Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2011 Billets

5 Éditions

Billet de blog 27 oct. 2021

"Bilitis" un film de David Hamilton

Dans un internat pour jeunes filles à l’approche de l’été, Bilitis, 17 ans, s’éveille à la sensualité et à l’amour. Elle est éprise d’un photographe mais ne sait comment s’y prendre. Elle est invitée chez une châtelaine violentée par son mari adultère et cherche à lui apporter son affection autant que son soutien.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Bilitis" de David Hamilton © LCJ

Sortie du coffret Blu-ray : Bilitis de David Hamilton

Dans la vague à succès du cinéma érotique des années 1970 avec la saga Emmanuelle, le photographe David Hamilton est vivement incité à réaliser à son tour son propre film. L’enjeu est de mettre en images et en mouvements l’érotisme propre de ses images concentrées autour de la sensualité adolescente dans des lumières vaporeuses. Il s’agit ainsi pour les producteurs d’une adaptation d’un univers photographique au cinéma sous la forme d’un long métrage. Comme cela ne fait pas non plus un film, c’est à la référence à la littérature érotique, à savoir Pierre Louÿs et son livre Les Chansons de Bilitis, que le scénario est sensé s’inspirer. Or, de l’œuvre originale il ne reste que le prénom de la protagoniste en évaporant totalement les sources d’inspiration grecque du sapphisme. Là aussi, pour offrir plus de profondeur dans l’écriture cinématographique, c’est à la réalisatrice Catherine Breillat qui venait de signer son premier film, qu’il est fait appel pour nourrir ce scénario. Cette expérience ne fut pas la plus heureuse, Catherine Breillat ne se retrouvant pas dans l’univers érotique de surface de David Hamilton, plus soucieux de ses fantasmes esthétiques que des questionnements qui pourraient nourrir les relations entre ses personnages. Ainsi, le scénario est d’une triste pauvreté et les acteurs pourtant compétents qui apparaissent devant la caméra ne sont pas parvenus à faire vivre leur personnage en raison d’une direction d’acteurs plus soucieuse de beaux effets de lumière que d’incarnation psychologique. Sur le thème de la riche chatelaine délaissée et violée par une sexualité non consentie, il y avait pourtant matière à dénoncer le patriarcat de l’époque.

Ce n’est pas la première fois qu’un photographe inspiré passe au cinéma et il suffit d’évoquer le nom de Stanley Kubrick, Agnès Varda, Raymond Depardon pour se convaincre que cette rencontre aurait pu être concluante. Or, le propre de David Hamilton dans sa réalisation comme dans ses photographies consiste à créer des voiles propres aux fantasmes masculins sur l’adolescence qui se transposent mal au cinéma qui nécessite plus d’immersion dans l’univers décrit.

Bilitis ne constitue pas un film impérissable pour le cinéma mais représente bien l’effervescence d’une époque autour de l’érotisme, d’autant plus que le film a remporté un véritable succès d’audience et que la composition musicale originale de Francis Lai a accentué pour beaucoup la continuité du souvenir du film. En outre, pour qui s’intéresse aux photographies de David Hamilton, le film devient incontournable. Quant aux fans de Bernard Girardeau, ils y trouveront une présence d’une légèreté inédite qui vient compléter l’ensemble de ses interprétations. Quant à la grâce de Patti D'Arbanville, elle est aussi lumineuse dans ce film que mélodieuse dans la chanson de Cat Stevens qui lui est dédiée : Lady D'Arbanville.

Cette édition est particulièrement soignée avec un coffret Collector Blu-ray qui inclut également le CD de la bande originale signée Francis Lai et un Mediabook très détaillé qui vient expliquer les différentes étapes et les circonstances qui ont conduit et permises la réalisation de ce film dans les années 1970.

Bilitis
de David Hamilton
Avec : Patti D'Arbanville (Bilitis), Mona Kristensen (Melissa), Bernard Giraudeau (Lucas), Gilles Kohler (Pierre), Mathieu Carrière (Nikias), Madeleine Damien (Nanny), Catherine Leprince (Hélène)
France, Italie, 1977.
Durée : 95 min
Sortie en salles (France) : 16 mars 1977
Sortie France du coffret Collector Mediabook Blu-ray + CD : 25 août 2021
Format : 1,66 – Couleur
Langues : anglais, français, allemand - Sous-titres : français.
Éditeur : LCJ Éditions

Bonus :
Rencontre exclusive avec Noël Véry, assistant chef opérateur sur le film
le CD audio de la bande originale du film
le livret rédigé par Marc Toullec (60 pages)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André