Ce qui se passe à Saint Denis

Billet rédigé à 9h30. Une grosse opération antiterroriste a permis, 5 jours après les attaques, d'identifier et d'appréhender un groupe jihadiste radicalisé et armé. Au dernières informations, il y aurait des morts dans l'opération, mais aussi des interpellés. L'opération est toujours en cours, un dernier forcené étant retranché, et résistant.

Billet rédigé à 9h30. Une grosse opération antiterroriste a permis, 5 jours après les attaques, d'identifier et d'appréhender un groupe jihadiste radicalisé et armé. Au dernières informations, il y aurait des morts dans l'opération, mais aussi des interpellés. L'opération est toujours en cours, un dernier forcené étant retranché, et résistant.

CUFEDlZWUAAPEXP.jpg

Le fait de prendre vivant des jihadistes  est une très bonne nouvelle à la fois pour l'enquête et pour la dissuassion (rappelons que la mort - le martyr - fait partie des objectifs des jihadistes passant à l'acte).

Ce qui l'est moins est cette première en France, une femme se faisant sauter avec une ceinture piégée.

Selon certains médias, mais non confirmé par les sources officielles, il y aurait au sein du groupe l'un des leaders de l'EI chargé les attaques terroristes en Europe, le belge Abdel Hamid Abaaoud.

CUFGzVAWwAAu_hf.jpg:large

Rappelons que cette nouvelle n'est pas vérifiée (et j'y crois peu pour l'instant pour plusieurs raisons)*.

Si elle était confirmée, et si ce jihadiste a été pris vivant, il s'agirait d'un succès majeur de nos services antiterroristes, mais aussi d'un échec majeur de nos dispositifs de prévention de risque terroriste.

Abdel Hamid Abaaoud est l'une des figures, sinon la figure la plus connue, des jihadistes européens ayant rallié l'EI. Ce n'est pas un cadre important mais il est en revanche très médiatisé.

Il s'était déjà rendu en Belgique pour superviser le projet d'attentat déjoué à Verviers. Il était revenu en Syrie et avait même été interviewé dans la revue officielle de l'EI Dabiq.

Le fait qu'une personnalité aussi célèbre puisse ainsi multiplier les allers-retours entre l'Europe et la Syrie signerait l'échec total et dramatique de notre dispositif de surveillance et de prévention des attentats.

Rappelons que c'est lors de tels déplacements que les jihadistes sont les plus vulnérables, et qu'il agir le plus en amont possible pour éviter les attaques terroristes.

Nous n'avons pas été capables de repérer et d'appréhender un groupe de 9 jihadistes déterminés à commettre un attentat, dont certains sont revenus directement de Syrie exprès.

Etre incapable d'entraver ces déplacements, voire même de les détecter, ne sera jamais compensé par des bataillons de paras, de marsouins ou de chasseurs alpins perdant leur temps dans les rues de nos villes, par des frappes aériennes aussi illégitimes qu'inefficaces ou par de nouvelles restrictions à nos libertés.

Compte tenu de leur gravité, et de l'exploitation politique que ne vont pas manquer d'en faire l'extrême-droite (complexée ou décomplexée), il est nécessaire de questionner le pouvoir exécutif sur ses responsabilités.

Les responsables politiques devraient donc en tirer les conséquences.

Ils n'en feront rien évidemment, et c'est là un nouvel attentat à notre République...

 

* la présence d'Abdel Hamid Abaaoud au sein d'un groupe peu discret, basé à proximité du lieu de l'attentat au Stade de France montrerait un manque de préparation et de prudence important.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.