LE DRAME DE L'HOPITAL AL DABEET A ALEP : UNE MANIPULATION DU REGIME ?

Le 3 mai 2016 au matin, une explosion a dévasté la maternité al-Dabeet, dans la partie loyaliste d'Alep, faisant un lourd bilan (au moins 14 tués parmi les civils dont une majorité de femmes et d'enfants).

Il s'agit de la 6ème attaque d'hôpitaux ou dispensaires dans la ville d'Alep en deux semaines, et le bilan global dépasse les 250 morts, outre la catastrophe humanitaire qui se prépare.

Les 5 attaques ciblaient des installations en zones rebelles, et étant l'oeuvre de raids aériens, la responsabilité du régime de Damas ne faisait aucun doute (les rebelles n'ayant ni aviation, ni moyens de lutter contre les appareils du régime et de ses soutiens russes et iraniens).

Cette 6ème attaque intervient dans  une zone loyaliste et la responsabilité rebelle paraît de prime abord logique, d'autant que les rebelles ont déjà procédé à des bombardements de zones loyalistes, tuant même des civils.

La frappe vise une maternité au coeur de la zone rebelle, loin du front et des secteurs habituellement touchés.

La première version du régime a été qu'il s'agissait d'un tir de roquette.

D'ailleurs, les images montrent un débris de roquette à proximité de la scène.

rocket-tail-fins-2

 Nous reviendrons sur ce débris, passablement rouillé, même si la version officielle va rapidement changer.

En effet, la scène a été rapidement couverte par de nombreux médias à proximité (en moins d'une minute), et qui multiplient donc les prises de vue (alors que nous sommes dans une zone éloignée du front).

Les images RT (il faut regarder la séquence complète).

Mais aussi la photographe du régime Kinana Allouche... 

image RT de l'explosion de la maternité d'Alep © RT

13092023-1031901046847126-7127375972773647305-n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

facade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

voiture-grise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

voiture-jaune

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

rue

 

 

 

 

 

 

Bien si tout le monde a bien observé attentivement la vidéo et les photos, il va être temps de se poser quelques questions pratiques et simples.

Je mets une dernière photo de toute la scène pour que chacun puisse réaliser l'enjeu :

al-dabeet-maternity-hospital

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Alors la question est simple : si c'est réellement une roquette (ou un obus) : Où est le cratère ?

Face à cette difficulté, et alors que les premiers témoignages (notamment du personnel de la maternité) relèvent l'absence des bruits caractéristiques de l'arrivée au sol d'un obus et/ou roquette, la version va varier et devenir un peu plus complexe : il s'agirait d'une roquette qui aurait frappé un camion citerne pile au moment où il passait devant la maternité.

Je ne vais pas torturer plus longtemps les lecteurs, qui auront reconnu dans ces variations rapides de versions, la méthode classique des propagandes des pays "amis de la démocratie et des droits de l'homme". En réalité, il est trés vraisemblable qu'il s'agit d'une VBIED, le terme technique d'une voiture piégée.

regardons d'autres clichés (dont certains de Kinana Allouche) :

 

facade

 

 

 

 

 

 

 

 

L'examen des dégâts montrent clairement que c'est la façade de l'immeuble qui a été atteinte, comme "pelée", et que l'explosion a surtout fait des dégâts vers le sol, le souffle remontant ensuite, toujours par l'extérieur.

facade-2

 

 

 

 

 

 

 les débris de la façade sont tombés sur le sol après avoir été soufflé par une explosion à l'extérieur de l'immeuble.

facade-3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un détail d'un bâtiment adjacent (magasin ?) montre que le souffle est rentré par l'extérieur, vers le haut et le fond.

 

al-dabeet-maternity-hospital-2

 

 

 

 

 

 

 

Tous ceux qui ont connu ce genre de scène reconnaîtront immédiatement ce qui ressemble bien plus aux conséquences de l'explosion d'une voiture-piégée qu'à celles d'une roquette.

La difficulté est que nous sommes loin à l'intérieur de la zone loyaliste d'Alep et qu'elle est très protégée. D'ailleurs les rebelles n'avaient pas jusque-là réussi à introduire de tels véhicules piégés. 

Et que surtout l'attaque n'a été à ce jour revendiquée par personne (alors que les attaques de VBIED de l'EI contre des civils dans des zones loyalistes, à Homs par exemple, sont revendiquées systématiquement).

Le moment où cette attaque survient, alors que la pression internationale pour que cessent les bombardements de zones rebelles à Alep (ville exclue des trêves négociées), immédiatement exploitée par la Russie pour s'accorder avec les USA, rend les observateurs encore plus suspicieux.

Ne s'agirait-il pas d'une opération "false flag", dont les services syriens du régime (les sinistres Moukhabarat sont coutumiers) ?

Le timing, la présence de nombreux journalistes et les variations des versions rendent cette thèse d'autant plus plausible que si les leceurs auront observé la vidéo avec attention (come je les y invitais), ils auront observé un personnage d'un calme étrange, qui semble contrôler la situation avec un professionnalisme et un sel-control exceptionnels, alors que nous sommes à quelques minutes d'une explosion très importante.

je veux parler de cet homme :

quds-force-commander

 

 

 

Il porte un uniforme iranien, typique des officiers des forces al-Quds, présentes à Alep (cet uniforme est en fait la copie de l'uniforme DCU, utilisé par l'armée US dans le désert depuis 1990).

La force Al-Quds, c'est quoi ? c'est la brigade des opérations spéciales du Corps des Gardiens de la Révolution Iranienne (IRGC).

Cela devient intéressant.

A ce stade, il n'y a aucune certitude et à défat de nouveaux éléments, la responsabilité des rebelles reste la plus logique.

Mais alors que les drames succédant aux drames en Syrie, cet évènement dramatique, qui a fait 14 civils tués, a déjà dsparu en quelques heures de nos écrans saturés. Toutefois, il faudra rester attentif aux détails qui ne manqueront pas de faire surface, car il est fort probable qu'ils seront riches d'enseignement et de surprises sur un régime aux abois, et qui ne fera jamais l'économie d'une abomination cynique pour garder le peu de pouvoir qu'il lui reste.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.