CEDRIC MAS
historien militaire et surtout citoyen
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 oct. 2015

CEDRIC MAS
historien militaire et surtout citoyen
Abonné·e de Mediapart

REBELLION SYRIENNE MODEREE : MYTHE OU REALITE ?

CEDRIC MAS
historien militaire et surtout citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite à mon précédent billet, j'ai reçu plusieurs réactions qui montre à quel point la propagande déforme la perception d'une situation d'une grande complexité.

Une polarisation très partielle :

La Syrie connaît aujourd'hui une guerre civile, et ce depuis 2011. Comme totue guerre civile (je dois publier prochainement un billet là-dessus), il y a une phase de "polarisation", c'est à dire de constitution des camps qui s'affrontent (et qui ne sont pas prédéterminés comme dans un conflit international).

La disparition ou la contestation par une partie des populations de l'autorité institutionnelle préétablie (qui est le propre d'une guerre civile) amène à une extension de la violence (qui est normalement un des monopoles de cette autorité, le plus souvent un Etat), qui se répand au sein de multiples groupes.

Mais ces groupes, constitués au début sur des bases de solidarités individuelles (famille, quartier) vont se "polariser", se regrouper jusqu'à former deux camps (au mieux).

La complexité et l'imbrication des situations au Proche-orient font que cette polarisation est rarement aussi achevée qu'en Occident (2 camps finissent par s'affronter). Ce fut le cas au Liban et c'est le cas en Syrie. Je développerai ces points plus en détail dans ce "fameux" prochain billet dont le titre sera : qu'est-ce qu'une guerre civile ? (oui je sais je le promets depuis quelques temps déjà).

Rebellion modérée dites-vous ?

Pour revenir à mon précédent billet, ces réactions diverses montrent un refus d'admettre l'existence, ou la réalité d'une rebellion dite "modérée".

Je rappelle d'abord que ce terme de "rebellion modérée" est un terme de journaliste, que je n'emploie qu'avec prudence. Il est trompeur car il ne s'agit pas d'une "modération" dans la violence (c'est une guerre civile horrible et Daech n'a pas le monopole des décapitations, puisque des miliciens de l'ASL l'ont fait - il ya  même eu un cas médiatisé d'anthropophagie d'un chef de groupe ASL, et depuis deux jours, les décapitations de prisonniers ou de cadavres ennemis s'étendent mêmes aux milices pro-Assad - si vous voulez des photos, il y en a - âmes sensibles s'abstenir).

La réalité derrière ce terme correspond aux unités relevant de l'armée syrienne lible (ASL), c'est àd ire une rebellion qui n'est pas jihadiste. Il s'agit donc de groupes qui combattent Assad comme Daech, mais uqi n'ont pas comme projet en cas de victorie l'imposition de la Charia à la société syrienne "'libérée" par leurs soins (contrairement aux Jihadistes).

Et même cette définition, qui correspond le mieux en théorie à la situation, peut s'avérer trompeuse sur le terrain.

En effet, outre les éventuelles manipulations (l'existence de groupes jihadistes sous prête-noms ASL pour obtenir des armes est une possibilité vraisemblable, et impossible à détecter a priori, même si l'idéologie jihadiste interdit normalement ce genre de pratique "false flag" sur une aussi longue période, et on constate sur le terrain qu'une partie des armes reçues par l'ASL des Occidentaux sont reversées, par la force ou dans le cadre d'accords locaux, aux groupes jihadistes,  ce qui rend pour l'instant inutile ce type de manipulation).

Et surtout, la distinction idéologique quant au projet futur  pour la Syrie, des groupes qui combattent Assad et l'EI est compliquée à opérer.

Outre que tous les groupes ASL ne publient pas un traité sur leurs idées politiques, il existe à la fois des groupes de miliciens sunnites qui n'ont pas d'avis sur la question de la Charia - je rappelle qu'avec l'engagement des Russes et les offensives concomittantes de l'Ei et des pro-Assad, ce n'est pas la priorité. Ces groupes doivent-ils être classés en tant que "modérés" ou jihadistes ?

Et surtout, d'autres groupes, comme Ahrar ash-Sham (HASI), qui se revendiquent jihadistes (et qui est soutenu matériellement par le Qatar et les milieux salafistes sunnites saoudiens), sont difficiles à classer. Cette milice a combattu encore récemment le JAN, et elle est aujourd’hui traversée par des débats idéologiques importants entre les jihadistes purs et durs (qui tendent donc vers une allégeance au JAN), et ceux qui refusent l’imposition « totalitaire » de la Charia en cas de victoire. Certains parlent de jihad révisionniste (ce qui est à mon avis un peu rapide mais les pbs et débats internes existent puisque des groupes de combat HASI quittent en ce moment le mouvement, pour se rallier au JAN).

On le voit, la notion de "rebellion modérée" est sur le terrain et le long terme un des ces concepts pièges qui peuvent générer beaucoup de surprises (et de déceptions), surtout dans un contexte de grande fluidité (les évolutions de la guerre civile syrienne se sont accélérés et ont gagné en ampleur depuis l'arrivée des Russes et des Iraniens).

La rebellion modérée dans les propagandes :

Mais cette notion est encore plus brouillée par les biais introduits par les propagandes des différents camps.

En effet, les discours « officiels » russes et américains sont inopérants pour désigner la réalité d’une rébellion très éclatée et aboutissent à "brouiller" encore plus une situation déjà fluide et complexe.

Le discours russe : la rébellion ne sont que des terroristes jihadistes.

Ce discours n'est que la reprise du discours de Bachar el-Assad du 20 juin 2011 (c'est le plus ancien que j'ai pu trouver), discours constant de la propagande de Damas : la rebellion est le fruit d'un complot étranger de terroristes jihadistes armés par les puissances ennemies (USA, KSA etc.), et la rebellion modérée n'est qu'un mythe (donc seul Bachar el-Assad peut lutter contre les jihadistes, qu'il s'agisse de ceux d'Al Qaida ou de Daech).

C’est faux d'abord parce que la contestation est née en Syrie en février mars 2011. Ce discours se fonde donc sur une réécriture de l'histoire de la contestation.

Et surtout c'est faux parce que le postulat d'une unité réelle sous une façade de différence, ne tient pas compte des combats entre les groupes rebelles (ni des frappes aériennes US contre le JAN, pourtant groupe rebelle).

En effet, tous les groupes rebelles ne présente pas un front uni et les combats et accrochages sont fréquents entre eux, aussi bien entre les Kurdes (YPG) et les jihadistes d'Al Qaida, les jihadistes entre eux (par ex. JAN contre HASI)...

Enfin, les populations des secteurs rebelles ne sont pas toutes des soutiens des jihadistes. C'est ainsi qu'il y a eu en 2013, 2014 et 2015, plusieurs manifestations civiles (notamment à Alep, Deraa et Zabadani) des populations vivant dans les zones rebelles pour demander que les jihadistes soient écartées de la gestion des territoires. C’est ainsi qu’Alep et dans certaines zones autour de Deraa, l’administration « civile » a été transférée des milices jihadistes aux forces de l’ASL (à Zabadani, le front al-Nusra n’a pas voulu lâcher la direction d’une zone encerclée par le Hezbollah et attaquée en permanence – la ville a été prise au cours de l’été par les chiites et les sunnites ont été chassés).

Certes, les manifestations récentes (comme celles à Alep du 13/10), sont moins dirigées contre les groupes jihadistes que pour une unité des groupes rebelles (voire des manifestations de soutien des jihadistes).

Pour autant, le discours du "tous des terroristes" est un discours de propagande, tronquant grossièrement la situation dans le seul but d'imposer Assad comme le seul "rempart" aux islamistes.

Le discours US n’est pas plus opérant :

Selon les USA, il y aurait une rébellion « modérée » (c’est-à-dire non islamiste), puis le front al-Nusra (al Qaida en Syie) et Daech. Or il existe des groupes jihadistes qui refusent l’obédience à Al Qaida (JAN) comme à Daech (ISIS).

Les USA ont ainsi un "angle mort" important (par exemple sur HASI).

Enfin, entre ces deux discours, Il ne faut pas oublier les discours jihadistes sur le terrain qui veulent (comme Assad) supplanter et faire disparaître l’ASL. C’est ainsi que les récentes victoires (prise de la province d’Idlib ou dans la banlieue de Damas) ont été fortement médiatisées comme étant le « seul » fait des milices jihadistes (HASI, JAN et autres…). Il faut dire qu’à la même époque, l’ASL subissait des défaites au nord d’Alep et dans d’autres secteurs, se limitant à des combats contre Daech aussi sanglants que difficiles…

Conclusion (provisoire) :

Il faut comprendre que tous ceux qui écrivent que la rebellion modérée n'est qu'un mythe, un élément de language de la propagande US ou européenne, pour faire accepter un soutien à des groupes terroristes dans le seul but de renverser Bachar el-Assad, qui est le pouvoir légitime syrien (je résume), font de la propagande.

A l'inverse, tous ceux qui mettent en avant uen "rébellion modérée" monocouleur, alors que nous avons vu que la situation était complexe et fluide, induisent tout autant en erreur.

La seule réalité tangible c'est que la lutte contre l'EI et contre les milices pro-Assad n'est pas le seul fait de groupes jihadistes fanatiques et terroristes. Il existe des forces armées porteuses d'un projet politique acceptable pour la Syrie, sumbolisé par exemple par les 5 principes de la révolution (dont l'intervention russe a précipité l'adoption à genève le 18 septembre 2015) :

(on remarquera que les groupes jihadistes les plus importants, comme HASI ou le JAN, n'y ont pas adhéré - ce qui est logique - d'autres y adhèrent, tandis que toues les unités ASL ne s'y sont pas ralliées...).

Et l'existence et l'efficacité des unités de la rebellion non-jihadiste a été affichée de manière flagrante durant ces 8 premiers jours, où les secteurs du front tenus par les jihadistes (qui se présentaient jusque-là comme les plus efficaces militairement) ont craqué tandis que les secteurs tenus par l'ASL ont résisté (pour l'instant), malgré les bombardements aériens russes et les moyens lourds déployés.

Depuis le 6 octobre la démonstration a été faite que l'ASL n'était pa sun mythe mais une réalité sur le terrain. Que si ces forces présentaient encore des faiblesses, particulièrement face à l'EI, il fallait compter sur elles pour la suite, malgré les incertitudes sur la sincérité de leur projet politique "modéré".

Et il n'y a pas de meilleure preuve que la réaction de la rebellion jihadiste, à commencer par le JAN, qui a multiplié les communications (y compris de son leader) pour essayer de garder un rôle et une position que les évènements militaires remettent en question.

Pour aller plus loin :

Deux liens vers des présentations récentes de la rebellion en Syrie :

http://www.understandingwar.org/backgrounder/syrian-opposition-guide

https://hasanmustafas.wordpress.com/2015/05/08/the-moderate-rebels-a-complete-and-growing-list-of-vetted-groups-fielding-tow-missiles/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon