean Rollin
Avec : Bernard Letrou (Thomas, le psychanalyste), Marquis Polho (Marc), Catherine Devil (Brigitte, Solange Pradel (la sœur vampire violée, Ursule Pauly (la sœur vampire fidèle au vieux châtelain, Nicole Romain (la sœur vampire aveugle, Ariane Sapriel (la quatrième sœur vampire, Jacqueline Sieger (la reine des vampires, Doc Moyle (le châtelain ensorceleur, Jean-Loup Philippe (le docteur Samsky (le chirurgien nécromancien), Philippe Druillet, Jean Rollin, Marc Pauly, Éric Yan, Alain-Yves Beaujour, Olivier Martin, Barbara Girard, Annie Merlin
France, 1967.
Durée : 100 min
Sortie en salles (France) : 27 mai 1968
Format : 1,66 – Noir & Blanc
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

La Vampire nue
de Jean Rollin
Avec : Caroline Cartier (la femme vampire), Olivier Rollin (Pierre Radamante), Maurice Lemaître (Georges Radamante), Ursule Pauly (Solange), Ly Lestrong (Ly), Bernard Musson (Voringe), Jean Aron (Fredor), Michel Delahaye (le grand Maître de la secte), Catherine Castel (une servante de Georges), Marie-Pierre Castel (une servante de Georges), Paul Bisciglia (Butler, le majordome), Pascal Fardoulis (Robert), Nicole Isimat (le modèle de Robert), Natalie Perrey (la vieille femme), R. J. Chauffard (le vieil homme), Jacques Robiolles (un mutant)
France, 1969.
Durée : 90 min
Sortie en salles (France) : 20 mai 1970
Format : 1,66 – Couleur et Noir & Blanc
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin


Le Frisson des vampires

de Jean Rollin
Avec : Sandra Julien (Ise), Jean-Marie Durand (Antoine), Michel Delahaye (Hermann), Jacques Robiolles (William), Marie-Pierre Castel (la servante blonde), Kuelan Herce (la servante asiatique), Dominique (Isolde), Nicole Nancel (Isabelle)
France, 1970.
Durée : 95 min
Sortie en salles (France) : 21 avril 1971
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

Requiem pour un vampire
de Jean Rollin
Avec : Marie-Pierre Castel (Marie), Mireille Dargent (Michèle), Michel Delesalle (le vieux vampire), Dominique (Erika), Louise Dhour (Louise), Philippe Gasté (Frédéric), Paul Bisciglia (le cycliste), Jean-Noël Delamarre (l'ami de Michèle et Marie), Antoine Mosin (le premier barbare), Olivier François (le second barbare), Dominique Toussaint (le troisième barbare), Agnès Jacquet (la première victime des vampires), Anne-Rose Kurra (la deuxième victime des vampires), Agnès Petit (la troisième victime des vampires)
France, 1971.
Durée : 95 min
Sortie en salles (France) : 5 avril 1972
Format : 1,66  – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

La Rose de fer
de Jean Rollin
Avec : Françoise Pascal (la femme), Hugues Quester (l'homme), Natalie Perrey (la vieille femme au cimetière), Mireille Dargent (le clown), Michel Delesalle (le vampire), Jean Rollin (le rôdeur)
France, 1973.
Durée : 86 min
Sortie en salles (France) : 12 avril 1973
Format : 1,78 – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

Les Démoniaques
de Pierre Koralnik
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

Lèvres de sang
de Jean Rollin
Avec : Annie Belle (Jennifer), Jean-Loup Philippe (Frédéric), Natalie Perrey (la mère de Frédéric), Paul Bisciglia (le psy), Martine Grimaud (la photographe), Béatrice Harnois (le modèle de charme), Willy Braque (le tueur), Jean Rollin (le gardien du cimetière), Serge Rollin (Frédéric, enfant), Anita Berglund (la vampire brune), Hélène Maguin (la vampire blonde), Catherine Castel (la jumelle vampire), Marie-Pierre Castel (la jumelle vampire), Claudine Beccarie (Claudine), Mireille Dargent, Julien Etchevery, Sylvia Bourdon
France, 1974.
Durée : 89 min
Sortie en salles (France) : 19 mai 1975
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

Les Raisins de la mort
de Jean Rollin
Avec : Marie-Georges Pascal (Élisabeth), Félix Marten (Paul), Patrice Valota (François), Serge Marquand (Lucien, le paysan à la fourche), Patricia Cartier (Antoinette, la fille du paysan), Mirella Rancelot (Lucie, l'aveugle), Paul Bisciglia (Lucas, le fiancé de Lucie), Brigitte Lahaie (la grande femme blonde), Michel Herval (Michel, le fiancé d'Élisabeth), Évelyne Thomas (Brigitte, l'amie d'Élisabeth), François Pascal (Kowalski, le « malade » du train), Olivier Rollin (le « malade » au front putréfié), Jean-Pierre Bouyxou (le « malade » à la faux), Guillaume Le Vacher (un jeune « malade »), Raphaël Marongiu (le mort dans le pressoir), Jean Rollin (un employé de l'exploitation)
France, 1978.
Durée : 85 min
Sortie en salles (France) : 5 juillet 1978
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

Fascination
de Jean Rollin
Avec : Brigitte Lahaie (Eva), Franca Maï (Elisabeth), Jean-Marie Lemaire (Marc), Fanny Magier (Hélène), Évelyne Thomas (Dominique), Sophie Noël (Sylvie), Muriel Montossé (Anita), Cyril Val (le chef des bandits), Myriam Watteau (la femme du chef des bandits), Joël de Lara (l'un des bandits), Jacques Sansoul (l'autre des bandits), Jacques Marbeuf (le médecin)
France, 1979.
Durée : 83 min
Sortie en salles (France) : 2 janvier 1980
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

La Nuit des traquées
de Jean Rollin
Avec : Brigitte Lahaie (Élisabeth), Alain Duclos (Robert), Bernard Papineau (le docteur Francis), Rachel Mhas (Solange), Cathy Stewart (Catherine), Dominique Journet (Véronique), Natalie Perrey (la vieille femme), Cyril Val (l'infirmier violeur), Grégoire Cherlian (le gardien de la tour), Jean Cherlian (l'homme de main du docteur Francis), Marilyn Jess (la malade à l'album de photos)
France, 1980.
Durée : 87 min
Sortie en salles (France) : 20 août 1980
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

Les Échappées
de Jean Rollin
Avec : Laurence Dubas (Michelle), Patrick Perrot (Pierrot), Brigitte Lahaie (la femme du couple bourgeois), Christiane Coppé (Marie), Marianne Valiot (Sophie), Louise Dhour (Mme Louise), Bernard Papineau (le docteur), Jean-Louis Fortuit, Jean Hérel, Claude Lévèque, Patricia Mercurol, Céline Royce, Jean-Philippe Delamarre, Natalie Perrey, Pearl June, Doriane Caschette, Jean-Loup Philippe, Alexandre Zagor, Patrice Chéron, Lesley Blanc, Joëlle Ramon, Guillaume Cancade, Cyrille Gaudin, Raymond Soriano, Pascal Poirot, Marie-Ange Baratier
France, 1981.
Durée : 92 min
Sortie en salles (France) : 27 octobre 1982
Format : 1,78 – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

La Morte vivante
de Jean Rollin
Avec : Françoise Blanchard (Catherine Valmont, la morte vivante), Marina Pierro (Hélène, la sœur de Catherine), Mike Marshall (Greg, l’Américain), Carina Barone (Barbara Simon, la compagne de l’Américain), Jean-Pierre Bouyxou (un cambrioleur), Fanny Magier (la femme élégante en voiture), Patricia Besnard Rousseau (la fille de l'agence immobilière), Véronique Pinson (une victime piégée par Hélène), Jacques Marbeuf (le présentateur pendant le bal)
France, 1982.
Durée : 91 min
Sortie en salles (France) : 25 août 1982
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

Perdues dans New York
de Jean Rollin
Avec : Natalie Perrey (Michelle âgée), Marie-Laurence (Marie âgée), Catherine Herengt (Michelle à l'âge de 23 ans), Catherine Lesret (Marie à l'âge de 23 ans), Adeline Abitbol (Michelle enfant), Funny Abitbol (Marie enfant), Mélissa (la sorcière noire), Sophie Maret (la délinquante new-yorkaise), Catherine Rival (la vampire), Jean Rollin (le récitant)
France, 1991.
Durée : 52 min
Sortie en salles (France) : 2005
Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

Killing Car
de Jean Rollin
Avec : Tiki Tsang (la tueuse), Jean-René Gossart (le premier inspecteur), Jean-Jacques Lefeuvre (le deuxième inspecteur), Frédérique Haymann, Karin Swenson, Jean-Pierre Bouyxou, Jean-Loup Philippe, Anissa Berkani-Rohmer, Pascale Lemaire, Karine Hulewicz, Barbara Annovozi, Oum Dierryla, Fabienne Beze, Méline Génot, Yamina Tohari, Pascal Montségur, Samuel Tastet, Morgan Buquen, Maurice Rohmer, Bertrang Biget, Jean Rollin, Christian Labrousse, Jack Mitchell, Michel Franck, Véronique Fehl, Elame Groom, Jean-Louis Kirmann
France, 1993.
Durée : 89 min
Sortie en salles (France) : inédit
Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

Les Deux orphelines vampires
de Jean Rollin
Avec : Alexandra Pic (Louise), Isabelle Teboul (Henriette), Bernard Charnacé (le docteur Dennery), Anne Duguël (la mère supérieure), Natalie Perrey (Sœur Marthe), Brigitte Lahaie (la femme au fouet), Nathalie Karsenti (la femme-louve), Véronique Djaouti (la vampire aux ailes de chauve-souris), Tina Aumont (la goule), Mélanie Karali (la première orpheline égorgée), Sandrine Thoquet (la seconde orpheline égorgée), Anissa Berkani-Rohmer (Nicole), Catherine Day, Camille Delamarre
France, 1997.
Durée : 103 min
Sortie en salles (France) : 9 juillet 1997
Format : 1,85 – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

La Fiancée de Dracula
de Jean Rollin
Avec : Cyrille Iste (Isabelle), Jacques Orth (le professeur), Thomas Smith (Triboulet), Sandrine Thoquet (la vampire), Magalie Madison (l'ogresse / la folle), Céline Mauge (sœur Toutière), Marie-Laurence (la mère supérieure de Paris), Danièle Servais-Orth (la mère supérieure des îles Chausey), Denis Tallaron (Éric), Sabine Lenoël (sœur Marthe), Céline Clémentel (sœur Simplicité), Mira Petri (sœur Cigare), Marianna Palmieri (sœur Bouffarde), Catherine Castel (la sœur à la corde à sauter), Bernard Musson (le sorcier), Nathalie Perrey (la sorcière), Brigitte Lahaie (la louve), Thomas Desfossé (Dracula)
France, 2002.
Durée : 91 min
Sortie en salles (France) : 14 août 2002
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin

La Nuit des horloges
de Jean Rollin
Avec : Ovidie (Isabelle), Sabine Lenoël (la femme ailée), Natalie Perrey (la gardienne des clés), Jean-Loup Philippe (un fantôme en chemise à jabot), Françoise Blanchard (la meurtrière parmi les écorchés), Sandrine Thoquet (la femme nue parmi les écorchés), Maurice Lemaître (un fantôme dans le cimetière), Marie-Simone Rollin (la promeneuse), Dominique (elle-même), Jean-Pierre Bouyxou (l'une des voix des écorchés), Jean Depelley (l'homme au masque de chouette), Fabrice Maintoux (l'homme au masque de coq)
France, 2007.
Durée : 92 min
Sortie en salles (France) : inédit
Couleur et Noir & Blanc
Langue : français.
Bonus :
Bande-annonce
Affiche
Interview de Jean Rollin
Biofilmographie de Jean Rollin


coffret-jean-rollin-17-films
Sortie France du coffret DVD : 21 septembre 2020
Éditeur : LCJ Éditions
Collection : Jean Rollin

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.