Célasse
Écrivant, étudiant, militant
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2022

Célasse
Écrivant, étudiant, militant
Abonné·e de Mediapart

Nous n’avons plus le luxe du choix

Les résultats viennent de tomber. Je ne ressens rien lorsque le nom d’Emmanuel Macron m’apparaît au travers du rayonnement bleuté de mon écran d’ordinateur, sinon la désagréable sécheresse de mes yeux trop longtemps happés par ce sinistre spectacle.

Célasse
Écrivant, étudiant, militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marine Le Pen est vaincue, le spectre du fascisme est conjuré pour quelques années encore – un triste sursis, qui ne console guère. Aucune satisfaction, aucun soulagement ne vient me délivrer du poids qui ronge mes entrailles, de la moiteur de mes mains qui glissent le long du corps.

Et pourtant, bientôt, on célébrera le Roi, on l’érigera en majesté en plein Paris, au milieu de la foule de ces gens auxquels le destin accorde le privilège de pouvoir se réjouir en cette triste soirée. On le montrera triomphant, haranguant la foule, lui qui demandait pardon il y a encore quelques heures pour n’avoir pas su entendre, écouter, rassembler.

On lui prêtera l’onction de la nation pour cinq ans, cinq longues années.
Deux années de plus que les trois années que nous laisse le GIEC pour conserver une chance d’influer sur la sinistrose climatique.

Mais, demain, on fera table rase du passé, on oubliera, la crise climatique et le fascisme rampant, la pauvreté galopante et le capitalisme souverain. On s’abandonnera au rythme ternaire de la même valse éprouvée.

On s’abandonnera aux mêmes institutions rincées, impuissantes, qui décideront pour nous du devenir de nos vies : nous redeviendrons, une fois l’agitation électorale retombée, ces enfants dociles attendant l’assentiment du professeur. Nous abandonnerons notre citoyenneté, notre implication démocratique, notre capacité à des dirigeants qui ne nous rendront pas de compte.

On s’abandonnera aux mêmes institutions archaïques, qui n’évoluent plus d’un iota depuis le XIXe siècle, comme si nous avions encore besoin de ces totems que sont les leaders et les représentants, comme si nous avions encore foi en la fable du pouvoir, comme si nous ne connaissions pas d’autres alternatives que l’histoire nous aurait appris. Sérieusement, mesurons-nous le retard de nos conceptions en ce qui concerne la gestion de la cité ? En sommes-nous réduit à attendre le salut d’un sauveur aux allures de messie ?

On s’abandonnera aux mêmes jeux morbides des partis, des élites, qui soufflent sur les braises du même feu depuis 20 ans, qui agitent le spectre du fascisme qu’ils ont eux-mêmes contribué à hisser comme l’une des premières forces politiques du pays. Nous mettrons en les mêmes mains pyromanes qui ont déjà calciné la maison la responsabilité d’éteindre l’incendie politique et démocratique dans lequel nous sommes empêtrés.

En cette triste soirée, je mesure toute la responsabilité qui incombe à ma génération. Je suis jeune, j’ai 25 ans, et je dois lutter pour faire démocratie, puisque je ne crois plus.

Je ne crois plus au système violent qui me confisque la parole, qui me tape et me réprime lorsque je foule le pavé pour faire entendre ma voix. Je ne crois plus à l’élection qui érige en monarque un homme sur le fondement d’une majorité fictive.

Je ne crois plus en ce système naïf et pervers, qui fondent sa bonne gouvernance sur une poignée d’hommes corruptibles comme nous le sommes, tous et toutes.

Il reste 2 ans – et notre salut ne viendra pas du palais. Il viendra de la rue. Nous avons la responsabilité de fouler le pavé, de défendre ce qui nous est cher, car nous n’avons plus le luxe du choix.

Il n’y aura ni César, ni tribun pour nous protéger du vent mauvais.
Il n’y aura ni César, ni tribun pour nous prémunir de ce que nous voulons devenir.  

Célasse

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac