Céleste Du Coin
Enseignante primaire
Abonné·e de Mediapart

76 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2014

Céleste Du Coin
Enseignante primaire
Abonné·e de Mediapart

A l'Ecole Primaire, on souffre.

Céleste Du Coin
Enseignante primaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ci-joint un extrait de  la lettre virtuelle que j'avais écrite à Benoît Hamon lorsqu'il était ministre de l'Education Nationale, l'année dernière. 

Je pourrais de nouveau la lui adresser car il reste peu bavard sur le sujet de l'Education. J'ai l'impression qu' il est même assez satisfait de son passage dans la grande maison. Peut-être a-t-il su apprécier la qualité de sa cuisine et le raffinement de sa décoration?

Remplaçons simplement le pronom masculin et adressons ce courrier à Madame Belkacem, elle aussi, ministre de GAUCHE, qui dernièrement, s'est engagée dans le crucial combat contre les notes à l'école. 

A part cela,

[...] 

Qu'est-ce qu'elle peut bien penser du poste de médecin scolaire qui a disparu chez nous?

Et de LA psy débordée qui "s'occupe" d'une centaine d'enfants en souffrance?

Des maîtresses de Maternelle censées faire s'épanouir le langage et la citoyenneté dans le joyeux bordel de 30 voies stridentes?

Des CP à 25.

Des enfants en difficulté lourde, de plus en plus nombreux, auxquels on  ravit les maîtres spécialisés?

De l'embauche de la misère sociale, non qualifiée, pour encadrer les enfants handicapés, les autistes dans les classes?

Des 28 000 AVS pour 300 000 enfants handicapés candidats à l'intégration? (ai eu du mal à trouver des chiffres, à vérifier)

De l'intégration d'enfants autistes sans AVS dans des classes déjà chargées. 

Qu'est-ce qu'elle peut bien penser de la décentralisation et du démantèlement de l'EN "en faveur" des municipalités?

De l'embauche par la municipalité de personnels sans diplômes, sous payés, pour mettre en place "l'épanouissement culturel" le midi et le soir.

Chez nous, l'année dernière, cette première année des rythmes scolaires se sera terminée en beauté, la joyeuse équipe des "acteurs du temps du midi et du soir", ont fait grève une semaine pour souffrance au travail.

On nous dit que l'état "donne déjà tellement, plus que les autres pays...bla,bla...pour l'éducation".

Dans notre école primaire, on en voit pas beaucoup la couleur, on enseigne dans les mêmes conditions qu'il y a 40 ans. Il y a des classes chargées, un enseignant pour 25, une dizaine d'ordinateurs pour 300 élèves, des cahiers, un CMP improbable, hyperbondé et invisible,"le dispositif ultrabruyant, goûter,coloriages au chaud, parties de foot sous la flotte" animé par les rythmes scolaires". Et c'est tout.

C'est pas comme ça partout, diront certains. Mais, égalité , inscrit sur les mairies alors?

C'est déjà pas mal diront certains reluquant leur feuille d'impôt.. Moi, je trouve cela indigne pour les enfants.

Depuis des décennies, avec une accentuation depuis Sarkozy, on incrimine les enseignants, la qualité de leur travail, leur paresse...

Personnellement, pour un enseignant "fumiste", j'ai dû rencontrer vingt adultes courageux et sérieux, certains usés et d'autres bouffés de culpabilité de ne pouvoir en faire plus.

On nous dit que l'état "donne déjà tellement, plus que les autres pays...bla,bla...pour l'éducation. Que tout cela n'est pas une affaire de moyens..."

Soit, alors, dans ce cas, se pourrait-il que l'ignorance, l' incompétence, la fumisterie ou pire le cynisme se situe ailleurs qu'en bas de la grande maison?

                                                                      Léo Labalène

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte